keyboard_arrow_up
ligue nationale
de volley

Un match pour l’histoire

le 04/05/2022
Le Cannet et Mulhouse ont livré mardi soir un acte 2 de la finale LAF de toute beauté, remporté au tie-break par les Azuréennes, qui mènent désormais 2-0. EN LBM, le SNVBA tentera ce soir de s’octroyer sur son sol un deuxième point face à Saint-Quentin. En Play-Downs LAM, l’AS Cannes n’a pas le choix et doit s’imposer face à Poitiers ce soir pour maintenir l’espoir d’un maintien.
lnv

LAM (Play-Downs, 7e journée)
A quatre journées de la fin, le nombre d’équipes menacées par la relégation se réduit fatalement. Mathématiquement, Cannes, dernier de ces Play-Downs, peut encore accrocher Toulouse et Poitiers, mais les Azuréens visent surtout Cambrai, plus proche adversaire, tout de même flanqué de neuf points d’avance, un matelas extrêmement confortable pour les Nordistes. L’espoir est donc très mince désormais pour le champion sortant, qui accueille ce soir Poitiers. Le Cambrai Volley, lui, est en visite au Plessis-Robinson, qui peut finir la saison les mains en haut du guidon. Ce qui est le cas également de Nantes Rezé, qui a chassé toute peur, avant de recevoir Toulouse ce soir.

LAF (Play-Offs, Finale, match 2)
Ce fut un grand match. Un très grand match de volley féminin, comme seules ces deux équipes pouvaient nous en présenter cette saison et comme seule, sans doute, une finale de championnat peut en générer. Après près de 3 h de jeu (2 h 49 au compteur), Le Cannet a conservé de très haute lutte son avantage du terrain, en dominant l’ASPTT Mulhouse au bout du suspense (3-2). Volero Le Cannet peut maintenant se rendre en terre alsacienne pour les deux prochaines rencontres avec le sentiment du devoir accompli, deux victoires d’avance et, surtout, avec trois essais pour tenter de décrocher le seul succès qui lui manque désormais pour s’offrir son premier titre de champion de France. Mais elle risque d’être dure à digérer cette défaite pour le champion sortant. Car hier soir, Mulhouse fut très grand et digne du rendez-vous. Même la perte du premier set (29-27), malgré quatre balles de set, n’a pas fait flancher les filles de François Salvagni. Pas plus que l’attribution du troisième set aux Mulhousiennes, à 23-24 dans un premier temps, avant annulation du point, n’a envoyé les Alsaciennes dans les tréfonds de la frustration. L’ASPTT est restée debout, vaillante, glanant finalement ce troisième set incroyable (28-30). Portée en attaque par le talent de la jeune attaquante réceptionneuse américaine, Yossiana Pressley (27 pts à 23/31 en attaque, dont 2 aces et 2 contres), à l’abri derrière la présence pesante de la centrale belge, Silke Van Avermaet (13 pts dont 4 contres), Mulhouse a fait trembler la terre cannettane et fut tout près d’infliger au Volero sa première défaite de la saison au gymnase Maillan. Mais voilà, Le Cannet est une machine collective redoutable cette saison, construite pour écrire l’histoire et qui ne poursuit qu’un seul rêve : le doublé Coupe – Championnat. Alors, même mené deux sets à un, Volero, lui aussi, n’a pas faibli d’un pouce en termes d’intensité et de qualité de jeu. Avec 27 points à 50%, Heidi Casanova est restée au sommet et Maja Aleksic, déjà décisive sur le match 1, a rendu une nouvelle copie très propre (15 pts dont 5 contres). Dans un match qui rassemblait tout ce qui fait la beauté de ce sport, les Cannettanes ont décroché hier une victoire magnifique qui peut faire date dans cette finale. Mais Mulhouse, dominé en trois manches lors du match 1, sait aussi désormais, qu’il est tout près du Volero et qu’il aura désormais son peuple dans le dos pour les deux prochaines confrontations.

LBM (Play-Offs, Finale, match 2)
Le SNVBA a posé un premier jalon fort, lundi, en s’imposant logiquement sur son sol face à Saint-Quentin en ouverture de cette finale (3-1). Mais si les Nazairiens ont, dans l’ensemble maîtrisé les événements et leurs adversaires, ils savent que sur une finale au meilleur des cinq manches, c’est la constance et la solidité qui feront loi. Dominé, le SQV, qui n’avait plus perdu depuis neuf rencontres en championnat avant d’entamer cette finale, se doit de réagir et de proposer une opposition plus féroce et continue sur l’ensemble de la rencontre. La troupe de Dario Dukic, qui a dompté une fois le SNVBA en saison régulière, a les moyens de réagir. Si le SNVBA est armé à tous les postes et propose sans doute la rotation la plus longue de toute la LBM, les Axonais peuvent faire mieux en attaque. Avec 41% de réussite et un «petit» Daniel Martins (13 pts à 39%), le SQV est loin d’avoir tout montré lundi. Et la flamme peut se rallumer très vite. Pourquoi pas ce soir, en terre atlantique pour la deuxième levée de cette finale.     

lnv
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies