Billetterie

Six fortes têtes sur l’affiche

le 04/11/2020
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Dans un début de saison rendu très complexe par le contexte sanitaire, les championnats LNV offrent tout de même du beau spectacle, mis en scène par des joueuses et joueurs de talent. En voici six qui ont marqué la reprise. 



Matias Sanchez (passeur, 24 ans, Tourcoing)

C’est une audace, un pari tenté par le TLM. Avec un passeur d’1,73 m, bien loin des mensurations «classiques» et jamais vu en France jusque-là, Tourcoing a mis de la dynamite et de l’atypisme dans son jeu. Et pour l’instant, cela paye. Dans un style vif, rapide et spectaculaire, Sanchez met le jeu nordiste en musique et a déjà ciselé sa relation avec son compère au centre, Agustin Loser, notamment. Avec son «petit» chez d’orchestre, Tourcoing est symphonique et tout simplement leader du championnat sans avoir perdu le moindre match en cinq rencontres.  
  
 



Nicolas Le Goff (central, 28 ans, Montpellier)

Lorsqu’il fut annoncé à Montpellier, la LNV a bombé le torse. Et il y avait de quoi. Le retour d’un éminent membre de la Team Yavbou dans le championnat de France est tout simplement l’éclatante confirmation que la LAM occupe désormais une place assise au concert des championnats européens. Evidemment, le MVUC et Olivier Lecat ont clapé des deux mains ! Le retour à la maison, dans son club formateur, du central champion d’Europe 2015, est un élément essentiel pour porter les ambitions héraultaises. Et le grand Nicolas est en train de trouver ses marques, avec 13 contres sur ses deux derniers matches.



Théo Faure (pointu, 21 ans, Toulouse)

Ils sont les rêves, les espoirs, les pépites, tout à la fois, des Spacer’s de Toulouse. Avec son compère réceptionneur-attaquant, Pierre Derouillon, Théo Faure incarne le futur, le talent et la jeunesse toulousaine insouciante et sans peur. Sous la baguette de Stéphane Sapinart et la vigilance d’un club dont l’ADN de formation n’est plus à écrire, Théo, qui entame seulement sa deuxième saison à ce niveau de responsabilité dans le jeu, réalise une entame de championnat remarquable. Septième marqueur LAM (81 points), il a déjà fortement marqué les esprits, avec notamment un gros carton à Nice (32 pts) lors de la 5e journée.



Aziliz Divoux (passeuse, 25 ans, Marcq-en-Barœul)

Après la découverte à Paris, l’apprentissage du haut niveau à Mulhouse, la passeuse franco-belge a fait grandir son jeu, techniquement notamment et dans le travail des mains, durant deux saisons en Allemagne. Elle revient donc cette année en LAF avec de nouvelles clés pour élever encore le niveau d’ambition du VCMB, qui envisage l’Europe sur les deux prochaines saisons. Une aubaine pour Thibaut Gosselin qui avait la passeuse belge au physique travaillé, à l’instinct développé, dans son viseur depuis un moment. Reste maintenant à peaufiner les accords et l’harmonie collective.
 




Helena Cazaute (réceptionneuse-attaquante, 22 ans, Mulhouse)

Le tout jeune diamant de Béziers, le grand espoir du RC Cannes, a bien grandi désormais. Socle inébranlable de l’équipe de France d’Emile Rousseau, Héléna Cazaute est aujourd’hui une pièce essentielle dans le dispositif de l’ASPTT Mulhouse, où la réceptionneuse-attaquante entame sa deuxième saison. Avec son jeu complet, sa qualité de réception et son explosivité en attaque, Héléna, championne de France avec le RC Cannes en 2019, est dimensionnée pour les hautes luttes. Cela tombe bien, ce sont les seules dans lesquelles le club alsacien, lui aussi, s’épanouit vraiment.   

 



Jose Luis Gonzalez (pointu, 35 ans, Saint-Nazaire)

Il est évidemment l’atout offensif n°1 de Saint-Nazaire. A 35 ans, «Pepe» Gonzalez, passé par Ajaccio, champion et co-MVP de LBM avec Paris il y a deux ans, demeure en pleine forme. Homme de terrain, leader de vestiaire, capitaine du SNVBA, le puissant pointu international argentin veut emmener la troupe de Gilles Gosselin en Ligue A, mais il ne le fera pas tout seul. Deuxième marqueur du championnat, avec près de 22 points de moyenne, dans une équipe toujours invaincue en trois rencontres, « Pepe» est sur la voie de l’objectif, très clair qu’il s’est fixé à la signature : «La montée en Ligue AM !»


Ne ratez rien de l'actualité du Volley Pro en vous inscrivant à la newsletter hebdomadaire ! Avec en plus un cadeau de bienvenue dès l'inscription dans votre boîte mail. Rendez-vous ici !

Dans un début de saison rendu très complexe par le contexte sanitaire, les championnats lnv offrent tout de même du beau spectacle, mis en scène par des joueuses et joueurs de talent. En voici six qui ont marqué la reprise. 

Matias Sanchez (passeur, 24 ans, Tourcoing)
C’est une audace, un pari tenté par le TLM. Avec un passeur d’1,73 m, bien loin des mensurations «classiques» et jamais vu en France jusque-là, Tourcoing a mis de la dynamite et de l’atypisme dans son jeu. Et pour l’instant, cela paye. Dans un style vif, rapide et spectaculaire, Sanchez met le jeu nordiste en musique et a déjà ciselé sa relation avec son compère au centre, Agustin Loser, notamment. Avec son «petit» chez d’orchestre, Tourcoing est symphonique et tout simplement leader du championnat sans avoir perdu le moindre match en cinq rencontres.      

 

Nicolas Le Goff (central, 28 ans, Montpellier)

Lorsqu’il fut annoncé à Montpellier, la lnv a bombé le torse. Et il y avait de quoi. Le retour d’un éminent membre de la Team Yavbou dans le championnat de France est tout simplement l’éclatante confirmation que la LAM occupe désormais une place assise au concert des championnats européens. Evidemment, le MVUC et Olivier Lecat ont clapé des deux mains ! Le retour à la maison, dans son club formateur, du central champion d’Europe 2015, est un élément essentiel pour porter les ambitions héraultaises. Et le grand Nicolas est en train de trouver ses marques, avec 13 contres sur ses deux derniers matches.

Théo Faure (pointu, 21 ans, Toulouse)
Ils sont les rêves, les espoirs, les pépites, tout à la fois, des Spacer’s de Toulouse. Avec son compère réceptionneur-attaquant, Pierre Derouillon, Théo Faure incarne le futur, le talent et la jeunesse toulousaine insouciante et sans peur. Sous la baguette de Stéphane Sapinart et la vigilance d’un club dont l’ADN de formation n’est plus à écrire, Théo, qui entame seulement sa deuxième saison à ce niveau de responsabilité dans le jeu, réalise une entame de championnat remarquable. Septième marqueur LAM (81 points), il a déjà fortement marqué les esprits, avec notamment un gros carton à Nice (32 pts) lors de la 5e journée. 

Aziliz Divoux (passeuse, 25 ans, Marcq-en-Barœul)
Après la découverte à Paris, l’apprentissage du haut niveau à Mulhouse, la passeuse franco-belge a fait grandir son jeu, techniquement notamment et dans le travail des mains, durant deux saisons en Allemagne. Elle revient donc cette année en LAF avec de nouvelles clés pour élever encore le niveau d’ambition du VCMB, qui envisage l’Europe sur les deux prochaines saisons. Une aubaine pour Thibaut Gosselin qui avait la passeuse belge au physique travaillé, à l’instinct développé, dans son viseur depuis un moment. Reste maintenant à peaufiner les accords et l’harmonie collective. 

Helena Cazaute (réceptionneuse-attaquante, 22 ans, Mulhouse)
Le tout jeune diamant de Béziers, le grand espoir du RC Cannes, a bien grandi désormais. Socle inébranlable de l’équipe de France d’Emile Rousseau, Héléna Cazaute est aujourd’hui une pièce essentielle dans le dispositif de l’ASPTT Mulhouse, où la réceptionneuse-attaquante entame sa deuxième saison. Avec son jeu complet, sa qualité de réception et son explosivité en attaque, Héléna, championne de France avec le RC Cannes en 2019, est dimensionnée pour les hautes luttes. Cela tombe bien, ce sont les seules dans lesquelles le club alsacien, lui aussi, s’épanouit vraiment.     

Jose Luis Gonzalez (pointu, 35 ans, Saint-Nazaire)
Il est évidemment l’atout offensif n°1 de Saint-Nazaire. A 35 ans, «Pepe» Gonzalez, passé par Ajaccio, champion et co-MVP de LBM avec Paris il y a deux ans, demeure en pleine forme. Homme de terrain, leader de vestiaire, capitaine du SNVBA, le puissant pointu international argentin veut emmener la troupe de Gilles Gosselin en Ligue A, mais il ne le fera pas tout seul. Deuxième marqueur du championnat, avec près de 22 points de moyenne, dans une équipe toujours invaincue en trois rencontres, « Pepe» est sur la voie de l’objectif, très clair qu’il s’est fixé à la signature : «La montée en Ligue AM !»