Billetterie

Tour de France des Clubs : Tourcoing

le 30/09/2020
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Tourcoing, profil atypique

 

Après une phase retour plus délicate la saison dernière, Tourcoing a presque tout changé à l’aube de l’exercice 2020-2021, du coach, Mauricio Paes, à la quasi-totalité de l’effectif. Le club nordiste prône un jeu atypique et spectaculaire pour retrouver une place dans le premier cercle LAM cette année.

 

Il y a des intersaisons qui nécessitent une attention toute particulière, des changements plus profonds. Le TLM a connu cette phase-là sur ce printemps-été. Il a soigneusement rangé sa chambre, remisé certains acquis pour en développer d’autres, modifié l’agencement. Mais ce travail soigné ne signifie pas le grand chambardement. Tourcoing n’a pas tout chamboulé, surtout pas tout jeté pour repartir d’une page blanche. Bien au contraire, le projet est assis, posé, toujours en construction, mais il va prendre encore un peu plus d’ampleur, un peu plus d’épaisseur désormais, porté par des hommes nouveaux, et notamment, à la direction technique, avec l’arrivée d’un coach de renom, l’ancien entraîneur de Paris et Tours notamment, Mauricio Paes, de retour dans le championnat de France après une longue parenthèse japonaise, aux Panasonic Panthers d’Osaka.

 

Depuis son retour dans l’élite, en 2017, Tourcoing, fief historique du volley-ball français, triple finaliste dans les années 2000, a bien grandi. Certes, après deux premières saisons LAM remarquables, avec notamment un succès en Coupe de France (2018), le TLM a un peu marqué le pas l’an passé, terminant le dernier exercice, lorsque l’arrêt fut prononcé, à la 12e place, à quatre points des Play-Offs. Mais ce n’est qu’un tout petit soubresaut sportif qui n’entame en rien le travail de fond du club, qui veut se bâtir une toiture et une ambition pour jouer le titre et les premiers rôles dans trois, quatre ans. «Le but, ce n’est pas de dire à Mauricio : tu viens à Tourcoing pour être champion de France cette année. On construit, on met en place une structure pour le devenir d’ici trois, quatre ans. On veut profiter de son expérience et se laisser le temps de progresser sur tous les secteurs. Le but, ce n’est pas non plus de s’armer que sportivement. C’est aussi se structurer en interne, être plus efficace commercialement, dans l’organisation, la communication. C’est un tout, un développement complet du club, qui va nous permettre un jour d’aller à la course au titre», résume clairement, le manager général du TLM, Yann Lavallez. Autour de Mauricio Paes, Tourcoing poursuit donc l’élévation de la structure. Un manager adjoint, un chargé de communication, une chargée de partenaires, un entraîneur adjoint à temps plein, un entraîneur du centre de formation… : le TLM grandit et se dote. «Je suis arrivé en 2014 au club, tout seul au niveau de l’administratif et là, on va être quasiment huit à temps plein au club ! C’est un signal fort que le club avance bien», résume encore Yann.

 

L’idéal serait que le sportif suive désormais la même courbe. Pour cela, Tourcoing a largement revu son effectif, qui aura cette saison un fort accent sud-américain, avec notamment trois jeunes joueurs argentins à fort potentiel (Matias Sanchez, Luciano Palonsky et Augustin Loser), qui se connaissent très bien, et un profil original, un jeu spectaculaire et dynamique, qui sortira sans aucun doute du cadre classique, orchestré principalement par un passeur argentin d’1,73 m, Matias Sanchez. «Cette équipe est un peu à l’image de notre passeur, complètement atypique, qui joue un jeu rapide, moderne, risqué. Il fallait adapter une équipe autour de lui, avec des joueurs qui sont habitués à jouer un jeu rapide, risqué, qui demande beaucoup de technique, beaucoup de maîtrise de balle», explicite le manager du club.

 

Il faut maintenant mettre tout cela en scène. Et depuis début août, le TLM n’a pas été épargné par les ennuis. Il y eut d’abord la contre-indication médicale à l’endroit du pointu brésilien Luan Weber, qui obligea le staff nordiste à se retourner très vite pour finalement aller chercher l’expérimenté attaquant serbe, Sasa Starovic. Puis, il y eut ensuite quelques cas de Covid déclarés, qui stoppèrent un temps la préparation du groupe de Mauricio. «On pensait avoir une reprise de huit, neuf semaines au complet, avoir le temps de travailler. Une préparation qui s’annonçait parfaite s’est terminée un peu en fiasco. Maintenant, c’est géré en toute intelligence, en toute sérénité. On va y arriver», positive Yann. Mais le temps est désormais presque écoulé. Le TLM est en effet parmi les premiers appelés sur les planches LAM, dès vendredi (avec Sète – Chaumont également), dans un derby du Nord attrayant, face à Cambrai, devant les caméras de Sport en France.     




Retrouvez le match Tourcoing vs Cambrai en clair et en direct sur Sport en France

Sport en France est accessible via les box Free (Canal 190), SFR (Canal 129), Orange (Canal 174), Bouygyes Telecom (Canal 192), Go TV (Canal 37), La Régie (Canal 82), Post Luxembourg (Canal 124), Zeop (Canal 71), Enes, mais aussi surMolotov.fr, et sportenfrance.com.