Billetterie

Mulhouse frappe d’entrée

le 28/09/2020
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

L’ASPTT a remporté face au RC Cannes le choc de cette première journée et pris quelques repères pour la suite. Paris, à Istres, et Nantes, à Marcq-en-Baroeul, ont également fait le plein de points.

 

LAF (1re journée)

Daniel Braun, le président mulhousien, attendait ce match avec une certaine impatience, à peine teintée d’inquiétude. Après la contre-performance en demi-finale de Coupe de France, il espérait enfin voir ce que son groupe avait véritablement dans le ventre. Face au dernier champion titré en 2019, le RC Cannes, pour ce premier choc télévisé de la saison, il a été rassuré. L’ASPTT a plutôt bien fait les choses samedi soir, avec notamment un trio offensif, Cazaute, Vanjak et Moma Bassoko, déjà en verve, avec chacune 18 points. En face, la jeune Américaine du RC Cannes, Micaya White a fait son match, avec 24 points, mais Mulhouse était un cran au-dessus (3-1). Outre Mulhouse, deux autres équipes ont fait le plein de points, en allant chercher le panier garni à l’extérieur, qui plus est.

Chez le promu istréen, le SF Paris Saint-Cloud, bien emmené par sa recrue canadienne Kyla Richey (14 pts), plus à l’aise en attaque (56% de réussite) et moins dispendieux que son adversaire (14 fautes directes contre 25), n’a pas concédé le moindre set (0-3).

Dans le Nord, Nantes, prétendant au titre, a passé l’obstacle Marcq-en-Baroeul (1-3), grâce à une belle variété offensive et cinq joueuses à 9 points et plus.

Pour les trois autres matchs du week-end (Terville Florange – France Avenir 2024 ayant été reporté), le suspense fut entier jusqu’au bout.
Vendredi soir, c’est Vandoeuvre Nancy qui avait créé la première surprise de la saison, en s’imposant au Cannet (2-3), dans le sillage de son attaquante Maja Burazer (22 pts) et sa grande centrale US de 2,03 m, McKenzie Jacobson (5 contres).
Venelles, tout frais vainqueur de la Coupe de France, a dû lutter pour rester maître chez lui devant Saint-Raphaël (3-2). Menées deux sets à rien, les ReBelles ont sonné la révolte, dans les pas brûlants d’Amanda Coneo (29 pts à 49%) et Myriam Kloster (7 contres).
Enfin, Mougins, qui n’avait remporté que quatre matches la saison dernière, a réussi son lancement, en l’emportant à Chamalières (2-3). Malgré les 29 points de la capitaine auvergnate, Christelle Nana, les Azuréennes ont fait corps collectivement avec six joueuses à 11 points et plus.