Billetterie

« Cette équipe est une vraie éponge »

le 29/02/2020
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

De retour sur le banc depuis la reprise en janvier, l’entraîneur de Poitiers, Brice Donat, prend énormément de plaisir avec son groupe, réceptif, solidaire et travailleur. Avant le match important ce samedi face à Nantes Rezé, devant les caméras de Sport en France, Poitiers est revenu dans la bagarre pour une qualification en Play-Offs.

 

Brice, après avoir manqué la première partie de la saison, comment allez-vous aujourd’hui ?

Aujourd’hui je vais bien. Sans rentrer dans les détails, les problèmes de santé (oreille interne) étaient incompatibles avec une vie d’entraîneur où, une fois que tu débarques, tu es dans la machine à laver et ça ne s’arrête pas. Aujourd’hui, ma santé va bien, même très bien. Je suis content d’être de retour, je prends énormément de plaisir avec mon groupe. J’ai un groupe qui est très jeune et qui répond présent à une énorme charge de travail.

 

Peut-être que ce groupe avait aussi besoin de retrouver son coach pour s’exprimer pleinement ?

En tout cas, c’est une équipe qui est une vraie éponge et qui a adhéré complètement au discours et à la philosophie de se battre comme des fous sur tous les ballons. On est une équipe qui joue vraiment très collectivement, avec des systèmes bien rodés et bien en place. Rien n’est laissé au hasard. Mis a par Zouheir El Graoui qui est un peu au-dessus du lot, qui est capable de faire la différence, on est une équipe collective et solidaire et la moindre petite faiblesse d’un des joueurs peut très vite déstabiliser notre groupe. On dépend vraiment les uns des autres.

 

Au-delà de votre cas personnel, Poitiers a connu un début de saison très malchanceux entre un joueur qui ne vient pas, un qui attend son visa, d’autres qui ne parviennent pas à s’exprimer à leur niveau. Comment, depuis votre poste reculé à ce moment-là, avez-vous vécu les choses ?

Forcément, on le vit mal. Mais ça fait partie d’une carrière. J’ose espérer que la chance va nous sourire sur la fin de la saison. Je suivais l’équipe en vidéo et par l’intermédiaire de Rogerio (Brizola, son adjoint qui coacha l’équipe sur cette période), mais je n’étais pas présent physiquement.

 

Quand vous avez retrouvé votre équipe au moment de la trêve de décembre, comment cela s’est-il passé ?

Je suis revenu juste avant le dernier match aller contre Sète (le 21 décembre). J’ai fait une semaine, avant cette rencontre, où j’étais en observation, en reprise d’activité. Et derrière cela, après la coupure, j’ai repris les choses en mains à 100%. Avec l’idée de repartir à zéro, même s’il y avait eu du travail de fait évidemment. Pour retrouver des sources de motivation, pour mettre ma touche personnelle et mon état d’esprit et mettre en place mes systèmes offensifs et défensifs. C’est pour cela que j’avais opté pour une coupure de huit jours à la trêve pour que les gens se rafraichissent mentalement et physiquement. A la reprise, on a fait un petit stage de cohésion à la Rochelle. Je voulais travailler sur l’aspect tactique et technique, mais aussi humain. Je voulais rebooster certaines choses.

 

Offensivement, on a le sentiment que des joueurs se retrouvent, à l’instar de Zouheir El Graoui ?

J’ai construit l’équipe autour de Zouheir l’année dernière et il est train de retrouver son niveau. Après, je base beaucoup mon jeu sur l’agressivité et l’attaque dès le service, pour pouvoir mettre beaucoup de pression dès le service et avoir ensuite un bloc-défense redoutable. On est une des meilleures équipes au bloc direct. On est très actif sur le secteur du service bloc-défense. Ensuite, on a hiérarchisé un peu plus les attaquants, en responsabilisant un peu plus El Graoui, en intégrant Raffaelli. Florian Lacassie travaille bien, il est patient, investi et sérieux. Je tourne aussi beaucoup sur les trois centraux. Comme je l’ai dit, on est un vrai groupe. Cette année, je peux compter sur tout le monde.   

Vous voilà en tout cas revenu à la bagarre pour accrocher les Play-Offs, avant ce match important face à Nantes Rezé ce soir !

Depuis la reprise, on développe un niveau de jeu qui est intéressant, qui est homogène. Tous les joueurs sont investis à 100% à l’entraînement, il n’y en a pas un qui tire au flanc. On joue de mieux en mieux, on évolue. Je demande beaucoup aux joueurs et il y a beaucoup d’investissement. Je les ai mis dans un état d’esprit de mission. La première était le maintien le plus vite possible, la deuxième est la qualification en Play-Offs et la troisième est de gagner la Coupe de France ! J’ai mis trois missions hautes. On s’est mis en ordre de marche et pour l‘instant, il y a eu zéro relâchement à l’entraînement. Et ce soir, le match de Nantes Rezé, évidemment, fait partie des matchs importants. Nantes joue très bien en 2020, où il n’a perdu qu’un match, il n’y a pas de hasard. Mais j’espère que ce match, pour nous, sera un nouveau point positif.