Billetterie

Cannes vise la palme

le 19/02/2020
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

En pleine lutte pour une place en Play-Offs, l’AS Cannes de Luc Marquet reçoit Tourcoing, concurrent direct, en direct sur Sport en France samedi soir, à l’occasion d’une grande soirée couplée avec son homologue de LAF, le RC Cannes.

 

Pendant que le club se démène et peaufine l’organisation de l’événement, des Dragons marnent et rugissent en silence, comme si de rien n’était. Pourtant, samedi soir, à Cannes, le volley fait son festival. A l’occasion d’une soirée spéciale, en direct sur Sport en France, le RC Cannes et l’AS Cannes vont se succéder sur la grande scène du Palais des Victoires. Deux matchs, une seule et belle ambiance, mais deux moments capitaux sans aucun doute dans la saison de l’un et l’autre. Les illustres dames du Racing reçoivent en effet l’ASPTT Mulhouse avec la première place de la saison régulière pour prime enjeu, tandis que les hommes de l’Association accueillent Tourcoing dans le but de basculer du bon côté du Top 8.

 

Bref, il y a des richesses à déterrer samedi soir. Luc Marquet, le technicien de l’AS Cannes en est bien conscient. Son équipe aussi évidemment. Mais l’entraîneur cannois préfère éviter les calculs et les crispations. A la tête d’un groupe rebâti à l’intersaison, en charge d’une mission reconstruction après la saison dernière très délicate, il considère que l’AS Cannes 2019-2020 est sur le bon chemin. Et il n’est nul besoin de lui mettre un poids supplémentaire sur les épaules avant la venue d’une équipe tourquennoise un peu tourmentée ces dernières semaines et lestée de quatre revers consécutifs. «Même si on a laissé des points à droite à gauche, comme face à Nantes, où on a mené deux sets à zéro, on est dans les clous», constate ainsi Luc. «On est en cohérence par rapport à l’équipe remaniée, renouvelée. Une équipe laborieuse, dans le bon sens du terme, qui a besoin de travailler pour bien jouer. On est dans les objectifs affichés, la lutte pour les Play-Offs. On sait que le match de samedi, comme tous ceux qui vont suivre désormais, est un match à enjeu. La pression va monter. Mais on a appris à faire fi, à se déconnecter de l’enjeu et à lâcher les chevaux. On n’est jamais aussi mauvais que quand on ne joue pas librement. Cette semaine, je travaille vraiment sur cette fraîcheur physique et morale, à leur donner confiance.»

 

Cette dernière vertu est cardinale, fondamentale même, à cinq journées de la fin. Avec sept équipes séparées en cinq points, entre la 6e et la 12e place, la bagarre va faire rage et l’AS Cannes est en plein dedans ! «On ne pensait pas que ce serait si dense, si âpre, si difficile», convient d’ailleurs Luc. Mais il sait aussi pouvoir compter sur un groupe besogneux et réceptif, qui ne rechigne pas à la tâche et qui est en attente. «Quand on a été un peu moins bon, notamment avec l’enchaînement des matchs en janvier, on a fait plus de vidéo, plus de travail, et les joueurs étaient en demande. Avec cela, le soutien du club n’a jamais fait défection et ça les encourage à pousser encore. Les joueurs sont intègres, ils sont dans l’échange», résume le coach cannois.

 

En tout cas, Luc Marquet se régale à diriger les opérations cette année. Sans commune mesure avec la tempête de la deuxième partie de saison l’an passé, où il s’était retrouvé d’un coup parachuté et tout seul sur sa ligne. «C’est sûr que c’est une autre dynamique, une autre ambiance et je m’éclate bien plus», sourit-il. D’autant qu’il est aux commandes d’une équipe joueuse et offensive, portée notamment par une doublette d’attaquants racés, Kyle Russel (18,6 pts par match) et Adrian Aciobanitei (15 pts par match). «Ce sont les deux bras armés de l’équipe. Ils sont attendus offensivement, mais ils nous ont débloqué beaucoup de situations et ça apaise le reste du collectif. En fait, ils sont à l’image de ce qu’on essaye de faire : ils sont conquérants ! Oui il y a du déchet, mais c’est la marche en avant, on réenclenche. On ne peut pas prétendre à des résultats si on n’est tremblotant sur le terrain. J’aime bien ce mot, conquérant», raconte l’entraîneur des Dragons.

 

Samedi soir, en son Palais, face à Tourcoing, l’AS Cannes partira donc en conquête. Pour croire aux Play-Offs et faire de ce rendez-vous spécial un grand moment de volley festif, dans la lignée de ce que le club propose depuis le début de la saison, avec entre autres des passages sur scène de guest-stars, comme Maître Gims et Black M. «Le club a mis en place pas mal de choses pour bouger autour du volley. Il faut faire vivre le Palais des Victoires, il faut que l’on soit visible, il faut que ça bouge ! Le double match samedi vient renforcer tout ça et j’espère que la fête sera belle», avance Luc. Ce qui dans son esprit se traduit par… succès.