Billetterie

Les cadors, la tête haute

le 23/12/2019
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Les trois premiers de LAM et de LAF l’ont emporté pour la dernière de l’année 2019. Rennes, chez les masculins, et Mulhouse, chez les féminines, auront été les grands maîtres de cette première partie de saison.

 

 

LAM (13e journée)

Les fortes têtes de LAM sont donc parties en vainqueurs, quittant 2019 la tête haute et le front droit. Le trio de tête, Rennes, Tours et Montpellier, n’a pas failli, chacun à domicile, même si les Héraultais ont, eux, laissé un point dans l’ultime bataille de l’année civile face à Tourcoing. Incontestables leaders et maîtres des débats automnaux, les Bretons ont une nouvelle fois fait régner l’ordre à Colette-Besson, repoussant un assaillant sérieux, en l’occurrence Chaumont (3-1). Et quand Rafael Araujo est maîtrisé, c’est son compère brésilien, le central Leandro Nascimento (15 points, dont 4 contres) qui vient à la rescousse, preuve supplémentaire de la densité et de la dangerosité de l’effectif rennais. A sa suite, Tours a gentiment disposé de Toulouse (3-0). Des Spacer’s qui pourront regretter la perte de justesse de la première manche, malgré onze fautes directes ! Montpellier, en revanche, a dû se bagarrer pour bouter Tourcoing au tie-break (3-2), grâce notamment à un match de feu du jeune réceptionneur-attaquant français Joachim Panou (19 points à 68% en attaque), tandis que Ronald Jimenez, certes à 20 points, n’a converti que 37% de ses attaques. Sixième à la trêve de Noël, Paris est dans ses objectifs, après un succès difficile à Nice (2-3). Sur la Côte, les Parisiens ont fait preuve en tout cas d’un sacré caractère. Mené deux manches à rien et roué de coups par Jolan Cox (31 points), le Paris Volley s’est rebiffé, avec notamment un Carlos Eduardo Barreto bien inspiré (24 points à 59%). Pour Narbonne, la mauvaise passe semble clairement effacée. Pour la der dans l’antique Palais du Travail, les Centurions ont enchaîné un troisième succès de rang, une première cette saison, face à Cannes (3-1) ! Lissandro Zanotti a artillé (24 points), bien épaulé par le jeune réceptionneur français de 20 ans, Rémi Bassereau (17 points). Dans un match de bas de classement capital, Poitiers a pris trois points précieux face à Sète (3-0), avec un Michael Parkinson présent au filet (6 contres). Le SPVB attend maintenant le retour sur le banc de Brice Donat en janvier. Enfin, Ajaccio – Nantes Rezé a été reporté en raison des intempéries qui ont touché l’île de Beauté.

 

 

LAF (14e journée)

Comme en LAM, le trio de tête n’a pas fait de sentiment à l’heure de boucler l’année. Trois points et même tarif pour Mulhouse, Nantes et Cannes, vainqueurs sans lâcher le moindre set. Mulhouse n’a eu besoin que d’une heure et un money time féroce en fin de premier set pour dompter Marcq-en-Baroeul (3-0), sans même que Laëtitia Moma Bassoko ne soit trop sévère avec «ses ex» (10 points à 39%). Pour Nantes, ce fut encore plus simple face à Paris Saint-Cloud (3-0). Katharina Schwabe a visé juste (15 points), Amandha Sylves a protégé le fort (6 contres) et l’affaire fut vite entendue. Face au Cannet, le RC Cannes avait du lourd en face. Il n’en fit qu’une bouchée également (3-0). Avec neuf contres, le tandem Kloster-Todorova a joué le patron. Dans l’affaire, c’est Béziers qui cède. A domicile, les Angels ont subi les choses face à Saint-Raphaël (1-3). Des Varoises, particulièrement lucides et habiles en fin de match. Avec 20 points et 3 contres, Annayka Legros a rendu une jolie copie. Mis en grosses difficultés par Chamalières et son duo vibrionnant Tchoudjang – Hardeman (53 points à elles deux) Vandoeuvre Nancy n’a pas craqué et sa diversité offensive (5 joueuses à 10 points et plus) a fini par faire la différence (3-2). Enfin, Terville Florange, bien emmené par Polina Pitou (17 points), a terminé trois jolis mois en LAF, avec un cinquième succès en quatorze rencontres face à France Avenir 2024 (3-1) et un maintien déjà bien engagé, tandis que Mougins – Pays d’Aix Venelles se disputera le 4 février prochain, suite aux intempéries du week-end et au report du match.