Billetterie

En avant Illac !

le 16/09/2019
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Comparé par certains connaisseurs à l’En Avant Guingamp en football, Saint Jean d’Illac tentera de faire (encore) parler de lui pour sa seconde année de présence en Ligue BM.

 

Un « petit village » de Gironde comptant 8 000 âmes a créé la sensation la saison dernière en atteignant la demi-finale du championnat de France de Ligue BM. Une marche un peu trop élevée face à l’ogre du Paris Volley. Quelques semaines plus tard, le technicien Anisse Guechou dresse toujours un constat positif de l’aventure girondine : « Je suis doublement satisfait, d’autant que la première partie de championnat a été compliquée en termes de résultats avec une victoire en sept journées. Le comportement du groupe et des individualités a alors été remarquable. On voulait se maintenir, mais je partais du principe que le maintien pouvait aussi nous amener en phase finale. »

 

Apprenant de ses échecs, l’AS Illac trouva son rythme de croisière au fil des semaines au point d’enchaîner six succès de rang au meilleur des moments – de la 17e à la 22e journée – pour prendre une très belle cinquième place au classement de la saison régulière. « On savait que nous avions la possibilité de réussir ça », exprime l’entraîneur girondin. Et de poursuivre : « Nous aurions peut-être pu faire mieux car même si nous étions promus, nous avions des joueurs d’expérience qui revenaient dans le monde professionnel. En fin de compte, je pense surtout que nos revers nous ont aidés à grandir. »

 

L’appétit venant en mangeant, Illac sera tenté de regarder vers le haut pour le prochain exercice. Les dirigeants ne se sont pas pour autant lancés dans une folie des grandeurs pour recruter à tout va. « Changer pour changer ne nous intéresse pas », explique Anisse Guechou. « On a très peu modifié l’effectif. On essaie d’être sur la durée en gérant année après année. Nous amenons de nouveaux joueurs de manière minime. Nous faisons surtout en fonction des profils et de nos besoins. »

 

Dans l’absolu, le coach illacais aurait aimé garder l’ensemble de son effectif ou presque. Hélas, la logique économique – surtout pour un club évoluant depuis peu dans le monde professionnel – engendre quelques déceptions. Le départ de Carlos Antony pour l’Allemagne en est le parfait exemple : « Nous aurions aimé le conserver, mais ce n’était pas possible de nous aligner. Chez nous, on comprend parfaitement que les joueurs aillent là où les propositions salariales sont intéressantes », confie Anisse Guechou.

 

Que les supporters se rassurent, Saint Jean d’Illac aura néanmoins bel et bien onze joueurs pour l’ouverture du championnat avec notamment le Grec Dimitris Efraimidis (29 ans, 1,94 m) : « Il était en 2e division grecque l’an passé et il a été un des acteurs majeurs de la remontée de son club. C’est quelqu’un de très explosif avec une excellente mentalité. Il est très motivé car c’est la première fois qu’il va sortir de Grèce », commente Guechou. Il sera accompagné du réceptionneur/attaquant Sylvain Morgado (23 ans, 1,92 m) en provenance d’Ajaccio : « On l’a signé très tôt. C’est un joueur en devenir, plein de talent, ce n’est pas un pari. On veut réussir à l’amener très haut, le faire éclore petit à petit », explique enjoué l’entraîneur girondin.

 

Tout ce petit monde devra être prêt dès le 1er jour : « Le championnat est très dense. Chaque match sera intense avec des surprises et des rebondissements tous les week-ends. Ce sera difficile de ne pas trouver un favori. Hormis France Avenir 2024 qui est au début d’un nouveau cycle et avec qui on peut se poser la question, les huit autres seront à la bagarre pour la place de numéro un et une place en Play-Offs. » Début des hostilités pour les « Soldats de la Ruche » le 12 octobre avec un déplacement à Fréjus, avant la réception de Mende. Afin d’être le mieux préparé possible, Saint Jean d’Illac peaufinera les derniers détails lors de son tournoi Atlantillac les 27 et 28 septembre prochains. Tours et Montpellier seront notamment présents pour l’occasion. Le tout dans une salle rénovée et sur un parquet flambant neuf. « C’est important que le club se structure aussi à ce niveau-là. Nous lançons aussi notre centre de formation. On est en train de mettre en place les fondations pour construire nos futures équipes », conclut Anisse Guechou.