Billetterie

«C’était écrit pour tout le monde sauf pour nous!»

le 24/05/2019
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Grand favori à la remontée en Ligue AM, le Paris Volley de Dorian Rougeyron a tenu son rang en Ligue BM. Avec un nouveau projet et des ambitions d’abord mesurées, Paris veut maintenant reprendre place dans l’élite du volley français.   

 

PARIS A L’HEURE AU RENDEZ-VOUS

« En fait, c’était écrit pour tout le monde sauf pour nous ! On a surtout pris cette saison comme ça. C’était bien plus compliqué que ce qu’on imaginait. Oui, sur certains postes, on avait des joueurs au-dessus de la division, qui étaient déjà dominateurs en Ligue A. Je pense à Ardo Kreek, à «Pepe» Gonzalez, même à Gjorgi Gjorgiev. Mais à côté de cela, on avait d’autres défis. Franck Lafitte et Alexandre Weyl étaient sur un double projet et menaient leurs études. On a recruté sur le poste de Réceptionneur/Attaquant Greg Petty qui s’était blessé et on a d’abord dû le remettre sur pieds et donc jusqu’en décembre, il n’a pas pu être hyper efficace. Ce qui impliquait  aussi qu’on arrive à développer Dany Poda, qui a fait des progrès énormes. On a aussi développé des jeunes joueurs comme David Chaudet, qui va partir pour un poste important en tant que libéro au Plessis Robinson, Lucas Lilembo qui va s’expatrier à Tourcoing. Pour arriver à remplir la mission, on avait quand même quelques défis à relever sur le plan individuel. C’est en cela aussi que cette saison a été pour nous ultra positive. L’objectif collectif de remonter en Ligue AM a été atteint, ce qui est le plus important. Mais on a aussi fait concorder des objectifs individuels. Cette saison était très enrichissante sur tous les plans.

 

DORIAN ROUGEYRON, L’ANCIEN DU NOUVEAU PARIS VOLLEY

Je suis l’ancien de la partie visible, on va dire. Tout mon staff était le même. Mon préparateur physique, mon kiné, mon adjoint. Sur le sportif, on a travaillé exactement de la même façon qu’avant. Ça n’a pas changé grand-chose pour nous, si ce n’est que c’était une nouvelle division, des nouveaux adversaires. Mais sur l’approche du travail en lui-même, ça n’a pas changé grand-chose.

 

LA LIGUE BM, AUTRE TERRAIN DE JEU

On s’est attachés à être au-dessus sur le fond de jeu. Toutes les choses « simples », les relances, les phases de transition. On s’est attachés à faire cela à la perfection. Même si c’est déjà le cas en Ligue AM, mais peut-être encore un peu plus en Ligue BM, le rapport de force service-réception est essentiel. Les équipes qui sont allées au bout sont des équipes qui ont extrêmement bien servi, comme Cambrai, puis Saint-Nazaire et Saint Jean d’Illac, qui ont très bien servi sur les Play-Offs. Cette balance a été un facteur déterminant. On a aussi continué à apprendre des choses. On a évolué sur certains systèmes bloc-défense, des systèmes d’organisation, on a travaillé différemment avec la vidéo à l’entraînement. On a mis en place des nouvelles choses. Et je tire mon chapeau aux joueurs. Ils ont su s’attacher aux valeurs de travail, malgré le fait qu’ils étaient habitués à jouer en Ligue AM pour certains. Ils n’ont pas été moins investis, bien au contraire. C’est plutôt louable.  

 

A 0-1, DOS AU MUR EN FINALE

La demi-finale face à Saint Jean d’Illac nous a beaucoup aidés à gérer cela. On s’était déjà retrouvés dans une situation compliquée, en perdant le match retour chez nous (1-1) et dans l’obligation de gagner le match 3. Cette difficulté nous a aidés face à Saint-Nazaire. A 0-1 en finale, on s’est concentrés sur le factuel, à ce que l’on a fait pendant la saison, à nos qualités à nous, pour ne surtout pas être dans le facteur émotion, tomber dans la frustration, la crainte, ce genre de choses. Il fallait penser aux faits, rationnaliser les choses et s’appuyer sur nos qualités. On n’avait aucune raison de ne pas avoir confiance en nous. Saint-Nazaire a très bien joué, ils ont pris beaucoup de risques, ça a payé sur le match 1, mais on ne s’est pas affolés.

 

QUEL PROJETS, QUELLES AMBITIONS, QUELS JOUEURS POUR LA SAISON PROCHAINE ?

De ce que nous disent les dirigeants, à moyen et longs termes, c’est un projet qui se veut ambitieux, avec le désir de retrouver l’Europe et pourquoi pas de bien y figurer. A très court terme, pour la saison prochaine, ils visent le milieu de tableau. Il n’y a pas d’ambition démesurée dès la saison prochaine. Maintenant, nous, évidemment, à chaque fois qu’on se présente sur le terrain, on veut gagner ! Donc, en interne, dans le staff et les joueurs, il y a des chances qu’on soit plus ambitieux (sourire). Milieu de tableau, c’est aller en Play-Offs et après advienne que pourra. Si on passe le quart, on aura rempli les objectifs officiels. Ce qui est sûr déjà, c’est que l’année prochaine, les trois centraux seront les mêmes (Kreek, Lafitte et Weyl), le passeur (Gjorgiev) sera avec nous aussi et Julien Lavagne va, a priori, passer sur le poste de libéro. Ensuite, on va s’attacher à recruter surtout des bouts de filet, car sur les attaquants en poste 4, il va sûrement falloir qu’on augmente la puissance de feu. A priori, Pepe Gonzalez est sur le départ. Il y a des arrivées en bonne voie mais on est encore en recherche. »