Billetterie

Tours en conquistador

le 08/05/2019
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Vainqueur à Reims, en terrain chaumontais, le TVB a fait parler sa maîtrise et son expérience des grands événements pour s’adjuger une victoire cruciale, qui ne le place plus qu’à un pas d’un huitième titre de champion. Avec désormais deux matchs à domicile pour y parvenir.

 

René-Tys s’est emmitouflé dans la tristesse et la frustration, et le Palais des Sports rémois s’est lentement vidé, dans la nuit et sous l’écho de quelques tambours qui battaient encore. Tours a frappé, pour la vingt-cinquième fois consécutive en LAM. Depuis près de sept mois, le champion en titre se sort de tout. Indemne, invaincu, invincible peut-être. Ce n’est plus une série, c’est une course folle vers un huitième sacre de champion, qui lui tend désormais les bras.

 

Hier, pour la première manche de la finale, le TVB a fait le pas qu’il fallait, l’effort nécessaire pour s’octroyer un succès capital, à défaut d’être encore décisif. Vainqueurs au tie-break (2-3), à Reims, sur une terre évangélisée, baptisée par Chaumont à grands coups d’éclats en Ligue des Champions cette saison, les hommes de Patrick Duflos ont posé une main, un gant de fer sur la finale. « Oui, enfin, il reste encore une victoire à aller chercher, la plus dure peut-être, même si on a réalisé une grande partie du chemin », tempère tout de même le MVP de cette saison, Barthélémy Chinenyeze, dans les colonnes de L’Equipe.  

 

La prudence est légitime forcément. Tours n’a pas encore gagné, et le souvenir est tout proche et plein de promesses pour Chaumont, capable d’arracher avec caractère et sang-froid le match d’appui en Corse, à Ajaccio, pour s’inviter en finale. Tout n’est donc pas joué, mais il est certain que le TVB a jalonné le parcours. Tout en maîtrise d’abord, durant deux premiers sets parfaitement tenus, puis tout en rébellion et au vécu lorsqu’il a fallu courber le dos et se relever dans le tie-break, que le CVB 52 a mené 7-4, sous le bras fracassant de Martin Atanasov (23 points dont 7 aces, record en finale égalé), entrevoyant alors la victoire. Mais le TVB a du monde à toutes les fenêtres. Gazmend Husaj (14 points) fut percutant en début de match, Barthélémy Chinenyeze n’a pas raté grand-chose en attaque (12/14) et Hermans Egleskalns (24 points dont 3 contres) fut décisif en fin de match.

 

A Grenon, vendredi soir, Tours aura le vent dans le dos. Un public exalté et une double invincibilité qui en font un monument quasi inébranlable en Touraine, où le champion n’a plus perdu en compétition hexagonale depuis près de…quinze mois ! C’était le 23 février 2018 et, tiens donc, Chaumont était venu s’imposer à Grenon, au tie-break. L’histoire n’est peut-être pas terminée…