Billetterie

Le grand manège

le 19/04/2019
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

La LAM lance sa campagne de Play-Offs avec des quarts de finale alléchants. En LAF, on clôt la saison régulière, avec notamment une bataille décisive entre Marcq-en-Baroeul et Paris St-Cloud pour le dernier ticket en Play-Offs. En LBM, place aux demi-finales retour.

 

LAM (quarts de finale aller)

Cette fois, on a ôté le filet. Plus de protection, plus de sparadrap, plus de trousse de secours. Désormais, la chute fera mal. Après un exercice régulier largement dominé par le champion sortant, le TVB, la LAM se pare de sa plus noble tenue de combat. Celle qui sied aux Play-Offs, ces rencontres au relief incomparable et à la puissance dramatique inégalée. En plus, cette saison, le format, avec match 1 sur le terrain du moins bien classé, allonge sans aucun doute la traînée d’espoirs pour le challenger. Un premier coup d’éclat à la maison et c’est l’assurance d’un voyage retour avec des rêves d’exploit plein la tête ! C’est forcément ce qui va animer Nantes Rezé, huitième de l’exercice régulier, le «malheureux» au tirage qui hérite du colosse tourangeau. Avec vingt succès de rang, série en cours, le TVB n’a pas l’intention de tomber avant d’avoir franchi la dernière ligne. Et surtout pas en cette saison, où le club veut offrir les plus grandioses adieux à son libéro, Hubert Henno. Alors il en faudra de l’inspiration à Gregor Ropret, le passeur slovène du NRMV, de l’audace au pointu slovaque Peter Michalovic, pour bousculer le TVB. Mais dans son cocon de Dugast, Nantes Rezé peut, d’un coup, se transformer. Chaumont, Ajaccio, Montpellier sont tombés ici cette saison ! Tours a certes gagné les deux duels en championnat, mais Patrick Duflos et ses hommes savent bien que le rendez-vous de ce soir n’a plus rien à voir.

Ajaccio, aussi, veut éviter le piège à Poitiers. A l’instar du TVB, le Gazélec est en pleine dynamique, avec dix succès de suite, un potentiel offensif impressionnant et une confiance que même les petits pépins physiques ne semblent pas ébranler. En face, Poitiers tangue un peu plus. Mais le retour au jeu récemment de son pointu « originel », Jochen Schöps peut, qui sait, remettre le SPVB sur propulsion. Montpellier, lui, n’a même pas de mystère à faire : son déplacement en Haute-Marne, à Chaumont, est périlleux, un point c’est tout ! Car le CVB, 6e de LAM, n’est sûrement pas à sa place au classement. Sa campagne en Ligue des Champions en atteste. Et si elle a sans doute usé les couennes et les physiques, le retour au championnat de France, sur des matchs décisifs, peut révéler d’un coup le potentiel réel de l’équipe de Silvano Prandi. Enfin, Nice – Rennes promet un duel tonitruant, entre les deux meilleurs marqueurs de la saison : Robin Overbeeke côté niçois et Bram Van Den Dries chez les Bretons !

 

 

LAF (26e journée)

Demain, on tire le rideau et l’on se change pour les Play-Offs ! La dernière journée de LAF ne va pas tout bouleverser, notamment en tête, où le Top 4 est déjà connu et les positions poinçonnées. De Mulhouse à Nantes, rien ne bougera et cette dernière levée régulière sera sans doute l’occasion de faire tourner un peu, même si l’on voudra également lancer au mieux les Play-Offs. En revanche, Venelles, qui reçoit justement le leader mulhousien, a une cinquième place à défendre, laquelle est convoitée par Béziers, qui accueille Nantes. Saint-Raphaël, lui, peut également encore accrocher la 6e place face à Vandoeuvre Nancy, qui n’a plus qu’à terminer la saison sans autre illusion. A l’inverse, derrière, c’est le joli moment du samedi soir, le morceau de bravoure de cette dernière journée. A Saint-Exupéry, on veut que ça explose ! L’entraîneur, Thibaut Gosselin, avait avoué en début de saison que le maintien ne l’intéressait pas, que les idées étaient bien plus grandes que cela. Demain soir, Marcq-en-Baroeul a la possibilité d’accrocher le Top 8, lui le « nouveau venu » qui n’a à son palmarès qu’un passage éclair en LAF il y a… dix-neuf ans ! Pour cela, il faudra assiéger et faire tomber Paris St-Cloud, dans un duel frontal décisif face au Stade Français de Stijn Morand, actuel détenteur de cette fameuse huitième place et sans doute plus rompu à ce genre de rendez-vous que le club nordiste. Reste que le Stade Français n’a plus gagné un match à l’extérieur depuis le 3 février dernier (à Quimper) et qu’à l’aller, les Parisiennes avaient dû batailler cinq sets pour dompter le promu du Nord. Enfin, tout en bas, Chamalières, assuré de se sauver, promet sans doute une belle fête face au Cannet, tandis que Quimper voudra terminer dignement devant France Avenir 2024, avant de redescendre d’un cran.

 

LBM (demi-finales retour)

Le premier acte fut somptueux en Gironde et sans présager du résultat de demain soir, on aimerait que la bataille fût tout aussi belle à Paris. Grand favori à la remontée en LAM, le Paris Volley n’a évidemment pas l’intention de faire traîner les choses. Vainqueur au talent et au sang-froid la semaine dernière à Saint Jean d’Illac, les hommes de Dorian Rougeyron veulent boucler l’affaire au plus vite et se projeter illico sur la finale, seul but de leur vie en LBM cette saison. Mais la tribu d’Anisse Guechou n’a absolument plus rien à perdre. Cette bande-là est allée bien plus loin qu’elle n’avait osé l’imaginer en début de saison et faire un pas de plus, pousser Paris au dernier duel ne lui déplairait pas. Dans l’autre demi-finale, Cambrai est au pied du mur. La semaine passée, Saint-Nazaire et son canonnier, Lionel Coloras, l’ont prestement croqué. Mais les Cambrésiens seront sans doute plus coriaces à Vanpoulle, citadelle quasi imprenable où seul Martigues est venu s’imposer cette saison, pour renverser la série. Pas impossible bien sûr, mais il faudra demain soir retrouver un Szymon Romac des grands soirs pour déjà faire la moitié du chemin.