Billetterie

Thimotée Carle, agent double

le 07/02/2019
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'
Réceptionneur/attaquant redoutable les soirs de matchs avec Ajaccio, Thimotée Carle prépare aussi le futur. Avec l’immobilier en ligne de mire.

Comme Obélix avec la potion magique, l’imposant physique en moins, Thimotée Carle est tombé dedans quand il était petit. Dès l’âge de cinq ans, il touchait à ses premiers ballons. Le coupable ? Son oncle Laurent Gastaud, ancien professionnel ayant évolué dans les rangs de l’AS Cannes notamment. « C’est grâce à lui que j’ai démarré du côté de Six-Fours-les-Plages. Et puis, même si elle n’a pas eu de carrière pro, toute la famille baignait aussi dedans. Du coup, c’était tout naturel que je fasse également du volley-ball », explique celui qui fait aujourd’hui le bonheur du GFC Ajaccio.

Venu au volley pour s’amuser avant tout, le Varois brilla tout de même rapidement. Champion de France minimes à treize ans, il montrait déjà de réelles dispositions pour ce sport. L’ascension de ce talent brut prit un autre tournant à son arrivée au Pôle espoirs de Cannes. « J’ai passé deux ans là-bas au moment de la 2nde, vers l’âge de 15-16 ans. Mais je ne me disais pas que j’allais faire une grande carrière. Puis je suis entré au CNVB et tout s’est finalement fait petit à petit », confie l’intéressé.

Du haut de son mètre quatre-vingt-dix-sept, Thimotée fait alors ses classes du côté de l’AS Cannes. Après une première année de découverte nourrie d’une vingtaine d’apparitions tout de même, le Français prend de plus en plus de place au sein de l’effectif cannois. Rendant régulièrement une feuille de stats à plus de douze points de moyenne, le tricolore a vraiment passé un cap supplémentaire lors de sa deuxième saison sous le maillot corse, club au sein duquel il a posé ses valises en 2017-2018. Déjà auteur de 250 points en quinze apparitions, Thimotée Carle martyrise les défenses à coup d’aces puissants (25) ou d’attaques saignantes (211). Des chiffres qui n’intéressent pas le jeune homme : « A titre individuel, je me trouve là ou je voulais, même si ce ne sont pas les statistiques qui comptent. Je ne regarde pas ça. Et puis, je ne peux pas me satisfaire de chiffres. Il n’y a pas d’intérêt à mettre trente points par match si votre équipe ne joue pas les phases finales derrière. Seul le collectif prime. »

Bourreau de travail, puisqu’il mêle à la fois étude – avec un B.T.S profession immobilière par correspondance qu’il espère terminer cette année – et sport de haut niveau, Thimotée raconte qu’il se concentre sur ses failles : « J’ai un déficit de confiance sur lequel je dois bosser. Il y a aussi le contre qui est un de mes points faibles ». Discret sur le terrain et au quotidien, le n°9 corse révèle aussi qu’il doit changer son comportement les soirs de match : « On m’en a souvent fait le reproche, mais j’ai tendance à ne pas être assez agressif, ni expressif sur le parquet. Je suis comme ça et j’ai dû me faire violence pour améliorer ça. Aujourd’hui, cela se fait de manière un peu plus naturelle. » Des changements qui pourront peut-être servir son après carrière qu’il voit dans l’immobilier : « J’aime vraiment ce secteur. Quand je ne suis pas en match ou à l’entraînement, je regarde beaucoup les annonces immobilières pour me tenir au courant de ce qui se fait. »