Billetterie

Baranek tient la baraque

le 14/11/2018
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Seul joueur majeur conservé de la saison dernière, le réceptionneur-attaquant tchèque de 35 ans, Kamil Baranek, apporte talent et expérience au Rennes Volley et participe activement au début de saison réussi du leader rennais.  

 

 

Du haut de son «grand âge», le sage est là, mais il ne contemple pas. Il veille, orchestre et tisse le  lien qui unit depuis le début de la saison chaque élément de l’effectif rennais. Ainsi encordé, relié comme par un fil d’Ariane, le Rennes Volley ne se perd pas et fait jusqu’ici les choses bien. Bien sûr les deux dernières défaites, chacune au tie-break, à domicile face à Poitiers puis en terre chaumontaise le week-end dernier, ont un peu éraflé un départ parfait (quatre victoires de rang sans perdre un set), mais cela n’a rien remis en cause et surtout pas l’état d’esprit et les convictions bretonnes affichés par une équipe toute neuve, sur le terrain comme dans sa tête, portée essentiellement par un fort six de base, qui peut faire un très beau temps cette année à Rennes. « Ces deux défaites doivent nous permettre d’avancer. Il faut apprendre de chaque défaite pour que ça n’arrive pas sur la fin de saison, sur les matchs importants. Il faut regarder les détails », estime d’ailleurs Kamil Baranek.

 

A 35 ans, le Tchèque est le doyen de l’équipe et le gardien du temple. Seul rescapé parmi les joueurs majeurs (avec le jeune central Gildas Prevert) de la périlleuse et délicate saison dernière qui vit Rennes se sauver en finale des Play-Offs de Ligue BM, Kamil savoure en tout cas l’élan nouveau et prend son rôle très au sérieux. « C’était vraiment compliqué la saison dernière, on a passé des moments difficiles et je ne veux pas que ça se reproduise », prévient celui qui entame sa huitième saison française, après trois ans à Poitiers, deux à Tours et une à Paris. Quand il porte un regard circulaire sur l’effectif, il sourit, heureux de voir le bel équilibre trouvé, entre la jeunesse ambitieuse et l’expérience précieuse. Un alliage fort qui a rapporté 14 points en six matchs et une place de leader jusque-là ! « L’équipe a vraiment changé. Les jeunes apportent une énergie nouvelle, beaucoup d’envie et nous les anciens, on essaie d’apporter notre vécu, notre connaissance des situations. C’est un mélange réussi et une équipe bien équilibrée, dans laquelle j’essaie de passer mon expérience. Je prends mon rôle très sérieusement », résume le double champion de France et double vainqueur de la Coupe de France sous le maillot du TVB (2013 et 2014).

 

Kamil a beau avoir déjà conté mille histoires sur un terrain de volley, lui qui barouda presque partout dans le monde, il n’est certainement pas rassasié. A 35 ans, il n’a sans doute plus dans les jambes l’explosivité de ses vertes années, mais le Tchèque demeure alerte, frais et dispo. « Je me sens bien en général. Si je ne me sentais pas bien, je ne continuerais pas. J’ai toujours du plaisir, je m’amuse toujours en match et à l’entraînement. J’ai l’expérience, de bons coéquipiers autour de moi, de l’énergie et j’arrive encore à bien jouer », sourit le réceptionneur-attaquant, plutôt tourné vers l’offensive tout au long de sa carrière, qui prend désormais grand soin de son physique et met à profit toutes les plages de récupération. « Garder la santé, bien récupérer, c’est essentiel », glisse le Rennais, qui tourne tout de même à 15 points de moyenne par match depuis le début de la saison !

 

Kamil est bien dans son jeu, bien dans son corps et bien en France, tout simplement. Car, lorsqu’il met toutes ses aventures dans la balance, c’est ici, en LAM, que cet homme marié et père de quatre enfants (une fille et trois garçons) a trouvé sa terre d’accueil. « Dans tous les clubs où j’ai joué, on a toujours été bien et j’ai connu de belles choses sur le plan sportif. Quand je compare tout en général, le volley, le niveau de la vie, le contexte pour ma famille, c’est la France qui est le mieux pour moi. Le, championnat est stable, le niveau est bon et on s’occupe bien des joueurs», explique le Tchèque, qui se verrait bien venir enquiquiner les meilleurs cette année. Mais, du haut de son « grand âge », Kamil reste sage. « Personne ne pensait qu’on ferait un début de saison comme ça. Maintenant, les ambitions, ce sont les Play-Offs. Bien sûr, entre les joueurs, on veut plus. Personne dans cette équipe n’aime perdre. On est une équipe de gagneurs ! Mais il faut d’abord voir comment cela se passe. La saison est dure et longue, la base de notre équipe est très forte, mais il ne faut pas qu’un joueur se blesse », tempère le Tchèque, désireux tout de même de vivre encore quelques grandes heures…