Billetterie

Nancy a de grandes idées

le 24/09/2018
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Nouveau président, nouveau coach et ambition affirmée de retrouver au plus vite la Ligue AM : le Grand Nancy a effectué un recrutement costaud et veut reprendre place parmi les cadors du volley français.

 

Martin Demar s’en sort admirablement par une boutade. Quand il décroche le téléphone, il a cette sentence délicieuse, enrobée d’un tonnant éclat de rire : «Si tu m’appelles, c’est bon signe, ça veut dire que j’ai un job et que tout va bien !», clame d’une traite l’entraîneur tchèque, de retour en LNV, un an après avoir dû quitter son poste de coach, quasi historique, à la tête de Nantes Rezé. C’est donc en Lorraine que le pétulant technicien d’Olomouc opère son retour en France, pour un premier rebond qu’il espère efficace et porteur pour son nouveau club, le Grand Nancy Volley-Ball, qui semble cette saison renaître avec férocité et éclat à l’ambition.

 

En tout cas, en attendant de passer par la Lorraine, le technicien tchèque n’a pas chômé. S’il a fatalement accusé le coup de l’éviction nantaise en 2017, Martin est resté ouvert et attentif. Entraîneur-adjoint de la sélection tchèque, puis commentateur pour la télévision, il a même sauvé l’historique club de son pays, l’Odolena Voda de la relégation l’hiver dernier ! «J’ai beaucoup voyagé, j’ai vu d’autres volleys. Avec l’équipe nationale, j’ai pu mesurer les évolutions tactiques, ça a été une bonne expérience», résume l’entraîneur nancéien, qui trépigne déjà à l’idée de transposer tout cela dans le Grand Est et de porter au plus haut son nouvel escadron lorrain. «Je suis motivé. Le projet est intéressant, il m’a beaucoup attiré, je veux réussir ce challenge», assène Martin.

 

Concrètement, l’idée principale est assez simple mais diablement enivrante : retrouver la Ligue AM dans les trois ans, soit la durée du contrat signé par Martin Demar à la tête technique de ce joli projet ! A cette fin, le nouveau président, Serge Petiot, élu en avril dernier, a gonflé le budget aux alentours de 630.000 euros et les deux hommes de terrain, Martin Demar donc et l’inamovible manager sportif, Michel Hentzen, se sont chargés d’échafauder une équipe performante et digne de cette grande idée. A l’arrivée, le recrutement est costaud. L’effectif a changé à 80% par rapport à celui qui avait terminé à une ordinaire 6e place la saison passée. Même si le GNVB a dû se raviser au tout dernier moment avec le Bulgare Radoslav Popov, alors que le club pensait bien avoir réussi un joli coup, le reste de la meute doit pouvoir galoper ! D’autant que Nancy a frappé fort, en s’adjugeant deux pointus de haut rang : «le vieux» de la maison, Mladen Majdak (37 ans) et le nouveau venu du Plessis-Robinson, le jeune et talentueux Faïpule Kolokilagi (23 ans), une rareté en Ligue BM.  «Avoir Faïpule et Mladen ensemble, je suis content, c’est très intéressant et important», convient le coach. «Mladen a une grosse expérience et peut toujours faire la différence. Faïpule va pouvoir voir comment il travaille. Il a un gros talent mais il va être obligé de travailler deux fois plus pour gagner sa place», avise Martin, qui a fait venir l’expérimenté passeur nantais, Gary Chauvin pour mener la danse.

 

Mais Nancy ne s’interdit pas l’excès de vitesse. Derrière la philosophie générale, prônée par le nouvel entraîneur, qui veut voir sur le terrain cette saison «une équipe homogène et très combative, qui joue, se fait plaisir et travaille bien», le GNVB lorgne vers les hautes sphères, même si la présence en dernière minute de Paris dans le concert LBM modifie un peu les rapports de force désormais. «L’objectif est la montée sur les trois ans, mais on est motivé dès cette année», sourit le coach. «Mais par rapport à Paris, sportivement, on n’a pas le niveau encore. Pour moi, Paris, c’est une équipe de LAM, c’est le gros favori. C’est aussi un club historique du volley français et je suis content qu’il puisse continuer en LBM», ajoute, fair-play, l’entraîneur nancéien, qui a tout de même bousculé Chaumont (défaite 2-3) et quelques pointures d’Europe (victoire face à Genève 3-1 lors de l’Open International le week-end dernier) ces dernières semaines. Ce n’étaient certes que des rencontres amicales, mais elles ont déjà mis en terre de belles promesses.