Billetterie

Gardiens et jeunes loups

le 26/09/2018
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'
Tout en continuant à faire progresser sa jeunesse talentueuse, l’Arago Sète a porté son choix sur un passeur italien de 38 ans, Manuel Coscione, et conservé son libéro Steve Peironet pour encadrer une joyeuse bande sétoise qui se verrait bien titiller le Top 6 cette saison.

 

Fabien Dugrip a fait du chemin. L’entraîneur sétois, qui entame sa troisième saison en tant que commandant en chef du vaisseau, n’est pas du tout dans le profil de celui qui roule des mécaniques. Loin de là même. Mais le technicien héraultais, qui vécut la finale 2016 à la droite du calife de l’époque, Patrick Duflos, a pris du coffre et met chaque jour un peu plus d’outils dans la boîte. «Complètement !», assure-t-il. «Chaque année j’apprends et c’est ce qui est bien et enrichissant. Je découvre plein de choses. J’étoffe le bagage. Mais j’estime qu’on n’a jamais vraiment de certitudes. On a des convictions oui, mais des certitudes, il ne faut pas en avoir. Il faut être prêt à se remettre en question, à remettre en question ce que l’on fait. Le volley a changé ces dix dernières années, il faut toujours s’adapter et avancer», explique le technicien.

 

En résumé, il faut avoir des idées. Et des bonnes de  préférence. Pour cette saison 2018-2019, l’Arago n’a pas cherché à inventer quoi que ce soit ou à se lancer dans une recette originale sortie d’un vieux grimoire. Huitième du dernier exercice régulier, battu à la loyale par le futur champion, Tours, au premier stade des Play-Offs, l’Arago avait déjà fait un premier pas, après une saison 2016-2017 extrêmement délicate dans la foulée d’une place de vice-champion de France. Sète a donc cherché à conforter sa position, en continuant le travail de construction élaboré notamment à partir d’un vivier de jeunes pousses de talent, tel le central canadien, Arthur Szwarc ou le réceptionneur-attaquant français Axel Truhtchev, vus à leur avantage la saison passée, et sans doute encore un peu plus responsabilisés cette année.

 

Pour leur permettre de grandir sereinement, l’Arago a mis un garde-fou d’expérience à chaque ligne. En fond de terrain, en gardien de la défense, Steve Peironet rempile pour une troisième saison dans l’Hérault. Le trentenaire connaît son métier et devrait rassurer son monde. Devant, à la passe, l’Arago a mis une pièce sur un Italien chevronné, habitué de la Lega italienne, mais novice en Ligue AM, Manuel Coscione (38 ans). Même si, au départ, Sète avait plutôt fait de l’œil au passeur grec, Dmytro Filippov, Fabien Dugrip ne considère pas son arrivée comme un deuxième choix ! Il estime même que Manuel Coscione colle peut-être mieux encore au profil de l’équipe. «C’est un passeur créateur et ça correspond bien à notre philosophie et notre envie de faire du jeu. Il nous fallait un joueur de plus d’expérience. Il va être le relais sur le terrain, il va apporter aux jeunes la rigueur italienne, le respect des consignes à l’entraînement. Il va conforter le travail que l’on fait. Ce n’est pas un choix par défaut, c’est peut-être encore plus fort», soutient le technicien héraultais, qui sera épaulé cette année par un nouvel assistant, le Québécois, Vincent Pichette.

 

Pour l’instant, tout cela se met en place gentiment, l’Arago ayant compté pas mal d’exemptés pour cause de sélection nationale en début de préparation. En bout de fil, c’est l’ancien Niçois, Vasil Tupchii, qui sera chargé de faire tomber les ballons. Après un temps d’adaptation nécessaire et un début de saison compliqué sur la Promenade, le pointu ukrainien de 26 ans a bien mieux fini l’année, terminant même 4e marqueur du championnat ! «Il a encore pas mal de choses à travailler, notamment au bloc et dans ses intentions à l’attaque, mais il a déjà fait du boulot et a progressé tout au long de la saison à Nice», avance Fabien Dugrip, ravi également d’avoir enfin pu attirer le jeune central de Montpellier, Daryl Bultor, sur lequel il lorgnait depuis un moment ! Avec le renfort en plus du technique et physique réceptionneur finlandais Elviss Krastins et pas mal de jeunes loups dans le sillage, l’Arago veut voir loin. Au-delà de la ligne de flottaison Play-Offs en tout cas. «On est en train de bien avancer. Cette année, on vise plus haut que l’an passé. On a une équipe pour le faire, pour franchir encore une étape», glisse le coach, qui entame maintenant la mise en place collective au travers d’une longue série de matches amicaux, avec un rendez-vous ce vendredi contre Toulouse.