Billetterie

Le VNVB sort la grand-voile

le 27/09/2018
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Neuvième la saison dernière, Vandoeuvre Nancy veut cette fois accrocher les Play-Offs. L’équipe constituée est séduisante et le club veut poursuivre sa phase de progression et de professionnalisation.

 

Il y a  comme un léger frémissement, une douce agitation qui remue gentiment les fondations désormais solides du Vandoeuvre Nancy Volley-Ball. Dans le Grand Est, le VNVB sait bien qu’il n’est pas le « centre du monde ». A ses côtés, des arbres bien plus gros, bien plus costauds que lui ont un jour poussé très haut et lui feront toujours de l’ombre. C’est le foot avec l’ASNL, le phare de la région, le basket, avec le Sluc Nancy et c’est même le volley, son propre camp, avec le Grand Nancy en Ligue BM ! Mais qu’importe, Vandoeuvre Nancy a une place aussi et il y tient. Et peut-être plus encore à l’aube d’une saison qui laisse poindre de belles promesses.

 

Car le VNVB a vraiment passé un bel été. D’abord, il s’est appliqué à construire une équipe ambitieuse et séduisante, au point même parfois de se surprendre un peu lui-même d’avoir eu l’audace et la capacité d’agencer tout cela ! Ensuite, le VNVB est entré dans la cour des grands clubs du volley féminin français, en recevant au mois de juillet l’agrément validant l’existence d’un centre de formation. Une marche importante dans le processus de construction et d’implantation du club lorrain, cher à son président, Serge Raineri. « Le centre de formation, c’est un grand pas, un pas de plus dans la professionnalisation. C’était éminemment important qu’on décroche l’agrément. C’est un super moyen d’attirer des jeunes joueuses, une belle vitrine. Cette année, on a dix joueuses au centre de formation. C’est essentiel par rapport à ce que l’on veut construire et au message envoyé aux collectivités locales », explique le président du VNVB.

 

Bien posé et tourné vers l’avenir («à l’horizon Paris 2024, il y a des choses à faire avec les jeunes joueuses françaises», assure Serge Raineri), le VNVB a soigné son image, véhiculée évidemment par son équipe première, engagée cette année dans une aventure qui doit l’élever un peu plus encore que la neuvième place de la saison dernière. Même si, pour le coup, la non-qualification en Play-Offs ne fut pas vécue comme un traumatisme. Loin de là. En s’assurant d’abord un maintien serein, en s’octroyant un peu plus de calme et de temps pour préparer son affaire 2018-2019, Vandoeuvre Nancy a déjà franchi un premier cap. Et l’idée est d’en escalader un autre maintenant. A la lettre, en tout cas, l’équipe de l’entraîneur bulgare Radoslav Arsov a belle allure et présente un réel potentiel. Avec l’arrivée de la passeuse américaine, Lauren Plum, vue à Mulhouse en 2014-2015 et aguerrie en Allemagne ces deux dernières saisons, capable d’apporter dynamisme et diversité au jeu, celles du jeune talent belge, Dominika Strumilo en poste 4, de la centrale russe d’expérience, Alevtina Nemceva, mais aussi de la pointue internationale portoricaine, Shirley Ferrer, passée par Venelles il y a deux ans, le club lorrain a réalisé de jolis coups. De quoi même ôter certaines prudences et découvrir les ambitions. « On ne va pas toujours se déguiser en Guy Roux et dire tous les ans que l’on joue le maintien. Sur le papier, c’est probablement l’équipe la plus imposante qu’on ait eue en Ligue AF », convient honnêtement le président lorrain. « Aujourd’hui, le maintien ne peut plus être un objectif. L’objectif c’est le Top 8. Si on peut y rentrer sur 6, 7, 8, on fera une fête ! Si on n’accroche pas les Play-Offs, on sera en-dessous des objectifs qu’on s’est fixés. »

 

Vandoeuvre Nancy avance mesuré, mais résolu. Certes, le centre de formation a un coût mais sa création a permis aussi de booster le budget global « d’une centaine de milliers d’euros, aux alentours de 820 000 euros », convient Serge Raineri. Le club lorrain est donc paré, même si l’arrivée de six nouvelles joueuses va nécessiter forcément un temps d’adaptation et de mise en place collective. L’Open Fémina organisé à Vandoeuvre les 5, 6 et 7 octobre prochains, avec la présence de l’ASPTT Mulhouse,  des Allemandes de Wiesbaden et du club suisse de Schaffhouse devrait permettre de poser les bases avant de lancer la saison deux semaines plus tard face à Saint-Raphaël.