Billetterie

Graines de stars

le 04/04/2018
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Avec deux MVP de moins de 22 ans, l’attaquant chaumontais de l’équipe de France, Stephen Boyer en LAM et la réceptionneuse belge de l’ASPTT Mulhouse, Britt Herbots, en LAF, les championnats LNV abritent de jolies pépites. En LBM, c’est le passeur de l’AS Cannes, Raphaël Corre, qui est honoré.

 

LAM

C’était attendu, d’une logique presque implacable. Cette saison, Stephen Boyer est devenu grand. Dans l’élan d’une Ligue mondiale l’été dernier, qui a commencé à l’élever dans le beau monde, l’attaquant des Bleus a confirmé avec éclat son nouveau statut tout au long de sa dernière saison chaumontaise (21,2 points de moyenne). Puissant et véloce en attaque, le pointu haut-marnais s’est doté d’un service féroce (44 aces) et a surtout ajouté un gros zest de leadership à sa panoplie. Assurément, il semble prêt désormais, à bientôt 22 ans, à voler vers des cieux plus prestigieux encore, sans doute italiens. Mais il n’a pas pour autant écrasé la concurrence. Avec 55 points récoltés, le Français ne devance que d’un point le passeur portugais tout en finesse de Tourcoing, Miguel Tavares, véritable révélation de la saison à son poste et d’ores et déjà recruté par Rennes pour l’année prochaine ! D’ailleurs, la présence de Tavares au plus près du titre de MVP, toute légitime et méritée qu’elle fût, n’est pas anodine. Le faiseur de jeu portugais est en effet le seul joueur étranger dans le sept majeur (libero inclus) LAM élu au terme de la saison régulière 2017-2018 ! Cela confirme avec force le réservoir de joueurs français de talent qui irrigue les terres LNV, qu’ils soient en plein devenir comme Boyer ou bien toujours indispensable à plus de 40 ans et quelques cheveux blancs désormais, à l’instar de l’éternel et infatigable libéro tourangeau, Hubert Henno, décidément indétrônable à son poste.

Au centre, c’est un autre Chaumontais, Jonas Aguenier, qui s’impose. Après une saison 2016-2017 hachurée par les blessures, le central international n’en a pas été totalement débarrassé cette année, mais il a retrouvé du mordant et le devant de la scène. A ses côtés, le jeune talent de Toulouse, parti désormais en Pologne, Barthelemy Chinenyeze, a marqué la saison de son empreinte, notamment par son timing et sa verticalité, qui en ont fait le meilleur contreur du championnat (3,5 contres par match). Le CVB 52 place encore un troisième homme dans l’équipe type, avec Yacine Louati, l’ancien Toulousain, solide et omniprésent (11 points par match) pour sa première saison en Haute-Marne. L’autre réceptionneur n’a pas volé sa place non plus, loin de là. Auteur d’une saison bien remplie, le poitevin Baptiste Geiler (14 points de moyenne) a notamment formé avec le pointu marocain, Mohamed Al Hachdadi, un tandem offensif terrible. Enfin, à la baguette, c’est l’illustre entraîneur chaumontais, Silvano Prandi qui prend place sur le banc d’honneur.

 

LAF

Ce fut une bataille intense et farouche. Entre la puissance et l’explosivité de Krystal Rivers, phénomène d’attaque de l’année en LAF (n°1 des marqueuses avec 19 points de moyenne), véritable moteur de Béziers et parfaite à la succession du joyau franco-suédois Isabelle Haak, et la jeune pépite belge, Britt Herbots, déboulant à Mulhouse sans aucune appréhension, avec une maturité et un esprit fonceur ahurissants, le titre de MVP s’est joué à rien. Et c’est sans doute la polyvalence de la jeune belge qui a fait, au bout du compte, pencher la balance en sa faveur. Ce qui est certain en tout cas, c’est qu’à 18 ans seulement, Britt Herbots semble promise à un très bel avenir. Son coach, Magali Magail, voit d’ailleurs en elle, la future meilleure réceptionneuse-attaquante dans les trois, quatre années qui viennent ! Derrière ce duo d’exception, la passeuse Eva Mori est honorée et c’est largement mérité, tant elle a orchestré avec justesse le collectif héraultais en saison régulière. Au centre, on retrouve sans surprise les deux grandes dames qui ont dominé à leur poste cette saison. Il y a évidemment Christina Bauer, auteure d’un retour parfaitement réussi au RC Cannes et qui a formé avec Myriam Kloster sans doute la plus efficace doublette de centrales du championnat. A ses côtés, la centrale azerbaïdjanaise, Olena Hasanova s’adjuge une place dans le six de base, grâce à ses qualités athlétiques incroyables. Meilleure contreuse du championnat (3,8 contres par match) et capable de grosses performances en attaque, Hasanova fut une arme maîtresse pour Le Cannet. En réception, l’internationale néo-biterroise, Juliette Fidon, est également honorée. Son engagement, sa puissance et son jeu complet en font une réceptionneuse-attaquante moderne redoutable. Au poste de libéro, c’est l’Italienne du RC Cannes, Jole Ruzzini qui est élue. Enfin, ce bel orchestre est mis en musique par Cyril Ong, l’entraîneur des Angels de Béziers, élu meilleur coach de l’année et qui a largement contribué à faire grandir le club héraultais depuis sept ans maintenant.   

 

LBM

Comme prévu, l’AS Cannes, champion de Ligue BM et promu en Ligue AM prend position en force dans le six de base de l’année. Son technicien d’abord, Arnaud Josserand est logiquement mis en avant pour avoir tenu l’objectif, pas simple, de faire remonter illico les Azuréens. Sur le terrain, c’est le passeur cannois, Raphaël Corre qui décroche le titre de MVP de la saison. Son expérience, son physique et sa capacité à adapter son jeu de passes, dans une équipe qui connut pas mal de chamboulement aux ailes, ont fait la différence. A ses côté, on retrouve évidemment un Centurion, en l’occurrence le spécialiste incontesté du contre, Jean-Philippe Sol. Avec 4,2 contres par match, le central narbonnais a régalé dans un exercice qu’il adore. Avec lui, le vétéran cannois tchèque, Jiri Kral (36 ans) complète la doublette au filet, lui qui a également culminé à plus de 4 contres par match. En réception, la concurrence fut plus dense, mais la constance du Cambraisien, Paul Villard et la demi-saison pleine de l’Australien de l’AS Cannes, Nathan Roberts, avant qu’il ne se blesse, ont été saluées. Au poste de libéro, c’est l’AS Cannes encore qui tient les rênes avec le jeune et très prometteur Benjamin Diez (19 ans). Enfin, en attaque, les techniciens ont récompensé l’atypique et ultra puissant attaquant d’Avignon, Maoni Talia (meilleur marqueur avec 20,1 points par match), auteur de quelques énormes cartons durant la saison et acteur majeur de la qualification du club en Play-Offs.