Billetterie

Grosse frayeur pour le RC Cannes

le 03/04/2018
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Les Cannoises ont été mises en grosse difficulté par Paris Saint-Cloud pour leur entrée en Play-Offs, s’imposant finalement en cinq manches, tandis que Béziers a maîtrisé Nantes. En LBM, Narbonne et Rennes ont fait le métier. 

 

LAF (quart de finale aller)

Elles se sont fait très, très peur. Et à voir le staff s’embrasser comme du bon pain, soulagé d’en avoir finalement réchappé, on comprenait aisément que le RC Cannes venait de connaître une grande frayeur. Attendu, présenté, à l’expérience et au vécu, comme le favori de ces Play-Offs de LAF, Cannes a failli tomber d’entrée face au Stade Français Paris Saint-Cloud, pourtant privé de sa passeuse Mallory Steux-Caleyron, mais tracté par une Maëva Orlé inspirée (24 points dont 2 aces) et une libéro guerrière, Valérie Courtois. A 5-8 dans le tie-break, il aura fallu que Nadia Centoni se pose là et que les bras parisiens soudain tremblent un peu pour que le RC Cannes s’en sorte in extremis (3-2). Un succès précieux pour lequel le trio majeur, Centoni (25 points), Bauer (18 points) et Kloster (7 contres) aura largement œuvré.

Contrairement au RC Cannes, Béziers, l’autre grosse machine de la saison régulière, s’est imposé avec conviction et maîtrise face aux Nantaises (3-0). Krystal Rivers n’a pas eu à forcer (17 points) pour remporter son duel face à sa compère américaine Katie Carter (8 points) et les Angels ont donc bien lancé leur campagne en Play-Offs. C’est également le cas pour l’ASPTT Mulhouse, remonté comme un coucou pour cette phase finale et qui a dompté Venelles en trois manches (3-0). Mais le scénario aurait pu être tout autre si Venelles, accrocheur comme prévu et dominateur tout du long du premier set, ne l’avait pas laissé filer (26-24). L’ASPTT fut ensuite bien mieux dans son jeu. Bojana Markovic fut déterminante dans les moments clés et la grande attaquante US Hayley Spelman a rendu une copie offensive propre (18 points).

Enfin, on était curieux de voir ce que donnerait l’affrontement entre Saint-Raphaël et Le Cannet, deux équipes qui venaient de se livrer un gros duel une semaine plus tôt. Et bien cette fois, il n’y eut pas de  match ! Dominatrices de bout en bout, les Raphaëloises ont été bien plus mordantes et agressives pour s’imposer en trois sets (3-0), avec une Kiesha Leggs efficace (10 points à 67% en attaque). Sur ce premier round, l’avantage du terrain aura, en tout cas, été déterminant, avec quatre succès pour les équipes qui recevaient.

 

LBM (quart de finale aller)

Comme en LAF, chacun est resté maître chez soi. Aucune équipe n’est parvenue d’entrée à retourner la série et les matchs retour dans deux semaines mettront d’ores et déjà sous pression les quatre formations défaites ce week-end. Ce fut cependant plus faciles pour certains. Ainsi, Narbonne, annoncé comme le plus sérieux opposant aux Rennais dans ces Play-Offs, a globalement tenu en respect son adversaire avignonnais, l’emportant en trois sets (3-0), sans qu’aucun de ses attaquants ne cassent vraiment la baraque, même si Todor Valchev terminait à 16 points à 59% en attaque. Face à Lyon, Rennes a connu un premier rendez-vous plus animé, avec notamment un cœur de match qui aurait pu le mettre en plus grande difficulté. Mais le bras monumental de Xavier Kapfer (26 points), le vécu insondable de Kévin Le Roux (22 points) ont permis aux Rennais d’éviter le piège (3-1), tendu par un Martin Jambon irrésistible (28 points).

A la maison, Cambrai a aussi fait le métier. En agressant les Nancéiens, en étant maîtres du filet (17 contres), les Nordistes ont dompté Mladen Majdak (19 points) et la troupe lorraine (3-1) pour prendre l’avantage dans cette série. Saint-Nazaire aussi, mais ce fut bien plus compliqué face au Plessis-Robinson (3-2). Mené deux sets à rien, Saint-Nazaire, d’abord à l’envers, a ensuite tout retourné pour s’imposer au bout de la nuit face aux Hiboux, 22-20 dans le tie-break et inscrire une ligne de plus à la légende des confrontations entre ces deux équipes, systématiquement jouées en cinq manches cette saison ! Dans une ambiance de dingue, les Nazairiens pourronvat en tout cas chaleureusement remercier leur pointu, Lionel Coloras, auteur du carton du week-end avec 31 points à 55% en attaque.