Billetterie

Jean Patry, une maturation lente

le 24/01/2018
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Après des débuts tonitruants la saison passée, le pointu montpelliérain met un peu de temps à confirmer. Mais à l’image de son club, l’international français monte en régime.

 

Antoine Dupont, Kylian Mbappé, Nedim Remili : la France regorge de talents tant dans le rugby, le foot ou le hand. Le volley n’y échappe évidemment pas avec en tête d’affiche, Stephen Boyer, mais aussi Jean Patry, 21 ans tous deux, mais déjà leaders charismatiques de Chaumont et du MVUC. Du haut de ses 2,08m, le pointu héraultais ‘’allume’’ ses adversaires match après match. Attaques croisées, services dévastateurs, contres saignants, tout y passe. Auteur d’une remarquable campagne 2016-2017 – comme son meilleur rival Stephen Boyer – Jean Patry a éprouvé un peu plus de difficultés à mettre la machine en route pour ce nouvel exercice. Une situation délicate, parfaitement expliquée par l’intéressé : « Cette saison est différente de la précédente. J’arrive avec plus de pression sur les épaules et ce n’est pas simple à gérer. Mon entame de championnat n’a pas été à la hauteur de mes attentes. À vouloir trop bien faire, je me suis bloqué. Aujourd’hui c’est beaucoup mieux. Je parviens enfin à être au niveau attendu. Je le dois à la répétition des entraînements, mais aussi au coach et à la confiance de mes partenaires. Je me lève le matin en sachant que je rejoins une bande d’amis pour préparer le combat du samedi. »

 

Une situation peu surprenante aux yeux de son entraîneur Olivier Lecat : « Je m’attendais à ce que ce ne soit pas facile pour Jean. C’est certainement l’année la plus dure de sa jeune carrière. Celle où il doit confirmer. L’an passé, il a vite progressé, était régulier avec des débuts tonitruants. Là, en plus, Jean n’a pas effectué le début de préparation avec le groupe et ce n’était pas pour l’aider à l’entame de championnat.» N’empêche, avec 289 points (dont 17 aces et 19 contres), le Tricolore pointe à la deuxième place des marqueurs de LAM, même s’il sait encore le chemin qui lui reste à parcourir pour passer un nouveau cap : «Dans mon jeu, tout reste à parfaire. Je dois faire mieux notamment au contre et en défense. J’ai une grosse marge de progression au service où je dois plus oser et au block où ma lecture doit être meilleure. J’ai souvent tendance à plus fixer le joueur que la trajectoire du ballon. » Un cran supplémentaire qui ne passera pas forcément par un départ à l’étranger pour son entraîneur Olivier Lecat : « c’est un sujet qui me fait toujours rire. Les gens pensent que l’évolution d’un joueur passe forcément par l’étranger. Je pense que l’on ne se rend pas compte aujourd’hui du niveau de notre championnat. Partir pour partir ne sert à rien. Tout dépend du club que l’on rejoint, de l’entraîneur en place… »

 

De mieux en mieux au fil des matchs, Jean Patry affole de nouveau les compteurs : 25 points contre Rennes, 29 contre Toulouse, 19 face à Chaumont. Le pointu se sait enfin de retour : « Nous sommes dans une meilleure spirale depuis la fin 2017 et le succès en cinq sets à Poitiers, plus la double confrontation victorieuse contre Francfort. Le club est enfin sur son rythme de croisière en ayant trouvé une énergie supplémentaire. Je pense que nous avons moins de pression que sur les premiers matchs de championnat. Et puis le calendrier n’était pas favorable avec des déplacements chez les gros et les réceptions d’écuries un peu moins fortes. Ce n’est pas toujours simple à gérer», avise l’attaquant montpelliérain, sur lequel son coach pose un œil attentif et protecteur. «C’est un gamin intelligent, pleins d’ambitions et bien entouré. Je ne me fais pas de soucis pour Jean qui a encore une grande marge de progression. Il est un rouage important dans notre système de jeu. Mais ce n’est pas parce que Jean est dans une meilleure dynamique que Montpellier va mieux. Et inversement. Nous sommes un tout avec de très bonnes individualités. Nous nous cherchions tous. Aujourd’hui, le club est à la lutte pour une place dans le Top 8 et nous ferons tout pour être le plus haut possible au soir de la dernière journée » poursuit Olivier Lecat. Epanoui dans son rôle de pointu qu’il juge « comme un poste à haute responsabilité », Jean Patry compte bien continuer à terrasser ses adversaires. À commencer par les Niçois dès vendredi prochain.