Billetterie

Demirovic, retour à la lumière

le 14/11/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Le nouveau réceptionneur attaquant de Nancy, Eldin Demirovic, réalise un très bon début de saison et partage même, avec le pointu d’Avignon Maoni Talia, le fauteuil de meilleur marqueur de Ligue BM !

 

Quand sa cheville s’est brisée en janvier 2016, Eldin, alors, a serré les mains très fort pour que les rêves ne s’échappent pas. Il n’avait pas 24 ans et l’ascension était belle. Avec lui, Poitiers venait de revenir quelques mois plus tôt en Ligue AM et le club poitevin était même un incroyable leader au cœur de l’hiver, avec ce petit quelque chose d’irrésistible qui paraissait alors pouvoir vous porter très haut. Eldin Demirovic tutoyait les mêmes cieux. Il grimpait sans peine, il s’installait enfin en Ligue AM. Le staff de l’équipe de France commençait même à zyeuter, le garçon brillait. Et puis, soudain, lors d’un match amical, après un saut, la cheville a craqué. Et le temps s’est arrêté.

 

Beaucoup auraient abandonné sur le champ de bataille. Eldin, lui, a lutté. Jusqu’au bout. Il est d’abord revenu sur les terrains, en septembre 2016, dans son bel habit poitevin de dernier survivant de la saison magique 2014-2015, celle de la montée. Une première partie de championnat décente, comme titulaire, puis l’arrivée de Bozidar Cuk le freine encore dans son élan. Brutalement. Eldin retrouve l’ombre mais ne se frustre pas. Dans ses mains, les rêves sont toujours là. Et c’est en Lorraine, désormais, qu’il veut les semer et les voir grandir.

 

Dans une construction d’effectif bien délicate en ce début de saison, Grand Nancy VB réussit presque un petit miracle sur le terrain. Quatrième avec trois victoires pour une défaite, dont un succès de prestige à Narbonne, Nancy fait au mieux ! Avec un Eldin Demirovic qui met au pot son talent, son envie, son plaisir et une efficacité offensive remarquable. «C’était la priorité absolue pour moi d’essayer de le recruter et il a été le premier joueur à venir chez nous», concède le manager du club, Michel Hentzen. «Nancy est le genre de club qui lui convient parfaitement. Il est titulaire, en pleine confiance, avec un entraîneur qui le fait bien travailler. C’est le maillon fort chez nous pour l’instant, même s’il n’est pas le seul pour expliquer notre bon début de saison.»

 

Eldin a retrouvé le sourire. Son choix était donc le bon. A 25 ans, il est à un moment de sa carrière où la bascule doit se faire, il le sait. Avec le coach Dario Dukic, le Franco-Bosniaque né à Sarrebruck en Allemagne, à une grosse heure seulement de Nancy, est en terrain souhaité et connu. «Ma venue à Nancy s’est vraiment faite sur la présence de Dario. C’est quelqu’un que je connais depuis longtemps, je connais son mode de fonctionnement. Je voulais venir ici pour beaucoup travailler, pour progresser et Dario est un bosseur. Après, je voulais aussi un club qui me donne toute la confiance. Sincèrement, on ne se sent pas pleinement utile dans une saison comme celle que j’ai eue l’année dernière», confie Eldin.

 

Le garçon retrouve donc la Ligue BM pour y poser quelques galons sur le veston, avant de rebondir plus haut ensuite. «C’est important d’être l’un des cadres d’une équipe, de pouvoir mener une équipe. C’est important de passer par là pour mûrir encore. J’aurais pu rester en Ligue AM sans être sûr d’avoir une place de titulaire», concède Eldin. A Nancy, il retrouve de l’impact, ce sentiment précieux d’être décisif, il fait le lien dans le groupe entre les joueurs étrangers et français. Il se rend indispensable, tout simplement. Après avoir été fauché en plein vol en Ligue AM, il lui fallait à nouveau toucher terre, vivre les pieds au sol un temps pour nourrir ses rêves. «Pour moi, Eldin est un des tous meilleurs joueurs de Ligue BM. Après en Ligue AM, il faut qu’il soit dans un contexte où le club compte sur lui, comme titulaire. Dans une situation de concurrence, pour l’instant, c’est peut-être plus compliqué pour lui. Si cela nous arrivait à Nancy, croyez-moi, il l’aurait cette chance !», clame Michel Hentzen.

 

En attendant, Eldin ne voit pas au-delà du petit bonheur présent. «Avec toutes les péripéties qu’on a eues en ce début de saison, je suis très satisfait. On s’en sort vraiment bien», glisse-t-il. Et le fait de se retrouver à la tête des marqueurs de la division lui plaît bien aussi ! «Généralement, dans ces rôles-là, ce sont plutôt des pointus. Ça montre juste que je suis capable de marquer, à l’attaque, au service, au contre. Le passeur a confiance en moi, il me donne des ballons et je pense lui rendre plutôt bien sa confiance. Ça me permet de m’étoffer, ce dont j’ai vraiment envie en tant que joueur. Etre dans ce classement, c’est flatteur et plutôt sympa.» A Nancy, Eldin rentre à nouveau dans la lumière. Et dans le creux de ses mains, sûrement que les rêves d’équipe de France, de championnat italien sont toujours là. «Toute cette pression, ces responsabilités, j’aime bien. Ça me rend meilleur», assure-t-il dans un sourire. A Nancy, Eldin a repris son envol…