Billetterie

«Ce match a un côté alléchant»

le 27/10/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Le nouvel entraîneur du TVB, Cédric Enard, va vivre son premier Classique, demain à Paris. S’il n’en fait pas un rendez-vous décisif pour la suite, il concède que ce match a forcément une saveur particulière.

 

 

- Cédric, vous allez disputer votre premier Classique face à Paris. Est-ce un match qui a une signification particulière dans la saison ?

Très honnêtement oui, il a une signification particulière, car il oppose deux ogres du championnat. Ça reste une affiche attendue par tout le monde, à Paris ou à Tours. Après, j’ai tendance, moi, à être tellement focalisé sur le début de saison, ce qu’il faut travailler encore, que la vérité du début de championnat ne sera pas celle de la fin de saison. Je suis vraiment focus sur le travail à effectuer. Maintenant, c’est sûr que ce match a un côté alléchant. Mais l’enjeu n’est pas un enjeu de Play-Offs ou de titre. Je ne crois pas que le vainqueur prendra un quelconque avantage psychologique sur l’autre demain. Ce n’est que le troisième match de la saison. Mais il faut quand même le gagner !

 

- C’est donc un match que vous avez préparé comme les autres ?

Clairement oui. On l’a préparé de la même manière que tous les autres matchs du championnat, pour la raison simple, c’est que, depuis quelques années, si tu n’es pas prêt à jouer n’importe quelle équipe en LAM, tu peux te faire attraper ! Je le répète, pour l’instant on est concentré sur nous et le boulot qu’il faut produire.

 

- Le début de saison est en tout cas positif, avec deux victoires et un collectif largement renouvelé, mais qui semble se mettre vite en place ?

Oui ça se met en place. J’ai même été un peu surpris du niveau de jeu qu’on a pu avoir sur ces deux premiers matchs, par rapport à notre niveau en préparation. L’équipe s’est mise en mode «compet» et a levé son niveau de jeu. On a fait une bonne entame, avec deux matchs «pièges», un déplacement à Tourcoing, promu dans une dynamique de victoires, et la réception de Nice, qui venait de gagner chez lui. On s’est bien sorti de ces deux premiers matchs. Maintenant, on change de style d’adversaire. On joue très clairement une équipe prétendante au titre et armée pour. J’ai hâte de voir comment vont se comporter mes gars.

 

- Dans le jeu offensif, le TVB a visiblement une grande palette de couleurs. C’est intéressant, surtout pour un passeur comme Guillermo Hernan ?

C’est ce qui va changer un peu la donne pour Hermans Egleskalns (pointu du TVB), qui avait beaucoup de ballons l’an dernier à Nice et qui là, peut se concentrer pour être efficace sur un peu moins de ballon. L’équipe est taillée pour Hernan. C’est un tacticien, un technicien, qui aime jouer, vite, varié. Là, il a de quoi faire, il a une grosse palette offensive à sa disposition. A eux de bien prendre les réglages et les automatismes. Mais il y a un bon petit terreau pour pouvoir développer tout ça.

 

- Où en sont Svetoslav Gotsev et Ziga Stern de leur adaptation à la LAM ?

L’adaptation est bonne. C’est à la fois l’adaptation au Championnat, mais aussi au ballon (Molten). Ils ont besoin de nouveaux repères. Mais ce qui est très positif, c’est que tout le monde prend conscience qu’on a une équipe avec trois joueurs pour deux places à chaque poste. A l’heure actuelle, ça se passe bien, tout le monde pousse et continue à travailler. Personne ne se frustre. Sur ce début de saison, c’est Quentin (Jouffroy) et Ziga qui ne jouent pas trop, mais chapeau, ils continuent à bien bosser ! L’état d’esprit y est. Tout le monde est dans le bon sens, il faut continuer car c’est un élément important dans la construction de l’équipe.

 

- Peu avant la reprise, vous étiez en quête de joueurs leaders dans le groupe, pour succéder à David Konecny. Les avez-vous trouvés ou bien cela demeure-t-il en construction ?

C’est encore en construction à ce niveau-là aussi. Les deux premiers matchs se sont bien déroulés et au niveau des scenarios, on n’a pas non plus été mis dans le dur. Mais j’ai vu des choses vraiment bonnes, j’ai vu Guillermo prendre les choses en main, un Hubert (Henno) bien gérer la ligne arrière, un Nathan (Wounembaina) dire des choses. C’est très positif. Maintenant, il faudra voir ça quand on sera un peu plus bousculé, mis dans le dur. Pour continuer à se construire en tant que groupe, en tant qu’équipe, on aura besoin de ça.