Billetterie

Les gros au rendez-vous

le 16/10/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Dans les trois divisions, LAM, LAF et LBM, les ténors annoncés du volley pro ont, dans l’ensemble, tous maîtrisé leur affaire et réussi leur entrée en championnat.

 

LAM

Visiblement, l’idée de base sur cette première journée 2017-2018 était d’éviter tout suspens superflu. Ainsi, aucun match au couteau, pas un 3-2 croustillant, terminé au bout de la nuit à se mettre sous la dent ! Mais plutôt des matchs dominés, maîtrisés, bien fagotés par les cadors présumés de cette saison. Ainsi, le champion, Chaumont, hormis un 3e set perdu au combat face à Nantes Rezé, est-il resté droit dans ses bottes (1-3) et surtout impérial au filet, avec la bagatelle de 14 contres. Porté par un Nikola Mijailovic (20 points dont 6 contres) des grands soirs, il n’a pas vraiment tremblé. Tours non plus, à Tourcoing, au demeurant (0-3). Sa recrue, fine pointe, Hermans Egleskalns, paraît dans les mêmes dispositions qu’à Nice l’an passé (21 points à 70% en attaque). Paris a tout aussi tranquillement dompté Rennes (3-0). 10 blocs, 6 aces, 1h21 de match : du bon boulot. Et Montpellier, itou, face à Sète (3-0), avec 19 points du jeune pointu international, Jean Patry, et 10 contres à 2 au final. Le vice-champion de France, Toulouse, savait qu’il entrait dans cette saison sans véritables points de repères. Il est effectivement resté dans le flou à Nice, battu par les Aiglons (3-0). Malgré deux sets très disputés, les Spacer’s ont offert bien trop de points en route (28 fautes directes). Reste à jouer demain, Ajaccio-Poitiers, pour clore cette 1re journée.

 

LAF

En attendant la rencontre Mulhouse – Chamalières, ce soir, les grandes dames ont tenu leurs rangs. Mais il a fallu se bagarrer, comme souvent en LAF. Ainsi, Cannes, annoncé comme le favori cette saison, a vrillé d’entrée ! Une absence totale au premier set (14-25), avant de se rebeller et d’empocher les trois suivants contre Vandoeuvre Nancy (3-1), grâce notamment au bras armé de Nadia Kodola (24 pts). Dans le Var, le choc Saint-Raphaël – Le Cannet a tenu toutes ses promesses. Mené deux sets à rien, le dernier finaliste du championnat a superbement renversé la rencontre, pour s’imposer au tie-break (2-3). A noter le match plein de la centrale azérie, Olena Hasanova, nouvelle venue au Cannet, et qui a rendu une première copie affriolante (18 points dont 8 contres !). Evreux, aussi, a fait le même chemin (3-2). A 0-2 face au promu quimpérois, les Ebroïciennes sont montées à l’assaut et se sont emparées du filet, terminant le match à 28 contres gagnants, dont 8 pour la pointue lituanienne, Monika Salkute (19 points) !

Pour Nantes et Venelles, en revanche, les débuts sont délicats. A domicile, les filles de Sylvain Quinquis ont subi la force de frappe au service de Béziers (0-3). Quant aux ReBelles de Venelles, après une finale de Supercoupe manquée, les Provençales sont tombées à la maison face à Paris St-Cloud (0-3). Mais cette fois, il y eut bagarre, notamment lors de deux premiers sets finis en «extra-time» ! Côté parisien, la puissance offensive d’Alexandra Dascalu (19 pts) fut précieuse.

 

LBM

Narbonne et Cannes savent pertinemment qu’ils sont surveillés. Mais ils n’ont pas tremblé. A domicile, les Centurions, passé un premier set tenu, ont disposé du promu avignonnais (3-0), dans les pas de Todor Valchev (20 points). A Nancy, face à une équipe rebâtie cet été, Cannes a laissé un set en route (1-3), mais a dicté les débats dans l’ensemble, grâce notamment à un fond de jeu tenu et une paire Zass-Roberts efficace (34 points à eux deux). L’autre équipe à 3 points, c’est Lyon, plus expéditif encore face à Saint-Quentin (3-0 en 1h05), avec un attaquant, Martin Jambon, visiblement toujours bien disposé (17 points à 70%). A domicile, Saint-Nazaire, demi-finaliste des Play-Offs la saison passée, a confirmé qu’il serait coriace ! Après avoir pris, au couteau, les deux premiers sets, le SNVBA se fit rejoindre mais il eut le coup de rein pour empocher le tie-break (3-2) ! Enfin, Le Plessis-Robinson, en déplacement à Orange, fit mieux encore. A 0-2, les banlieusards ont sonné la révolte, emmenés par Kolokilagi et Felicissimo (38 points à eux deux) pour remporter un succès (2-3) et deux points.