Billetterie

Orange, ce n’est que le début

le 08/09/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

TOUR DE FRANCE DES CLUBS : ORANGE (LBM)

Sixième pour son retour en Ligue BM l’an passé, Orange est prêt désormais à vivre une autre aventure. L’équipe a été largement modifiée et l’ambition n’est plus gardée secrète.

 

 

Quand il raconte l’histoire, les mots tombent de partout. C’est sans filet, pertinent, pétaradant et souvent empreint d’une transparente lucidité. Promu la saison passée en Ligue BM, après avoir pansé ses plaies et retrouvé l’équilibre financier, Orange était pourtant, paradoxalement, arrivé au bout de cette histoire. Son technicien serbe, Nenad Djordjevic, le savait évidemment. Et quand il a fallu reconfigurer tout cela en juin dernier, il n’a pas fait dans la dentelle ni le «mélo». Sixième et présent au premier tour des Play-Offs, Orange n’a pas manqué son retour dans le volley pro. Même si pour son coach, il y a pas mal à redire sur cet exercice 2016-2017 qu’il qualifie en fin de compte de «mi-figue, mi-raisin». Mais ce dont il est certain, c’est qu’il fallait un autre souffle, ouvrir un nouveau chapitre. «On arrivait en fin de cycle. On avait des joueurs qui avaient évolué avec Orange depuis trois ans comme Ivan Todorovic et d’autres «Yougos», qui avaient accompagné le projet du club depuis 3 ans, qui avaient accepté de faire un pas en arrière avec lui pour mieux rebondir, après la rétrogradation administrative. Beaucoup nous ont suivis, d’autres compatriotes serbes sont arrivés. A un moment, on en a même eu sept, c’était une armada de «ic» sur le sol orangeois. A un moment donné, il fallait changer de cycle», dit ainsi l’entraîneur de l’ASON, avec humour.

 

 

Orange change donc de cap. L’effectif 2017-2018 est large et tourné vers l’international. Le passeur, Jared Krause (2,02 m) est canadien et de grande taille, le pointu, Fredric Gustavsson, est suédois et il mène l’attaque de l’équipe nationale, Nenad Sormaz est un réceptionneur-attaquant bosnien de 25 ans, qui a déjà vu huit pays ! Orange s’est totalement refait le profil, avec neuf nouveaux joueurs, une bonne brise de jeunesse et un totem d’expérience aussi avec l’arrivée en provenance de Lyon du central écossais, Mark Mc Givern (35 ans). Bref, Orange a fait dans les gros travaux à l’intersaison et Nenad espère bien ériger une belle œuvre sur ce vaste chantier. «On démarre un nouveau cycle, avec beaucoup d’abnégation, de sérieux, d’application. On est un club stable désormais. On n’a plus aucun problème. Tout est en place. C’est le but du jeu de pérenniser le club, de s’inscrire dans la durée, de gagner notre notoriété. C’est un nouveau départ, j’espère que ça va ramener une nouvelle dynamique», raconte le technicien serbe.

 

 

Orange ne se leurre pas non plus. Se frayer un chemin vers le haut en Ligue BM est une épreuve. «Certains pensent que la Ligue BM, c’est rigolo, qu’ils vont se balader les doigts dans le nez. Mais le niveau du championnat est très relevé, c’est compliqué. Tous les samedis, c’est la guerre, des matchs au couteau ! Pour moi, l’incontestable favori, c’est Narbonne. Et puis il y a Cannes, qui est habitué des grands rendez-vous, Nancy qui n’a pas beaucoup renouvelé son équipe et qui sera là aussi. Ça fait trois équipes au-dessus du lot selon moi», estime Nenad. Mais, au milieu de la meute, Orange a bien l’intention de jouer des coudes. L’an passé, si tout ne fut pas parfait, le club de la «Cité des Princes» a eu de jolies fulgurances, enchaînant un temps quatre succès de suite, scalpant quelques gros au passage (victoire à Nancy et face à Tourcoing). Cette saison, le coach a clairement misé sur une forte présence au contre, ce qui fit souvent défaut à l’ASON l’an dernier. «On n’avait pas beaucoup de blocs gagnants l’an passé. Là, c’est clair que cette année on a du monde, de la taille et de bons bloqueurs. On va être mieux loti», envisage Nenad Djordjevic, à l’aube d’une saison qui sonne comme un nouveau départ pour Orange.