Billetterie

Avignon, la sage ambition

le 21/06/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Après deux saisons en Elite, Avignon retrouve la Ligue BM et le volley professionnel français. Avec humilité mais aussi un certain vécu qui peut lui permettre de s’amarrer à nouveau solidement en LNV.

 

 

Il n’y a pas d’euphorie, pas d’emballement, pas de grands bouleversements non plus. Après deux saisons à l’ombre, loin des enluminures, l’AVB, Avignon Volley-Ball, revient dans le grand monde. Champion de France Elite au printemps dernier, le club avignonnais retrouve la Ligue BM et un milieu dans lequel il a longtemps chassé. Avec humilité et raison, mais aussi avec les fruits mûrs d’une certaine expérience pour le club vauclusien, jadis animateur de soirées en Ligue AM notamment, lui qui fut quatrième du championnat en 1996, finaliste de Coupe de France, européen la saison suivante et encore membre de LAM en 2012-2013 !

 

 

C’est peut-être un temps révolu aujourd’hui, mais les étincelles passées ont inscrit le club au patrimoine et ce vécu-là sera évidemment précieux à l’heure d’attaquer une saison en Ligue BM, sur la base de l’effectif qui porta le club vers la montée la saison passée. «C’est une division qu’on connaît bien. On a passé près de 20 ans en LNV, dont une dizaine d’années en Ligue BM. On a quand même roulé notre bosse en Ligue BM. On n’est pas comme un club qui découvre. On est prêt à çà et  la marche sera peut-être moins haute à franchir», estime Thierry Minssen, le président du club de la cité papale.

 

 

L’objectif fixé est donc tout simple et les ambitions ne sont pas folles. Avant de voir plus loin, d’envisager, un jour, un retour au plus haut niveau, en Ligue AM, Avignon veut d’abord s’installer, s’ancrer en Ligue BM. «Dans un premier temps, on veut vraiment se stabiliser en Ligue BM. Si jamais on veut rejoindre la Ligue AM un jour, ça ne peut pas se faire à court terme, mais à moyen terme, avec une construction un peu différente et un apport des partenaires privés plus important», avise Thierry Minssen. Lors de son dernier passage en Ligue AM, Avignon s’était brûlé les ailes financières et il a fallu du temps et de la persévérance aux dirigeants pour remettre le club d’aplomb. «La remontée en Ligue BM était vraiment l’objectif cette année. C’était même vital pour le club», admet son président. L’AVB a donc parfaitement rempli l’office et il est désormais en bonne santé. «Ces deux saisons en Elite ont permis de se refaire une santé financière. Les comptes sont équilibrés, la situation nette est équilibrée et on aura un budget entre 550 et 600.000 euros en Ligue BM», assure encore son président.

 

 

Pas de quoi dilapider un sou ou rêver de l’impossible. Mais Avignon veut être sage la saison prochaine. La prime est à la continuité, la bonne foulée. Ainsi, le club de PACA partira-t-il avec dix joueurs dont un gros noyau dur de l’épopée 2016-2017. Le tandem, José Amet (entraîneur) et Jean-Claude Amoureux (assistant et préparateur physique) conservent les commandes techniques. Côté effectif, le pointu français, Maoni Talia, reste le fer de lance de l’attaque avignonnaise, tandis que Ricardo Martinez (passeur), Raphaël Pascal (central), Freddy Saelens (central) et Vincent Lacombe (réceptionneur-attaquant) sont toujours là aussi. Côté recrutement, deux nouvelles figures ont déjà signé : le jeune réceptionneur-attaquant, Gauthier Bonnefoy (22 ans), en provenance de Montpellier, et le central camerounais, Sem Dolegombai (26 ans). «On aura dix joueurs pros et deux jeunes pour compléter l’effectif», précise le président de l’AVB, qui recherche encore un réceptionneur-attaquant au profil plutôt offensif et qui rêve d’un maintien en bon ordre, assorti, pourquoi pas, d’un petit tour en Play-Offs. «Réussir le début de saison, gagner quelques matchs d’entrée sera capital. C’est la clé du succès, pour assurer l’objectif et obtenir un maintien avec la 7e, 8e place», envisage Thierry Minssen. La nouvelle aventure avignonnaise est donc déjà lancée…