BILAN PHASE ALLER

le 11/01/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Chaumont en LAM et Béziers en LAF ont su créer une belle dynamique autour de résultats positifs et se sont comportés en patrons sur la phase aller. En LBM, c’est Nancy qui vient contrecarrer sérieusement les plans du duo Rennes et Tourcoing.

 

LAM

Le CVB52 est incontestablement l’équipe de cette première partie de saison. Hormis la défaite en ouverture, à Tours (une rencontre jouée avec deux blessés majeurs !), les Chaumontais ont fait montre d’une impressionnante maîtrise collective. Sur la base d’un jeu physique, agressif, propulsé par une grosse qualité de service générale, l’équipe de Silvano Prandi a enchaîné dix succès de rang ! Une constance que Paris et Tours, les deux cathédrales du volley français, n’ont pas encore totalement trouvée. Tours est parfois sorti des rails dans l’attitude et cela n’a guère plu à Giampaolo Medei, Paris fut souvent trop dispendieux en fautes directes et pas assez tueur sur certaines fins de match. N’empêche, tous deux sont là, en haut de classement. Paris avec cinq succès de rang, malgré l’absence de Franck Lafitte depuis la 1re journée, et Tours, avec un jeu qui semble de plus en plus en place. Mais l’autre grand vent frais vient de l’Hérault. Derrière une deuxième moitié de saison manquée l’an passé, Montpellier a tourné la page et lancé une nouvelle aventure avec l’arrivée d’Olivier Lecat sur le banc. Le savant dosage entre expérience et jeunesse fonctionne à plein et la perle d’attaque, Jean Patry (20 ans), quatrième marqueur et premier Français (224 pts), est plus qu’à la hauteur.

Derrière ce quatuor, Toulouse demeure un outsider sérieux, avec dans ses rangs le canonnier belge, Bram Van den Dries. Ajaccio, déjà galonné avec la Supercoupe, fut parfois sur courant alternatif, mais il espère récupérer vite son pointu titulaire, Jovica Simovski. Le dernier finaliste, Sète, a changé beaucoup de choses à l’intersaison et raté son entame (3 défaites en 4 matchs). Il doit maintenant trouver un rythme et une stabilité. Nice est un beau promu, solide et vaillant, malgré l’absence en début de saison de son passeur titulaire, Rusmir Halilovic, mais avec le meilleur marqueur du championnat, Hermans Egleskalns (235 pts).

Derrière, Cannes et Poitiers ont eu de gros chantiers à gérer. Arnaud Josserand a dû faire longtemps sans son passeur, Pierre Pujol, tandis que Poitiers a parié sur l’audace, avec Nimir Abdel Aziz en pointe, en espérant que les fruits tombent en deuxième partie de saison. Enfin, pour Nantes Rezé, la période est délicate, avec sept défaites de rang, plus encore pour Narbonne qui n’a pas gagné un seul de ses onze premiers matchs.

 

LAF

A Béziers, la grande et belle affaire de l’année assurément ! En engageant la jeune franco-suédoise, au sang paternel français, Isabelle Haak, le club héraultais a réussi un coup faramineux. La jeune blonde étincelle et rayonne sur la division (meilleure marqueuse avec 268 pts). Dans son sillage, le club fait front et avance sans faillir, même quand il perd en route, Héléna Cazaute (genou) ! Bref, Béziers va être dur à contester, même si Mulhouse n’est pas loin. Solide, collective, percutante et disciplinée, l’ASPTT est une belle machine, tractée par la puissante Daly Santana. Derrière, Nantes réalise un excellent parcours. Troisième à mi saison, le club nantais s’est aussi adjugé la semaine dernière le record d’affluence LNV face à Saint-Raphaël avec 4356 spectateurs, preuve éclatante que le volley féminin plaît beaucoup en Loire-Atlantique ! Le Cannet aussi fait une très belle première partie de saison, mais il est sous la menace d’un retrait de sept points. En attendant, l’équipe se bat et ne lâche pas un match (deux défaites 3-2 sur quatre). Paris St-Cloud est un peu plus loin car un peu trop inconstant pour accrocher le wagon de tête. Idem pour le RC Cannes de Laurent Tillie, qui n’est parvenu qu’une fois à enchaîner deux succès consécutifs, en ouverture de saison !

Venelles, beau demi-finaliste l’an passé, a quasiment dû tout changer et cette première moitié d’exercice est forcément plus compliquée. Le promu Evreux a réussi le gros coup en étant  la seule équipe à avoir fait tomber Béziers sur la phase aller !  Le champion, Saint-Raphaël, a vécu une demi-saison totalement dans l’ombre et se retrouve aujourd’hui sous la ligne des Play-Offs. Après un bon lancement, Quimper accuse un peu le coup depuis décembre, avec deux points en cinq matchs. Enfin Vandoeuvre Nancy est de nouveau en lutte pour le maintien après son succès en Bretagne. Terville Florange en revanche est très loin, avec deux points et une seule victoire.

 

LBM

Nancy sème la zizanie. Alors que Rennes et Tourcoing étaient bien au chaud, à la lutte pour l’accession, les Lorrains ont déboulé, sans bruit en fin d’automne. Huit victoires de rang, un «ancien» pointu de 35 ans, Mladen Majdak qui fait des cartons et voilà Nancy qui se poste en leader ! Evidemment, ça contrarie un peu les plans rennais, même si le collectif de Nikola Matijasevic demeure très solide. Tourcoing est aussi gêné aux entournures, mais avec le bras du meilleur marqueur LBM, Ronald Jimenez (235 pts), il peut toujours se hisser tout en haut. Derrière, c’est presque une autre histoire. Cambrai, qui compile quatre succès sur les six derniers matchs, est sorti du deuxième peloton. Saint-Nazaire et Orange sont des promus valeureux et difficiles à jouer chez eux. Lyon, propulsé par son pointu, Martin Jambon, est capable de jolis coups et Le Plessis-Robinson s’accroche aux Play-Offs. Derrière, en revanche, Martigues déçoit. Sur le papier, l’équipe est de qualité, mais elle ne parvient pas à s’exprimer pleinement jusque-là. Strasbourg, après un début de saison encourageant, a baissé de pied. Et c’est pire pour Saint-Quentin, qui avait gagné ses deux premiers matchs de championnat et depuis, plus rien !