La vie sans Cazaute

le 17/12/2016
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Le leader de LAF, Béziers, qui reçoit le RC Cannes ce soir, devra faire sans sa meilleure réceptionneuse-attaquante et grand espoir du volley féminin français, Héléna Cazaute, jusqu’à la fin de la saison.

 

Le diagnostic délivré jeudi n’a surpris personne. Le club s’y était déjà préparé. Cyril Ong, le coach, l’avait anticipé. Victime d’une rupture du ligament croisé, Héléna Cazaute a d’ores et déjà mis un terme à sa saison. Sur une réception un pied qui vacille samedi dernier à Evreux. Le pied dans l’axe, le genou qui ne suit pas… Le leader devra donc se passer jusqu’au bout de l’une de ses meilleures joueuses, de son diamant français qu’il choie et polit avec soin depuis plusieurs années maintenant, alors que le club était embarqué depuis deux mois dans la plus belle aventure de son histoire.

 

Forcément, le coup est rude, cruel, la tristesse immense. Il y a dans ce malheur comme la marque du vil destin qui semble se plaire à faire des ratures dans le ciel des Angels. La saison dernière, Héléna Cazaute, déjà, avait manqué six semaines de championnat au cœur de l’hiver en raison d’une blessure à l’épaule. Puis, alors que Béziers s’arrimait aux Play-Offs avec une farouche ambition, le club héraultais perdait Hélène Schleck, son attaquante emblématique, sa fine lame. «Ça fait un peu beaucoup en quelques mois», souligne aujourd’hui Cyril Ong à la lecture du constat.

 

Mais voilà, maintenant, il faut se relever, se révolter, continuer d’avancer. Béziers demeure un solide leader de LAF et son effectif, même amputé d’un élément plus que majeur, a de la qualité et de la valeur. «Je vais essayer de faire jouer la corde affective, celle de la révolte. Je vais essayer d’être un bon entraîneur sur le côté ce soir. C’est ce groupe, sans Héléna, qui jouera les trois, quatre prochains matchs et elles doivent trouver les solutions», relate Cyril Ong, avant de croiser les filles du RC Cannes de Laurent Tillie ce soir.

Evidemment, rien ne sera plus comme avant. Car, depuis le début de la saison, Béziers faisait tomber les balles en grêle, sous les assauts d’un tandem franco-suédois d’adolescentes effrontées au talent rare, Isabelle Haak (17 ans) et Héléna Cazaute (19 ans). A elles deux, elles ont ravagé les terres de France, attaquant 60% des ballons et scorant 60% des points du Béziers Volley ! A elles deux, c’était une moyenne de 40 par match (16 pour Cazaute, 24 pour Haak) depuis le début de la saison.

 

Le club, forcément, va se mettre en quête d’un joker. «Tu ne peux pas demander à une gamine de 17 ans de jouer cent ballons par match et de faire 50 points ! Ce n’est pas possible. Et puis, c’est important de montrer qu’on reste ambitieux. Pour tout le monde, le club, les supporters, on se doit de continuer à avancer. On a aussi de la qualité derrière, on va se battre», admet l’entraîneur, qui va responsabiliser un peu plus la jeune réceptionneuse-attaquante, Safiatou Zongo, sur les matchs qui viennent. «Naturellement, Safiatou prend sa place, l’équipe a été constituée comme ça. On fait confiance à la jeune garde qui ne nous a jamais déçus», avise l’entraîneur qui attend aussi un sursaut, un supplément d’engagement des joueuses cadres. «Elles doivent faire plus pour compenser», dit-il.

 

Ce soir, Héléna Cazaute sera au match. Le cœur dans l’étau. Mardi prochain, elle sera opérée du genou. Son retour n’est pas programmé avant la fin du mois de juin. La saison 2016-2017 est terminée pour elle. Mais l’aventure pour Béziers continue et elle peut toujours être belle…