Billetterie

Tourcoing part en conquête

le 06/10/2016
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Nouveau coach, équipe largement remodelée et ambitions clairement affichées : le TLM se pose cette saison en candidat déclaré et sérieux pour la montée en LAM.

 

 

Souvent, on s’ingénie à camoufler les ambitions sous l’épais tapis de la grande incertitude du sport. C’est aisé, pratique et prudent et au moins, en affirmant à demi-mots, on ne fanfaronne pas, pense-t-on. Mais à l’humilité artificielle et excessive, on préférera toujours mille fois ceux qui s’affichent, qui se montrent et qui osent. L’audace souvent fait la fortune. Et à l’aube de cette saison, Tourcoing ne craint donc pas de se positionner. Après une saison dernière erratique et finalement décevante, malgré une 3e place régulière et une demi-finale perdue d’un rien face à Nice en Play-Offs, le TLM a changé beaucoup de choses, avec un horizon clairement dégagé en tête : la remontée en Ligue A. «Je ne sais pas si l’on passe à autre chose, si l’on peut dire que l’on change du tout au tout, car on va continuer à jouer au volley, avec la volonté de gagner, celle qui habitait Olivier Lecat l’année dernière. L’objectif est clair : gagner le championnat !», exprime ainsi Vincent Royer, le président du club.

 

Tourcoing monte donc à l’assaut. «Il y a un esprit de conquête», confirme le boss du club tourquennois. C’est d’ailleurs, en ce sens, au-delà même de la qualité intrinsèque de l’effectif, que le recrutement a été envisagé. Avec, en première pièce du puzzle, le nouveau coach croate, Igor Juricic, ex central baroudeur qui a traversé tous les championnats d’Europe ou presque et qui s’est ensuite posé sur les bancs d’Harnes (LBM) puis du Prefaxis Menen, en Belgique, la saison dernière. Coach rigoureux, fin tacticien, travailleur, Juricic a séduit la direction et semble coller parfaitement aux aspirations du club. «C’est quelqu’un qui maîtrise son sport techniquement et qui humainement nous a convaincus», relate Vincent Royer. «C’est un gros travailleur, un mec sain, un mec bien, qui s’inscrit complètement dans le projet. A côté de cela, je trouve que c’est intéressant aussi de voir le jeu par l’œil d’un central et le fait qu’il ait beaucoup voyagé, qu’il se soit imprégné de cultures volley différentes est une vraie richesse.»

 

Autour, l’équipe constituée est solide. Malgré un budget réduit de manière significative aux alentours du million d’euros désormais, il y a de la qualité, de l’expérience et des âmes vaillantes. A la pointe, le Chaumontais, Ronald Jimenez (2m, 26 ans) a déjà laissé quelques ardoises en France et le passeur international portugais attendu cette semaine, Miguel Tavares (1,89 m, 23 ans), présente lui aussi de belles références. «Dans la composante de l’équipe, ce qui nous intéressait c’était d’avoir des joueurs qui soient des combattants. Et sur les postes clés, on n’a pas hésité à chercher des joueurs déterminants», résume encore le président du TLM. «L’objectif, c’est de jouer pour monter. (…) J’ai essayé de viser des joueurs ambitieux, certains avec de l’expérience, d’autres avec un peu moins d’expérience mais du potentiel pour travailler», confiait l’entraîneur, Igor Juricic, dans une interview donnée pour le site du club, tourcoing-volley.com.

 

Le TLM ne se cache donc pas. Et tout le monde se dit aujourd’hui qu’il a une belle tête de favori, au même rang que Rennes. Le président, lui, ne s’aventure pas dans les pronostics «de papier». «Sur ces questions-là, le passé m’a toujours donné tort», clame-t-il. «Ce que je vois, c’est que pour l’instant, l’équipe tourne bien, elle est dans l’état d’esprit désiré. Les mecs sont pros, ils bossent, ils ont la tête sur les épaules et ils remplissent pour l’instant les objectifs fixés lors du recrutement.» Reste désormais à tenir les engagements sur l’ensemble de la saison…