Billetterie

Lyon : Se relever et se battre

le 05/10/2016
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Longtemps dans l’attente d’un éventuel repêchage, l’ASUL repart finalement en Ligue BM, pour une saison qui s’annonce forcément délicate, mais qui peut aussi forger les caractères d’une équipe rajeunie.

 

Ils y ont cru une bonne partie de l’été. Malgré une relégation sportive actée, entérinée un triste soir d’avril à domicile, face à Toulouse, l’espoir avait continué de voleter sur les bords du Rhône. Entre les tracas financiers des uns et les tourments pécuniaires des autres, Lyon se disait qu’il y aurait peut-être une bouée jetée là au dernier moment. «Ça a forcément été un peu compliqué à vivre car on est restés dans l’attente d’un éventuel repêchage jusqu’à la mi-août, sans trop savoir ce qu’on allait faire en termes de recrutement, une équipe de Ligue A ou de Ligue B», raconte l’entraîneur de l’ASUL, Fabrice Chalendar. Mais la bouée ne fut jamais jetée et Lyon a plongé en Ligue BM.

 

Il faut donc se relever, repartir, reconstruire au plus vite, retrouver l’envie. Car cette fin d’année 2015-2016, au-delà du triste sort, c’est aussi un peu comme un grand livre qui se ferme, avec le départ d’un emblème, d’une légende du volley mondial, le pointu bulgare Vladimir Nikolov. A 38 ans, l’auguste galonné a tiré sa révérence après trois dernières saisons lyonnaises et d’un coup, l’ASUL a ressenti un grand vide. D’autant que Nikolov, un temps pressenti pour épauler Fabrice Chalendar à la manœuvre de l’équipe, est finalement retourné chez lui vers d’autres projets. Lyon a dû sécher ses larmes et fabriquer une équipe pour les combats de Ligue BM. Même si un noyau dur est resté, l’équipe a été remodelée à 70%, sur la base d’un dosage expérience-jeunesse que le technicien lyonnais espère être le bon. «Ça a été un petit peu complexe, c’est toujours compliqué de gérer tout ça. Maintenant, la Ligue B on connaît. On va faire avec les moyens du bord pour cette saison», reconnaît le technicien lyonnais, qui visera d’abord les Play-Offs comme premier horizon.

 

Avec un budget sérieusement raboté et une masse salariale retaillée à la serpe, l’ASUL n’a pas pu faire de miracle et Fabrice Chalendar a même dû repositionner Martin Jambon (1,90 m, 27 ans), venu d’Alès comme réceptionneur-attaquant et qui devrait officier à la pointe de l’attaque lyonnaise, faute de pointu de métier ! Et la recrue colombienne, Andres Piza Hernandez (2,02 m, 25 ans), un réceptionneur-attaquant aux qualités offensives indéniables, soigne déjà une entorse de la cheville, même s’il devrait être apte pour la reprise du championnat. Bref, Lyon s’organise au mieux pour gérer une situation plutôt délicate, mais le coach veut voir dans tout cela des rayons d’optimisme. Les arrivées du central canadien, Max Burt (2,06 m, 28 ans) ou du passeur, champion de France de Ligue BM avec Nice, Raphaël Corre (1,96 m, 26 ans), doivent apporter ce brin d’expérience en plus qui sécurise un effectif. «C’est un groupe qui est assez homogène, avec un bon état d’esprit pour l’instant et les anciens qui aiguillent les jeunes», résume Fabrice, avec satisfaction. «Ça va être un gros championnat C’est une saison qui risque d’être compliquée, on espère passer à travers les blessures. Mais ça travaille bien et les joueurs ont hâte que le championnat démarre.» Une fois dans le tambour, il ne sera plus temps d’analyser. Il faudra simplement bien jouer…