Billetterie

Ajaccio : le Gaz, c’est la dynamique !

le 28/09/2016
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

La pleine réussite sportive l’an passé a validé tout le travail de développement entrepris par le club corse qui entend bien s’installer désormais parmi les cadors de la LAM.

 

Evidemment, on ne sort pas d’une saison comme celle-ci en faisant la moue et en traînant des pieds. Au Gazélec, il y de la joie, de l’ambition, un ardent désir d’aller voir encore un peu plus loin comment ça se passe. L’an passé, Ajaccio a confirmé qu’il pouvait maintenant rouler des mécaniques dans la cour des grands. Cinquièmes de la première phase, demi-finalistes des Play-Offs, éliminés par Sète n°1 de l’exercice régulier, les Gaziers ont surtout décroché au printemps 2016 le premier trophée LAM de l’histoire du club : la Coupe de France (victoire en finale, 3-2 face à Rennes). Une première ligne sur un palmarès qui n’est jamais anodine et qui nourrit forcément un peu plus l’ambition d’un club désormais solidement installé sur ses bases, structuré et serein. «On essaie toujours d’évoluer depuis trois, quatre ans que l’on se tient dans le haut du classement, et le premier titre en Ligue AM du club l’an passé valide tout le travail effectué», résume l’entraîneur adjoint, Nikolai Kratchkowsky.

 

C’est donc sur cet élan qu’Ajaccio, qui accueille le 15 octobre prochain la journée des Supercoupes, prépare résolument la saison qui arrive. D’autant que le socle de l’équipe n’a pas été touché et que beaucoup d’automatismes sont déjà là. Huit des douze Ajacciens 2015-2016 sont en effet restés sur l’Ile de Beauté et le staff s’est d’abord appliqué à combler les départs, avant d’envisager les futures combinaisons stratégiques. «On a travaillé sérieusement pour remplacer les joueurs partis. On conserve pas mal de titulaires, c’est intéressant, les affinités sont déjà en place. Et c’est aussi plus simple d’intégrer quatre joueurs à un groupe qui se connaît déjà», résume l’adjoint du coach, Frédéric Ferrandez.

Ainsi, pour remplacer le physique central allemand, gros contreur, Michael Andrei, Ajaccio a porté son dévolu sur un grand finlandais, Tommi Siirila (2,03 m, 23 ans), arrivé en Corse hier, après avoir arraché la qualif à l’Euro avec son équipe nationale. Pour apporter une touche offensive supplémentaire en «récep 4», le Gaz a également embauché le Serbe de Tourcoing, Nikolai Mijailovic. Enfin, Ludovic Castard à la pointe et Daniel Petrov à la passe joueront eux le rôle de doublure de luxe.

 

Ajaccio est donc déjà paré, ou presque. Vainqueur du tournoi d’Avignon la semaine passée, le Gazélec profite et entretient ses acquis collectifs. «On a réussi à mettre en place un début de stratégie d’équipe», convient avec satisfaction l’assistant-coach d’une équipe visiblement à l’aise et tranquillisée dans son antre du Palatinu, copieusement garnie depuis deux ans et où, désormais, elle se sent forte. «On commence à avoir un vrai public, des supporters fidèles, une belle ambiance et ça donne envie», résume encore Nikolai. Ajaccio ne se cache donc plus. L’ambition en bandoulière, le club corse va de l’avant paisiblement. Sans se fixer d’objectif précis, mais simplement porté par un bel enthousiasme et une réussite sportive sur lesquels le Gaz entend continuer de s’élever cette année.