Billetterie

Nice, attention à la marche

le 23/09/2016
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Le promu niçois a largement remanié son équipe pour tenter d’être à la hauteur en LAM, ajoutant une grosse pincée de vécu et un peu plus de professionnalisme dans le moteur.

 

L’apprentissage de la marche en LAM n’est pas simple pour le NVB cet été. Et pourtant, le club azuréen a déjà fait un bon bout de chemin à ce niveau dans son histoire. Mais voilà, même si ça ne s’oublie pas, il faut tout de même envisager un temps de reprise, pour que les choses se règlent tranquillement. Seulement, ce fameux temps de reprise, celui où l’on pose les bases, où l’on évalue, où l’on s’acclimate, est quelque peu agité sur la Côte d’Azur ! «La période est assez perturbée», convient le coach, Mladen Kasic, pas franchement dans son assiette, quand il raconte les premières semaines d’une préparation souffreteuse.

 

Et pour cause. Alors que Nice a ravalé toute la façade, changé sept des dix joueurs qui envoyèrent le club au ciel de la LAM en mai dernier, le club s’emberlificote dans les problèmes depuis le début de la préparation, alors qu’il a tant à œuvrer pour forger un collectif d’ici la mi-octobre ! Le jour de la reprise, il manquait quatre joueurs sur dix, soit près de la moitié de l’effectif. Cela encore, c’est malheureusement le lot de beaucoup de clubs en ce début de saison. Avec ça et durant deux semaines, il a fait une chaleur suffocante dans la salle, rendant  les travaux physiques pénibles et les séances de jeu compliquées. Mais le pire était encore à venir : au bout de trois jours, en marchant, le passeur titulaire, le Bosnien Rusmir Halilovic, se fracturait le 5e métatarse ! Résultat, une broche dans le pied et six semaines d’arrêt encore. «Heureusement, Fran (Kasic) est arrivé. Mais on va commencer le championnat sans premier passeur. Ce n’est pas la meilleure manière de lancer la saison, mais il ne faut pas pleurer, il faut faire avec», raconte le technicien croate du NVB.

 

En attendant de pouvoir travailler collectivement sérieusement, Mladen prend le pouls de chacun, fait connaissance, apprivoise son nouveau groupe. Car, même s’il aurait aimé garder un ou deux éléments de plus de la saison passée, il lui semblait indispensable de renouveler et surtout de renforcer une équipe, d’abord formatée pour la Ligue BM. Les arrivées du géant central bosnien de Chaumont, Gojko Cuk (2,09 m) et d’un autre homme de centre venu de Toulouse, Philippe Tuitoga ou encore celle du très technique réceptionneur-attaquant chaumontais, Milos Terzic répondent à ce besoin de vécu de Ligue AM. Quant au nouveau pointu niçois, le Letton, Hermans Egleskalns (2,04 m, 25 ans), il semble être une bonne pioche. En tout cas, il va chercher très haut et enchaîne les cartons avec son équipe nationale en matchs de qualification à l’Euro !

 

Bref, Nice se construit doucement, même si ce groupe paraît sans doute un peu plus réceptif et à l’écoute que celui de l’an dernier, pétri de talent, mais parfois léger sur la discipline, valeur cardinale pourtant chez le coach. «C’était difficile de gérer. Il y avait de gros talents, mais pas forcément de très bons travailleurs. Il fallait batailler tout le temps pour travailler. Cette année, j’espère qu’il y aura un peu moins de batailles avec les joueurs, j’espère constituer un relationnel autrement que par le rapport de force», explique Kasic, qui glisse tout de même : «J’ai pris des joueurs sympas, cool, mais qui ne parlent pas beaucoup encore. On verra une fois l’équipe en place.» Ce NVB 2016-2017 pourra alors révéler tous les secrets de sa véritable personnalité…