Billetterie

Un œil sur les bleues

le 20/05/2016
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

L’équipe de France féminine dispute aujourd’hui et demain face à la Hongrie deux rencontres préparatoires à la Ligue Européenne. Une première base de travail avant le grand rendez-vous des qualifications à l’Euro 2017 en septembre prochain.

 

Il y a des traces qu’il serait bon de suivre, des empreintes de pas de géant qui peuvent vous emmener très loin. Magali Magail, la sélectionneuse de l’équipe de France féminine, le sait très bien. Entraîneur de Mulhouse et coach de l’équipe de France, elle a vite fait de mesurer les bénéfices à tirer de se regarder tous les matins dans le miroir de l’équipe de France masculine, plutôt que de compter et jalouser tous les lauriers et les  louanges que les garçons ont récoltés depuis moins d’un an.

Les Bleues partent de loin, indéniablement. Mais dans l’ombre des grands hommes, elles n’ont surtout pas envie de se recroqueviller mais bien plus de s’élever et grandir. «Bien sûr, ce n’est pas facile d’exister à côté d’eux. Mais le volley masculin doit nous montrer la voie. C’est une bande de copains, ambitieuse, qui a travaillé pour en être là. Ce n’est pas arrivé en un jour. C’est un travail de longue haleine et c’est pour ça qu’on doit avoir ce désir d’avancer. On est dans l’ombre de cette équipe là, mais on est ensemble, c’est notre sport et on est fier d’eux. Ils nous ont montré le chemin à suivre», relate très justement Magali Magail.

 

Depuis le 11 mai et le rassemblement des Bleues à Ensisheim en Alsace, les Françaises, 100% made in LNV (Cristina Bauer, qui évolue à Piacenza en Italie, rejoindra le groupe sur le stage à Harnes), donnent tout, avec une ardeur, un désir, une conviction qui ravit leur sélectionneuse. «C’est une équipe très jeune, une génération qui se découvre, qui a de l’ambition. On travaille 4h30 à 5h par jour et elles ne rechignent pas. Elles sont dans un engagement total, elles ont faim !», raconte-t-elle.

Et ce n’est évidemment pas pour faire simplement les belles face à la Hongrie aujourd’hui à Ensisheim et demain à Mulhouse ! Pas juste pour briller face à l’Espagne, l’Azerbaïdjan et le Monténégro lors de la Ligue Européenne (10-12 juin à Rennes). L’horizon est ailleurs. La mire est réglée sur les qualifications à l’Euro 2017, en septembre prochain. Absente du championnat d’Europe en 2015, l’équipe de France, cette fois, veut en être ! «Cette Ligue Européenne, c’est important, mais ça doit être un outil de préparation pour notre objectif principal qui est les qualifications au championnat d’Europe», convient d’ailleurs l’entraîneur français.

 

Alors les Bleues marnent et posent «les fondations de la maison France», comme le dit Magali. Avec l’insouciance de la jeunesse et du talent, à l’image du petit prodige, révélation de l’année LAF, la réceptionneuse-attaquante de Béziers, Helena Cazaute (18 ans) et de la passeuse nantaise, Nina Stojilkovic (19 ans) ou bien dans l’élan d’une saison aboutie, comme pour la pointue du SF Paris Saint-Cloud, Alexandra Dascalu (25 ans) par exemple,  l’équipe de France tente de cimenter, d’agglomérer toutes ces belles  promesses. Et pour faire le lien et le liant, l’expérience et les conseils de «l’ancienne»,  la libéro biterroise, Alexandra Rochelle (32 ans), sont plus que précieux, d’autant que la Cannoise, Deborah Ortschitt, qui pouvait aussi tenir un peu ce rôle, est blessée. «Alexandra a pris ce leadership, ce poste de guide de l’équipe. Elle a l’expérience, elle transmet, elle rassure, elle montre l’exemple», confirme Magali Magail.

Ce soir, pour sa première sortie 2016 face à la Hongrie, l’équipe de France ne doit pas dévier de la route, rester dans la trame qu’elle a tracée depuis le lancement de la préparation le 11 mai dernier. «J’aimerais voir le même engagement qu’à l’entraînement. Qu’on essaie d’être parfaites sur ce qui dépend de nous, qu’on soit dans l’état d’esprit de rattraper l’erreur de l’autre. Continuons à travailler, à avancer, sans brûler les étapes», résume simplement la sélectionneuse française. L’horizon tant guetté est encore loin…


Les joueuses du groupe France :
1. CAZAUTE Helena 17/12/97 - BEZIERS VOLLEY-BALL
2. SEVIN Tiphaine 24/06/93 - ISTRES OUEST PROVENCE VOLLEY
4. BAUER Christina 01/01/88 - PIACIENZA (Italie)
5. MARTIN Pauline 20/10/95 - BEZIERS VOLLEY-BALL
6. SAGER-WEIDER Isaline 05/07/88 - VANDOEUVRE-NANCY VB
7. SOUPLY Astrid 21/07/93 - ASPTT MULHOUSE
9. FEDELE Elisabeth 11/01/94 - ENTENTE SPORTIVE LE CANNET
10. ORLE Maëva 08/05/91 - ASPTT MULHOUSE
11. DRUENNE Clémentine 05/12/93 - VOLLEY-BALL NANTES 
13. GAUTHIER RAT Marion 13/02/93 - VOLLEY-BALL NANTES 
17. DASCALU Alexandra 17/04/91 - SAINT-CLOUD PARIS SF
18. ROCHELLE Alexandra 14/12/83 - BEZIERS VOLLEY-BALL
19. STOJILJKOVIC Nina 01/09/96 - VOLLEY-BALL NANTES 
20. DELABARRE Lauriane 24/04/87 - SAINT-CLOUD PARIS SF