Billetterie

Retour sur les 1/4 de finale retour

le 14/04/2016
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'
Alors que les saisons régulières de LAM et LAF avaient donné lieu à une empoignade générale, les quarts de finale des Play-Offs ont été expédiés puisqu’il n’y aura qu’un seul match d’appui, entre le SF Paris Saint-Cloud et Le Cannet chez les femmes ! En LBM, Le Plessis-Robinson contraint Tourcoing à une troisième manche également.

LAM
C’est le temps des braves, des costauds, de ceux qui savent. Tours, quadruple champion de France en titre, est un vieil habitué de ces parties de manivelle de printemps, celles qui forgent les caractères et vous font une belle argenterie en vitrine. Malgré un match moins clinquant qu’à l’aller, le TVB a fait le métier à Nantes Rezé (1-3). Et l’on se régale d’avance de l’affiche promise en demi-finale où Tours retrouvera son «meilleur ennemi», Paris ! Les Parisiens, comme, l’avait prédit Nicholas Hoag, se découvrent et s’inventent une belle histoire à l’heure des Play-Offs. En deux manches, ils ont renversé la série et mis au tapis Chaumont, 3e de la saison, équipe retorse jusque-là et difficile à manœuvrer. Hier, dans un Charpy chaviré, il a fallu cinq sets (3-2) et plus de 2 h aux Parisiens pour mater des Hauts-Marnais, mieux disposés qu’à l’aller et qui avaient retrouvé leur bras, Stephen Boyer (28 pts). Mais Paris a de la couenne et une âme sur ces Play-Offs. En mettant la pression au service et au block, Paris a trouvé fortune. Sur la balle de match, Ardo Kreek a stoppé Boyer, réussi son sixième contre du match (sur les 12 du Paris Volley) et voilà Paris qui passera bientôt par la Touraine !
De l’autre côté du tableau, Sète a été plein de justesse à Poitiers. Le vainqueur de la saison régulière a éteint le feu de Lawson-Body avant même que les flammes n’essaient de monter au ciel ! En trois sets secs (0-3), le leader de la saison a étouffé le tandem Poey - Bartman (11 pts seulement) et s’est lancé à toute berzingue à l’assaut du titre ! Il lui faut maintenant tancer les Corses d’Ajaccio, eux aussi, maîtres de leur quart de finale, remporté en deux manches face à Toulouse (1-3 hier), sur la force d’un collectif où ça peut tomber de partout !


LAF
Cannes a été chahuté, Cannes a lutté, mais le champion est passé (2-3). A Nantes, où les Cannoises n’ont pas toujours batifolé ces dernières années, les filles de Yan Fang ont encore gagné les points qui comptent. Au total, c’est donc en dix sets et deux tie-breaks que les partenaires de la meilleure marqueuse LAF, Nadiia Kodola (24 pts hier), poursuivent leur chemin. Et c’est finalement une belle affaire quand on voit que derrière, il y a eu du petit bois parmi le quatuor qui a joué la sérénade toute l’année ! Béziers, orphelin de Hélène Schleck, n’a pas trouvé ni les ressources ni les moyens de résister à Saint-Raphaël (3-1). Pour les Héraultaises, la saison se termine prématurément et tristement. Idem pour Mulhouse, trop loin de son niveau sur ce quart de finale, qui a pris hier de plein fouet l’ardeur et l’agressivité d’une équipe de Venelles (3-0) en demi-finale et aux anges.
Et si pour Paris rien n’est perdu, rien n’est simple non plus, puisqu’il faudra en passer par un match d’appui. Hier, les filles du Cannet ont bien mieux soigné la réception que les Parisiennes, et se sont offert une belle pour embellir un peu plus la fin de saison après avoir déjà glané la Supercoupe. Paris a tout intérêt à être vigilant samedi !


LBM
Là aussi, une seule série ira au bout. En dominant Tourcoing (3-1), les banlieusards parisiens du Plessis-Robinson ont gagné le droit de retourner dans le Nord et de tenter de bousculer la hiérarchie établie sur la saison. Pour le reste, Rennes et Nice n’ont pas tremblé. Même si les Bretons ont dû batailler près de deux heures et sur chaque point pour se sortir indemnes du traquenard asniérois (1-3). Les Azuréens, eux, ont eu beaucoup moins de tracas à Saint-Quentin (0-3). Enfin Martigues qui en a vu le bout à Cambrai au terme de cinq sets (2-3, 14-16 au tie-break), se dresse maintenant sans pression sur la route de l’ogre rennais.