Billetterie

Les enjeux de la LAM

le 22/10/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Quadruple champion en titre, Tours veut conserver son sceptre. Mais Paris et Cannes, finaliste et demi-finaliste l’an passé, sont armés pour lutter, alors que Sète et Ajaccio ont effectué un ambitieux recrutement.

 

Il a écrit une nouvelle page d’histoire au printemps dernier puis, dans l’effusion, dans l’élan ou presque, il a remis aussitôt l’ouvrage sur le métier. Mauricio Paes a déposé sur l’établi du club tourangeau quatre titres de champion et trois Coupes de France en quatre ans. Un bilan massif, une bassine pleine de gloires mais le coach franco-brésilien en veut encore ! Il a beau avoir perdu Exiga, Pinheiro et Hoag, joueurs clés des dernières chevauchées, il sait que Yoann Jaumel saura faire jouer son équipe et que le retour du libéro, ancien gardien du temple, Hubert Henno, va permettre de protéger la cathédrale.

Mais voilà, ils sont pléthores derrière les affamés. Il y a les frustrés d’abord, comme Paris et Cannes. L’un en a plein le dos de rêver jusqu’au bout trois ans de suite pour se faire rétamer, l’autre a goûté du bout des lèvres seulement le bonheur de gagner la saison régulière. Paris a perdu son axe fort, Hernan-Gjorgiev, mais il se dit que son nouvel attaquant slovène, Mitja Gasparini, battu par les Bleus en finale de l’Euro, aura les crocs. Et Cannes, qui a juste changé son libéro (Jani Kovacic) sur son sept de base, entend bien partir en trombe ! Pour Lyon, magnifique demi-finaliste derrière une saison surprenante et remarquable, le plus dur sera de confirmer. Son maestro du banc, Silvano Prandi, est parti. Fabrice Chalendar connaît la boutique, mais les Lyonnais, cette fois, seront attendus.

Cinquième l’an passé, l’Arago Sète montre encore les crocs cette saison. Il y a comme un air de défi en Hérault. Avec les arrivées du passeur créateur, Guillermo Hernan, du stabilisateur de réception, Thibault Rossard et du central champion d’Europe, Franck Lafitte, Sète a les outils pour confectionner un bel ouvrage. Ajaccio, lui, a fait dans l’ambitieux et le clinquant, avec un recrutement corsé et le retour, en point d’orgue, de l’enfant prodige, Jean-François Exiga. Toulouse et Beauvais, en Play-Offs l’an passé, n’ont pas l’intention de se faire déloger. Les Spacer’s ont rajeuni la meute et offert au jeune deuxième passeur de Paris, Antoine Brizard, un magnifique challenge. Pour Beauvais, finaliste de la Coupe l’an passé, il s’agira de poursuivre le travail d’assainissement financier, tout en lorgnant quand même sur le Top 8.

Mais les fameux strapontins «Play-Offs», vaudront chers. Chaumont, plombé par les pépins physiques la saison passée, n’a pas fini très loin et espère y retourner cette fois, avec Silvano Prandi à la baguette et l’attaquant colombien Ronald Jimenez pour distribuer les pains ! Repêché, Narbonne, désormais coaché par Andrea Radici, appelle à un peu plus de folie dans le jeu et Montpellier, qui change de peau, jouera sans pression et ça peut sourire vite. Nantes Rezé, après un exercice manqué, est en quête de nouveau souffle et de rachat. Enfin, les  promus présentent une ossature solide pour répondre au défi de la Ligue A. Nancy surfe sur la dynamique du titre de champion de LBM et a étoffé le groupe avec des joueurs à la couenne racornie en LAM. Enfin, Poitiers renaît à la grande vie avec des yeux d’enfant et une envie décuplée de s’y faire à nouveau une belle place et pour longtemps.