Billetterie

Interview de Fabrice Jouhaud, DG de L'Equipe 21

le 19/10/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Fabrice Jouhaud, directeur général de L’Equipe 21, commente l’arrivée du volley sur ses antennes


L’annonce a été faite cet été : le volley professionnel débarque sur L’Equipe 21 pour trois saisons.

Une magnifique opportunité pour un sport collectif en recherche de visibilité qui permettra aux amoureux du volley de voir l’élite masculine et féminine en clair le samedi après-midi.
A quelques jours du 1er match diffusé (Paris-Ajaccio ce samedi 24 octobre à 15h), Fabrice Jouhaud, directeur général de L’Equipe 21, nous explique les contours de cet engagement.

 

Le volley débarque sur E21 expliquez-nous pourquoi la chaîne a fait ce « pari » du volley professionnel ?

Avant toute chose, L’Equipe 21 voulait installer un créneau sport collectif  le samedi après-midi, nous avions besoin d’un feuilleton récurrent pour fidéliser nos téléspectateurs… Choisir le volley, c’est d’abord une réponse à ce besoin de rendez-vous récurrent tout au long de la saison, sur un des grands sports collectifs en France. Le volley va nous permettre de raconter une histoire sur la durée… Nous estimons que ce sport a un beau potentiel, que l’équipe de France montre des jolies choses tant sur ses résultats sportifs que dans l’esprit. Le volley commence à prendre un peu mieux la lumière et ça donne envie de s’y associer et de l’exposer…

 

Est-ce que vous pensez que demain le volley pourrait devenir un produit d’appel pour l’Equipe 21 comme le basket par exemple, ou avez-vous réfléchi plutôt par opportunité comme a pu le faire la chaîne sur différentes acquisitions récentes de droits ?  

Il y a objectivement un peu des deux… D’abord, il y a eu une opportunité qui existait puisque les droits du volley étaient sur le marché, cela nous a amenés à réfléchir sur la question et nous avons donc décidé de nous positionner… Ensuite, effectivement, nous avions besoin d’un produit d’appel qui nous permette de créer un vrai rendez-vous le samedi après-midi. A nous tous, la chaîne, la Ligue et clubs, de rendre ce rendez-vous passionnant, ludique, attractif pour fidéliser notre public. Il n’y a pas de raison que le volley ne devienne pas un produit fort de la chaîne, même si nous devons rester lucides : on est loin du football et du rugby qui restent pour des raisons culturelles loin devant le reste des sport collectifs.

 

Vous avez décidé de diffuser à la fois la Ligue A masculine et la Ligue A féminine pour devenir la chaîne de référence du volley pro. Racontez-nous concrètement quelle sera la programmation des matches tout au long de la saison ? 

Choisir de diffuser les filles et les garçons c’est aussi répondre à notre vocation et à notre cahier des charges « moral » avec le sport. On ne peut pas laisser le volley féminin de côté. La LNV est une ligue mixte qui a la chance de pouvoir proposer à la fois un championnat masculin et féminin, c’était une belle occasion pour nous de continuer ce mouvement qui s’initie autour du sport féminin. Je crois sincèrement que ce choix se justifie parce que les clubs féminins avancent et montrent de belles choses. Concrètement nous aurons 10 matches de saison régulière en Ligue A masculine et 4 en Ligue A féminine. Puis viendront les playoffs à partir de début avril sur lesquels nous ferons 5 matches masculins et 3 matches féminins. Au total, avec les deux matches de Supercoupes qui seront diffusés le 22 décembre prochain, ce sont 24 matches de volley diffusés à partir du samedi 24 octobre jusqu’aux Finales le 7 mai.

 

Quel dispositif éditorial allez-vous mettre en place ?

Notre commentateur vedette sera Xavier Richefort dont la légitimité dans le milieu du volley n’est plus à prouver puisqu’il l'a pratiqué au plus haut niveau. Nous avons voulu y associer notre journaliste référence « papier » sur le volley depuis 15 ans : Guillaume Degoulet. Il aura un rôle de consultant. C’est une façon d’installer la marque L’Equipe et de montrer que nous sommes un groupe média global. C’est important pour L’Equipe d’être à la fois ouvert au grand public puisque nous sommes une chaîne gratuite mais également d’être pointu et de s’appuyer sur des vrais spécialistes parce que nous sommes un média sportif de référence… Victoria Ravva, qu’on ne présente plus, viendra ponctuellement compléter ce duo. Nul doute qu’elle apportera beaucoup de fraîcheur dans ses interviews bord de terrain. Nous voulons mettre en place un dispositif « propre » tout en restant humbles…

 

Globalement  le monde du volley est fier de voir son sport  arriver sur une chaîne en clair et sera sans aucun doute au rendez-vous le samedi à 15h pour suivre les matches. Mais que comptez-vous faire pour attirer ceux qui ne connaissent pas encore bien le volley ? 

L’idée est d’être plutôt pédagogique sans être barbant ; il s’agit de familiariser le téléspectateur avec les règles, sans le faire fuir… Lui inculquer la culture du sport. Nous voulons faire un vrai travail éditorial sur le volley, son patrimoine et son potentiel…Nous allons pouvoir nous appuyer sur la proximité et la simplicité des joueurs, des coaches, des dirigeants de clubs. Il s’agit de raconter le feuilleton volley comme nous le ferions pour n’importe quel championnat classique : avec ses duels, ses datas, tout en mettant en valeur ses spécificités et en expliquant la construction des points… J’aimerais que les téléspectateurs se rendent compte de la puissance, du jeu collectif et qu’ils aient envie de ne pas rater le rendez-vous suivant.

 

Un chiffre pour une belle audience ce serait quoi ?

Il ne faut pas être impatient… Jeter un chiffre d’audience sorti du contexte et de son histoire serait contre-productif. Ce que nous voulons surtout c’est apprendre et progresser ensemble. Nous avons signé pour trois saisons. Il s’agit d’installer un rendez-vous, de dérouler notre feuilleton et de fidéliser chaque fois un public plus large…

 

Et après ??? Quel projet de développement pourriez-vous envisager (diffusion de l’EDF de volley ? Un match par journée ? Un magazine ?...) ?

Tout est ouvert… Mais objectivement, commençons déjà à construire les fondations et à raconter ensemble une belle histoire… Ensuite, on verra…

 

 

Pour voir le clip de promotion réalisé par L'Equipe 21, cliquez ici