Billetterie

Martigues

le 07/10/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Le club provençal a renouvelé son effectif en intégralité et démarre cette saison un nouveau projet, pas exempt d’ambition.

 

Il est le seul rescapé, le Robinson Crusoé, accroché à sa terre de Provence. Mais contrairement au héros isolé du roman de Daniel Defoe, le coach Christophe Charroux le vit bien puisque c’est lui, son président et tout le club dans un même élan qui ont voulu et impulsé ce grand chambardement. Martigues change donc de peau. Totalement. Que du neuf, pas un lambeau d’ancien, excepté donc l’entraîneur, qui fait de toute façon partie des murs et de l’histoire de ce club avec 35 ans de présence et une septième saison de coach à venir ! Une page blanche, dix nouveaux joueurs, une philosophie, un état d’esprit, un édifice à reconstruire : le challenge est insolite, excitant, terrifiant un peu aussi forcément. Mais pour Martigues, dixième de LBM la saison dernière au terme d’un exercice sans grand relief, l’an un d’une ère nouvelle, c’est maintenant. «Renouveler le groupe à 100%, c’est la première fois chez nous», admet le technicien martégal. «Mais, ce n’est pas une décision que l’on prend parce que les gars ont démérité l’an dernier. C’est juste que l’on était peut-être en fin de cycle. Il y a des dynamiques dans les sports collectifs. Il fallait repartir sur un nouveau projet. Le président a été le premier à amorcer tout ça, il fallait un vrai renouveau.»

Et voilà donc les Provençaux devant une toile vierge et un plan de jeu à élaborer au mieux et au plus vite. Le travail est énorme, Christophe Charroux en a conscience et il se doute bien que le collectif mettra ici sans doute un peu plus de temps que partout ailleurs en Ligue B Masculine pour trouver le point de fluidité et d’efficacité. «On a un groupe qui, dans les relations de jeu, va sans doute continuer à monter en puissance après le début du championnat. Je pense qu’on atteindra notre niveau maximal au moment de la trêve de Noël», prédit-il.

Pour réduire les délais, Martigues a misé sur l’expérience et la connaissance du terrain, en enrôlant des joueurs réputés vaillants et surtout rompus aux exigences de la Ligue BM. «On voulait gagner en maturité et avoir des gars un peu plus compétiteurs. Tous les gars recrutés sont des joueurs qu’on connaissait sur ces valeurs-là», poursuit le coach.

Le branle-bas n’interdit donc pas l’ambition. «On ne construit pas l’équipe pour le maintien, on regarde vers le haut», clame l’entraîneur, qui a déjà désigné ses leaders, avec le passeur Julien Anton (1,93 m, 33 ans), les réceptionneur-attaquants, Aleksandar Mitrovic (1,97 m, 33 ans) et William Bersani Da Costa (1,90 m, 31 ans), qui doit être le stabilisateur de la réception martégale, secteur un peu souffreteux l’an passé. Le club provençal nouvelle version a donc déjà posé quelques jalons, mais le chemin est encore loin d’être balisé…