Billetterie

Lyon

le 05/10/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Quatrième et demi-finaliste des Play-Offs au terme d’une saison remarquable, Lyon veut confirmer et s’installer solidement dans le Top 8 du volley français.

 

La surprise est passée. Et elle a fait son effet dans le petit monde du volley français. À la peine en 2013-2014, l’ASUL Lyon Volley a ravagé quelques riches terres l’an passé et bousculé sans égard les équilibres qui avaient cours. En pointant son museau dans le Top 4, en faisant trembler Paris jusqu’au tie-break du match d’appui de la demi-finale en Play-Offs, Lyon s’est posé là, en vue de crête, et l’idée qui doit désormais guider le club est de ne pas dévisser. Rien n’est garanti évidemment pour le club rhodanien, d’autant qu’il a perdu à l’intersaison son maestro, son grand homme de banc, Silvano Prandi, parti à Chaumont et que son attaquant vedette, le Bulgare Vladimir Nikolov, a tout de même 38 ans maintenant !

Toutes ces données, le technicien, Fabrice Chalendar, les a forcément en tête. Entraîneur en chef puis adjoint de Prandi lors des deux dernières saisons, le coach lyonnais connaît le contexte, les circonstances et le club par cœur. Sa première préoccupation, à l’heure de retrouver les commandes de l’effectif lyonnais, a donc été de rester dans le bon élan et de ne surtout pas casser la dynamique. «On sort forcément très satisfait d’une saison comme celle-là. On avait une équipe très homogène, des recrues de qualité, on a évité les blessures et il y a eu un gros travail fait par Silvano toute l’année. L’idée c’est de refaire la même ! J’ai beaucoup appris au côté de Silvano pendant deux ans. Il y a des choses que je vais remettre en place, on va rester dans les mêmes orientations techniques, même si on est passé sur un nouveau projet et que j’ai aussi ma propre manière de travailler», résume-t-il.

Pour stabiliser le collectif, l’ossature, passeur, pointu, libéro, a été conservée, même s’il a fallu pallier la perte du central canadien et meilleur contreur de l’équipe, Adam Simac. Le retour au club du central calédonien, Tuani Valefuaniu (2 m, 34 ans) et l’arrivée du réceptionneur-attaquant ukrainien, haut et puissant, Andrey Diachkov (2,03 m, 30 ans) vont dans ce sens. Le réceptionneur-attaquant brésilien, Thiago Aranha (1,95 m, 34 ans), vu à Paris et Tourcoing par le passé, apportera son expérience et le jeune pointu bulgare, Alexandar Mitkov (1,99 m, 19 ans) trouvera à Lyon un terrain idéal pour grandir, tant en LAM qu’en Coupe d’Europe (CEV), la goutte d’adrénaline pour le club lyonnais cette année. «On est content parce que c’est une expérience internationale pour le club et les joueurs», notre Fabrice Chalendar. «Maintenant, on sait qu’avec un groupe de sept, huit joueurs confirmés plus les jeunes, il faudra être vigilant pour ne pas laisser trop de plumes dans les différentes compétitions. L’important, ça reste le championnat». D’autant que l’ASUL, cette saison, ne pourra plus jouer sur l’effet de surprise. Désormais, Lyon fait partie des grands et il sera forcément attendu au tournant.