Billetterie

Béziers

le 02/10/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Un président qui passe la main, un demi-effectif qui s’en va : Béziers a changé pas mal de choses à l’intersaison, mais l’ambition reste intacte.

 

Il y a des étés où les choses s’écoulent paisiblement, où le temps suit son cours tranquillement. Et puis il y en a d’autres où tout s’agite, où ça remue un peu. Béziers a connu cela à l’intersaison. Mais il n’y eut ni heurt, ni tremblement. C’est sagement, que le club a acté les départs de sept joueuses et aussi celui de son dirigeant majeur, Jean-Paul Cristofoli, de son poste de président. «Cela a été vécu avec beaucoup de sérénité», confirme le coach des Angels de Béziers, Cyril Ong. «Même si le président a changé, on est resté dans la continuité (c’est Bernard Fages, vice-président qui a repris la direction du club). Il y a eu quelques réajustements sur le fonctionnement du club, mais en ce qui concerne la ligne politique générale, il n’y a pas de grands changements.»

Béziers envisage donc toujours de se mêler à la lutte au plus haut de la LAF. La saison passée, terminée à la 5e place de l’exercice régulier puis sur une demi-finale perdue en Play-Offs face au futur champion, Cannes, a laissé un sentiment mitigé. Une petite pointe de frustration en creux. «Oui, on peut être déçu de la saison car on avait notre place dans les quatre», estime le coach. «Mais l’amalgame ne s'est pas fait, la mayonnaise n’a pas pris totalement, avant bizarrement que le groupe ne se révèle vraiment en Play-Offs.»

Avec un effectif largement remanié et rajeuni, Cyril Ong attend donc du désir, de la fougue et de l’ambition. Le centre de formation biterrois demeure un vivier précieux. La centrale, Pauline Martin (1,88 m, 19 ans) et la réceptionneuse-attaquante, Héléna Cazaute (1,83 m, 17 ans) vont être responsabilisées et les deux jeunes arrivantes, la pointue du Paris Saint-Cloud Safiatou Zongo (1,80 m, 20 ans) et la récetionneuse-attaquante, Sol Piccolo (1,88 m, 18 ans) vont y mûrir gentiment tout en étant pleinement intégrées à l’équipe pro. «Il y a une vraie volonté de faire fructifier le centre de formation. On a un projet sportif et on tient à ce projet. On donne de la place aux jeunes, on leur donne du temps de jeu», confirme le coach, qui a aussi tenté un coup avec la jeune centrale canadienne, Lindsay McCabe (1,85 m, 23 ans), tout juste sortie de NCAA.

Mais tout cela est savamment dosé. La jeunesse n’aura pas les pleins pouvoirs. Les piliers Hélène Schleck et Alexandra Rochelle seront toujours là pour encadrer la joyeuse bande. Les recrutements de la centrale azérie, Anna Nazarenko (1,88 m, 27 ans) et plus encore de la passeuse allemande Léna Möllers (1,88 m, 25 ans) répondent à cette volonté de mixer l’insouciance et l’expérience, tout en créant un état d’esprit irréprochable, une émulation saine et loyale, vertus fondatrices et indispensables pour rentrer dans le top 4, objectif avoué du club. «En terme de jeu, j’attends beaucoup de combativité, créer du lien, du plaisir à jouer ensemble. Il y a évidemment des joueuses qui sont plus incontournables que d’autres, mais tout le monde a sa chance. Ce sera la prime au travail, à l’engagement, à la détermination», prévient Cyril Ong, déjà ravi par son groupe et impatient de relever ce nouveau challenge.