Billetterie

Tourcoing

le 29/09/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Derrière une saison catastrophique en Ligue AM l’an passé, Tourcoing veut d’abord retrouver de l’énergie et du plaisir dans le jeu en LBM.

 

Tourner la page, enfouir le souvenir qui gratte encore, mais ne pas oublier. C’est, grosso modo, ce à quoi les dirigeants tourquennois se sont attelés tout l’été. La liesse qui avait suivi la montée en LAM au printemps 2014 ne fut donc qu’un bonheur fugace. Quelques instants de plaisir tout au plus, vite dilués dans le bain saumâtre d’une saison manquée, achevée par deux victoires sur l’exercice entier et une relégation enregistrée bien avant le gong. «Il ne faut pas oublier cette saison mais analyser le pourquoi. On perd les matchs, mais aussi du public, des partenaires. Il fallait réfléchir sur un nouveau projet. La Ligue AM, le club y a sa place, mais il faut s’y préparer. Au niveau de la structure, c’était peut-être prématuré», analyse l’ancien passeur, devenu manager général du club, Yann Lavallez.

Tourcoing, qui fut triple finaliste dans les années 2000 (2001, 2002, 2009), s’est donc appliqué à repenser les choses avec lucidité. Cette saison en Ligue BM, sans descente, dans un format qui va ôter toute pression aux huit clubs, n’a pas pour objectif prioritaire la remontée immédiate dans l’élite. «Au vu de la formule, on ne peut pas se dire que l’objectif n°1 c’est de remonter. Clairement non», admet Yann Lavallez. Pour Tourcoing, les grandes idées sont ailleurs et notamment dans une quête de stabilité et de plaisir qui doit d’abord guider le club cette saison. «On veut reprendre du plaisir, retrouver de l’énergie, de la folie. Le rêve de Ligue AM, il est là. Mais on veut prendre notre temps, être dans les meilleures conditions pour remonter», poursuit-il encore.

Le discours semble passer. Le soutien municipal est indéfectible, le budget décent (1,1 M€) et de nouveaux partenaires se sont rapprochés du club nordiste. Reste maintenant à transcrire ces bonnes et sages intentions sur le Taraflex. Là aussi, le TLM a changé beaucoup de choses sans toutefois être trop audacieux, misant sur un recrutement «sûr», avec des joueurs rompus à l’exercice rude et physique de la Ligue BM. Avec sept nouveaux joueurs sur un effectif de quatorze, l’équipe du coach, Olivier Lecat, a été sacrément bouleversée. Mais Tourcoing est allé vers des connaisseurs. Les Poitevins, Rogerio Brizola (1,98 m, 35 ans, central) et Swan N’Gapeth (1,85 m, 23 ans, réceptionneur-attaquant), les Cambraisiens, Mladen Bojovic (1,99 m, 29 ans, central) et Edson Felicissimo (1,96 m, 31 ans, réceptionneur-attaquant), le Nancéien Geoffrey Meyer (1,91 m, 28 ans, réceptionneur-attaquant) et le Calaisien Nicolas Anot (1,88 m, 33 ans, libéro) sont rompus à la division ! Seul le jeune pointu venu de Chaumont, Faïpulé Kolokilagi (1,93 m, 21 ans), n’a exercé qu’en Ligue AM jusqu’ici. «On a travaillé sur le recrutement d’un groupe de mecs avec un peu plus de valeurs, de combativité, de maîtrise technique, qui sont aussi des bons joueurs de Ligue BM, reconnus dans le milieu et avec une aptitude à se surpasser, à se motiver. On n’a peut-être pas la plus grosse équipe de Ligue BM, mais ces mecs vont se bagarrer, mouiller le maillot et redonner de l’énergie. Avec des joueurs comme ça, au moins on sait où on va», estime le manager du club, en espérant que cet attelage emmène le TLM au plus loin.