Billetterie

Venelles

le 22/09/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Septième l’an passé, le club provençal possède aujourd’hui de bonnes bases sur lesquelles il espère se développer encore cette saison.

 

Il y a comme un regret en creux, une pointe de déception. Et il ne faut pas gratter longtemps pour que Félix André, l’entraîneur de Pays d’Aix Venelles Volley-Ball avoue tout ! L’élimination par Le Cannet en trois manches, au premier tour des Play-Offs la saison passée, pour toute logique qu’elle semble être, a laissé dans la tête de l’entraîneur pas mal de rugueux souvenirs. Et ils bougent encore à l’heure de préparer la saison à venir. «On est passé à côté de quelque chose. Moi j’ai pensé à ça tout l’été. Ça m’a obnubilé. On bâtit toute la saison pour jouer et se qualifier pour les Play-Offs. On remplit les objectifs du club, la saison dans l’ensemble est bonne, mais elle finit sur ça. Je me dis pourquoi on n’a pas passé le truc ? Il y a sans doute une différence d’expérience et de dynamique sur le moment. Un peu d’immaturité aussi chez nous. Un peu de précipitation», raconte Félix André. Le désappointement est encore vif. Il faut dire que les filles de Venelles ont entrevu l’exploit, après avoir gagné au Cannet la première manche, avant de sombrer lors des deux matchs suivants.

Mais ce parcours doit être vu comme une première étape. La première marche de la croissance pour le club phare de ce petit village de 8200 habitants des Bouches-du-Rhône. «On a souhaité rebâtir là-dessus. Le groupe a montré de bonnes choses, il a toujours bien bataillé, il a prouvé qu’il était capable de rivaliser avec pas mal d’équipes. On a voulu s’appuyer sur une ossature qui avait les moyens de rivaliser», explique le coach. Sept joueuses ont ainsi été conservées et trois recrues ont été ajoutées : la centrale slovène Valentina Zaloznik (1,93 m, 22 ans), sortie de l’université de San Francisco (NCAA), la réceptionneuse-attaquante brésilienne, Ludmila Da Silva (1,70 m, 30 ans), vue à Béziers, qui connaît la Ligue AF, qui possède une énergie et un jeu complet intéressants et enfin la passeuse italienne, Valeria Caracuta (1,73 m, 28 ans) qui a entretenu à Arsizio et Piacenza une précieuse culture de la gagne. Outre le terrain, le club a aussi élargi la structure, avec la création d’un centre de formation où est intégrée la jeune pointue, Elena Chimisanas, qui fera aussi partie de l’effectif pro cette saison. Le club veut aussi embellir la vitrine, avec un nouveau site internet et une personne dévolue à la communication.

Bref, Venelles veut bâtir et ne plus passer à côté de l’exploit. Respecter l’ADN d’une équipe frondeuse et vaillante, mais aussi travailler, renforcer le mental. «Mon équipe doit être dynamique et bouger sur le terrain. Mais mentalement, mon équipe doit aussi être plus forte. On a eu des matchs en mains qu’on a laissés passer l’an passé. On a l’étiquette d’une équipe «chiante» à jouer, il faudrait qu’elle soit un peu plus crainte cette année», dit son coach, comme un espoir.