Billetterie

Narbonne

le 14/09/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Repêché en Ligue A, Narbonne, désormais coaché par l’Italien Andrea Radici, aimerait cette saison ne pas se faire peur.

 

Depuis deux ans, Narbonne est un funambule de la Ligue A. Avant-dernier et donc relégué sportivement en 2014 puis à nouveau en 2015, le club languedocien a, par deux fois, sauvé sa peau dans l’élite, «profitant» des déboires financiers qui frappaient d’autres clubs ailleurs. Un double sauvetage dont on ne fait pas une vie cependant et Narbonne le sait bien. Alors le club s’est attelé à un recrutement cohérent et a peaufiné la phase de préparation pour s’éviter les blessures qui vous gangrènent une saison, comme ce fut le cas l’an passé avec Guillermo Falasca et Raphaël Mrozek. «L’an dernier, ces blessures sur un effectif réduit nous ont handicapés en terme de jeu», admet Michel Mandrou, le manager général du club.

Pour fixer les bases, Narbonne a donné les commandes de l’équipe à l’expérimenté entraîneur italien, Andrea Radici (49 ans). Tristan Martin, qui avait tenu le poste en cours de saison dernière, retrouve, lui, son poste d’assistant. «Ces derniers années, les entraîneurs étrangers nous ont apporté un plus», reconnaît le manager du club, faisant évidemment référence à Giampaolo Medei, qui avait emmené les Narbonnais en demi-finale en 2013.

Sur le terrain, Narbonne a rappelé son passeur grec, Koustas Prouzalis (1,92 m, 34 ans), vu au club de 2012 à 2014 et qui sera évidemment l’un des éléments clés du jeu narbonnais. Dans ses bagages, Prouzalis a pu ramener avec lui deux internationaux du pays au profil complémentaire aux postes de réceptionneur-attaquant : Athanasios Protopsaltis (1,83 m, 21 ans), agressif et solide réceptionneur, doté d’une grosse détente et Andreas Fragkos (2 m, 27 ans), réputé gros frappeur. «Cela nous permet d’avoir différentes options et plus de variétés dans le jeu», note Michel Mandrou. Au centre, Narbonne, qui a gardé José Trèfle, a rajeuni le secteur avec l’Espagnol, Miguel Angel Fornes (2,04 m, 21 ans), excellent avec la sélection ibérique cet été et Gaël Tranchot (1,98 m, 21 ans), vu à Avignon en Ligue B l’an passé. «Le fait de rajeunir un peu l’équipe, c’est moins d’expérience, mais un peu plus de folie», espère le manager des Centurions, qui a constitué l’équipe avec des moyens stable et un budget aux alentours d’1,1 million d’euros, avec l’espoir secret de ne pas trembler cette année.