Billetterie

Poitiers, la folle remontée

le 06/04/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Le promu poitevin a surpris son monde en terminant en tête de la saison régulière de Ligue BM. Maxéville-Nancy, son premier poursuivant, s’est également élevé au rang des bonnes surprises de la saison.
 

Retour au premier plan pour Poitiers. Né des cendres du Stade Poitevin Volley Ball, sacré champion de France de Ligue AM en 1999 et 2011, mais disparu en 2012 après liquidation judiciaire, le Stade Poitevin Volley Beach, qui évoluait en Nationale 1 la saison passée, retrouvera la cour des grands la saison prochaine. Dépourvu de complexe malgré son statut de promu, le SPVB a dominé de la tête et des épaules l’exercice régulier de Ligue BM cette saison.
 

« Au début de la saison, personne ne nous pensait capables de faire cela », admet le pointu néerlandais Humphrey Krolis, l’un des grands artisans de la montée, puisque meilleur marqueur du SPVB sur la saison régulière (437 points). « 63 points sur 78 possibles dans un championnat aussi homogène, c'est exceptionnel. Ce qui a été réalisé jusqu'ici par cette équipe est incroyable, mais il nous reste des play-offs à aller chercher », souriait de son côté Brice Donat, l’entraîneur poitevin, dans les colonnes de Centre Presse.
 

Un bilan comptable d’autant plus exceptionnel que Poitiers avait abordé la saison pour le moins timidement avec quatre défaites concédées lors des cinq premières levées... avant de signer 20 victoires en 21 journées, dont une face à Cambrai (2-3), son prochain adversaire en play-offs, qui avait surpris ces mêmes Poitevins dans leur chaudron de Lawson Body en début de saison (2-3). Un chaudron toujours bouillant, dans lequel Maxéville-Nancy avait d'ailleurs mordu la poussière à la fin-janvier.
 

Maxéville-Nancy, cap sur les play-offs
 

Maxéville-Nancy, voilà sans nul doute l’autre révélation de la saison, qui aura livré bataille jusqu’au bout avec Poitiers dans la course à la première place, mais qui a finalement dû se contenter de ce statut de dauphin. Une sacrée progression toutefois pour le NVMJ d’Emmanuel Dumortier, qui avait terminé septième de l’exercice précédent avant d’être évincé en quarts de finale par Nice.
 

Cette fois, c’est Harnes qui se présentera sur la route de David Feughouo, meilleur marqueur lorrain avec 410 points, et ses coéquipiers. Une formation harnésienne incapable de prendre un set aux Lorrains cette saison et qui aura fort à faire en quarts de finale, alors que son adversaire sera logiquement investi d’une étiquette de favori à la victoire finale, et donc à la montée, à l’instar de son homologue poitevin.