Billetterie

T. Rossard : « C’est déjà du bonus »

le 01/04/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

En disposant de Nantes Rezé (3-1), vendredi à domicile, Toulouse a validé son ticket pour les play-offs de Ligue AM, et ce avant même la 26e et dernière journée de la première phase. L’objectif est donc d’ores et déjà atteint pour les Spacer’s, à en croire leur meilleur marqueur, qui est aussi le meilleur marqueur français du Championnat, on a nommé Thibault Rossard. Entretien.
 

Thibault, première question toute simple : comment allez-vous ? Comment se soigne votre déchirure du petit pectoral ?
Là ça va mieux. J’ai commencé à reprendre tranquillement les entraînements de volley. En fonction de comment ça va cette semaine, pourquoi ne pas être à Lyon ce week-end ?
 

« Il faut prier pour que Thibault revienne vite ». C’est votre entraîneur, Cédric Enard, qui le dit. Cela doit faire plaisir à entendre…
Je ne sais pas. Ça fait plaisir, mais de toute façon, on a un effectif réduit, donc n’importe quel joueur titulaire qui est blessé, il faut prier pour qu’il revienne quoi qu’il arrive. On a peu de joueurs, donc bon, tous les joueurs qui sont censés être titulaires sont importants.
 

Cela rajoute un peu de pression aussi, non ?
Je ne me fais pas de soucis pour ça. Ça va, j’ai repris en fonction de mes sensations. Il n’y a pas de pression, parce qu’il y a quand même encore une semaine avant les play-offs. Lyon, ce n’est pas un objectif en soi, c’est plus pour se remettre dans le rythme. Donc il n’y a pas vraiment de pression, en tout cas moins que si on devait aller chercher les play-offs contre Lyon.
 

« C’est dans la continuité » 

En votre absence, votre club a validé son ticket pour les play-offs. C’était l’objectif en début de saison ?
C’est dans la continuité de ce qu’on a fait l’an dernier. Mes deux premières années à Toulouse, on était plus dans une période de maintien. L’an dernier, on a fait une belle saison et on voulait continuer. L’effectif est resté à peu près le même, du coup, on voulait continuer sur cette lancée et aller en play-offs. Et voilà, c’est chose faite.

La deuxième partie de saison a quand même été plus compliquée que la première…
C’est tout à fait ça. La première partie, on était dans un bon rythme, on jouait deux fois par semaine, on était bien, on a fait des bons trucs, même en CEV à Moscou où on a perdu. Et après, c’est vrai que le rythme est redescendu, on est repassé à un match par semaine et tout le monde s’est un peu relâché, il y a eu des blessures à ce moment-là… Peut-être qu’il aurait fallu gérer tout ça autrement. On a aussi un collectif moins important que Tours, par exemple.
 

Et maintenant, quel est l’objectif ? En bon compétiteur que vous êtes, vous allez nous dire la gagne, mais est-ce bien un objectif réaliste ?
C’est sûr, on n’est pas favori pour le titre. Mais moi, je ne vois pas aussi loin, je vois plutôt match par match. Pour nous, ce serait déjà vraiment bien de jouer les demi-finales. L’an dernier, on a perdu en quarts. On aimerait tous gagner le titre, mais pour moi, l’objectif est plus de passer les quarts pour faire une demie. Après, ce serait que du bonus, même si je pense que c’est déjà du bonus. Vu la saison qu’on fait et les blessures qu’on a, on s’en sort finalement pas trop mal.
 

« Une saison assez compliquée pour moi »
 

Vous avez une préférence ou une équipe à éviter absolument en quarts ?
Pas spécialement. On en a parlé un peu entre nous. De toute façon, on risque de jouer Paris, Cannes ou Lyon, ce ne sont que des grosses équipes. On ne fait pas vraiment de calculs, on va jouer le match à fond contre Lyon et on verra bien contre qui on tombe.
 

Personnellement, vous être le meilleur marqueur de votre équipe et même le marqueur français du Championnat ! Peut-on parler de la saison de l’explosion pour vous ?
Je ne pense pas. Au final, je pense que j’ai eu une saison assez compliquée, même si sur les statistiques je suis le meilleur marqueur français et le meilleur marqueur de l’équipe. Au début, je n’ai pas commencé la saison puisque j’avais des problèmes au dos. J’ai eu pas mal de pépins physiques cette année. Après, je suis passé de pointu à récep 4, il y a eu pas mal de bricolages. Je n’ai pas pu faire la saison complète que j’aurais voulu faire au poste de pointu. J’ai fait des bons trucs cette saison, mais aussi des trucs un peu en dents de scie. Pour moi, c’est dans la continuité de ma progression, mais vraiment sans trop de régularité.
 

Ce poste de pointu, il vous tient à cœur…
C’était une bonne expérience pour moi. Au début de saison, je pense que je faisais des matches à peu près corrects. Et puis on a eu des problèmes en réception, du coup, j’ai dû passer à ce poste. C’est vrai que j’aurais bien aimé avoir un peu plus de temps de jeu à la pointe pour voir ce que je vaux vraiment sur une saison et pour voir ma marge de progression. Ça ne s’est pas passé comme ça… J’ai vu aussi que c’était quand même un poste compliqué.