Billetterie

Coolman : « C’est parfait ici »

le 25/03/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Sa progression, son choix de la France, l’objectif de fin de saison régulière... Nina Coolman, devenue l’arme fatale numéro 1 du Stade Français Paris St-Cloud, s’est confiée avant la réception de Mulhouse, samedi, pour le compte de la 21e journée de Ligue AF.
 

Elle est l’un des rouages essentiels au bon fonctionnement de la machine parisienne. Après une première saison de rodage en Ligue AF, Nina Coolman a pris une autre dimension dans le collectif parisien. Celle qui avait compilé 158 points la saison passée, en est à 291 après 20 journées. Et elle est la sixième meilleure marqueuse du Championnat de France, en même temps que la meilleure serveuse (44 aces).
 

« L’été dernier, j’étais avec l’équipe nationale (la Belgique, ndlr), et je me suis bien entraînée au service. J’ai fait service, service et service. Je suis contente que ça fonctionne cette saison pour l’équipe. Je suis contente de ma saison. Quand je regarde mon premier match et mes derniers matches, je trouve que j’ai progressé », sourit la réceptionneuse-attaquante belge, arrivée à l’été 2013 dans la capitale française, et dont le contrat expire à la fin de la saison.
 

« J’étais longtemps en Belgique, je voulais quelque chose d’autre. En Belgique, on ne peut pas vraiment être professionnelle, juste vivre du volley. C’est pour ça que je suis venue en France. Et je suis très contente d’avoir signé à Paris, d’autant que la ville est seulement à trois heures de route de ma maison. J’ai beaucoup de visiteurs, ma mère vient à tous les matches. Pour moi, c’est parfait ici ».
 

Et la vie serait encore plus parfaite si l’intéressée parvenait à mener ses coéquipières vers la victoire, samedi, face à Mulhouse. « L’objectif de départ était d’être quatrième pour avoir une place en Coupe d’Europe. Si on prend trois points contre Mulhouse, on assure notre troisième place. Ce serait bien et il n’y aurait pas de pression contre Cannes (le week-end suivant, ndlr)», admet la jeune joueuse de 24 ans.
 

Deux confrontations qui feront office de parfaites répétitions avant les play-offs, pour des Parisiennes qui ont remporté douze de leurs treize derniers matches de championnat. « On travaille bien, on est très disciplinées. On veut vraiment gagner tout le temps. On n’est pas une équipe qui est du genre à laisser tomber, on est positives ». Les clés du succès.