Billetterie

Paris St-Cloud est dans les clous

le 03/03/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Le Stade Français Paris St-Cloud est bien parti pour remplir son objectif fixé en début d’exercice. Celui de figurer dans le top 4 à la fin de la saison régulière. Son président, Claude Orphelin, s’en félicite et rend hommage à son entraîneur et à ses joueuses.
 

Elle est, derrière l’intouchable leader cannois, l’équipe la plus en forme depuis le début de l’année civile. Ressorti vainqueur de huit de ses neuf matches en 2015, le Stade Français Paris St-Cloud a enregistré 23 points sur 27 possibles. Mieux, les Mariannes n’ont signé qu’un seul petit accroc lors des onze dernières journées. C’était face au Cannet, à la fin-janvier (3-1). Conséquence directe de cette période faste, une troisième place au classement, acquise au soir de la 17e journée, et donc un objectif provisoirement rempli.
 

« L’objectif de début de saison était de se qualifier pour une Coupe d’Europe pour la troisième année consécutive, admet Claude Orphelin, le président du club, joint par téléphone. Après, si on peut garder la troisième place, ce serait parfait. On a une grande satisfaction qui est de suivre le plan de marche qu’on s’était fixé il y a cinq ans, le but étant d’être vice-champion de France en 2016-2017. Ce qui se passe cette année, ça correspond aux objectifs qu’on s’était fixés. »
 

Et le président du club de la capitale de faire l’éloge du groupe en place et de son entraîneur, Stinj Morand, débarqué aux commandes du club l’été dernier en remplacement de Rayna Minkova.  « Il n’y a pas chez nous de joueuse isolée qui fait tous les points. Le jeu est très réparti entre toutes les joueuses. Ces dernières ont un certain nombre de valeurs. Ce sont des professionnelles au sens fort du terme, des passionnées et des filles extrêmement persévérantes qui ne refusent pas un travail très intensif, ça tombe bien, c’est la philosophie de l’entraîneur. Morand est un entraineur de qualité, le travail passe avant tout pour lui. On avait eu de très nombreux candidats, on l’avait retenu et on ne peut que s’en féliciter sur tous les plans ».
 

A voir si l’entraîneur en place parviendra à mener sa joyeuse troupe de Mariannes vers la victoire lors des quatre dernières journées, et notamment face à l’ogre cannois en clôture de la saison régulière. « Le dernier match va sûrement être un beau match et une belle soirée parce qu’on prévoit un certain nombre de choses autour de ce match, aussi bien côté sponsors que collectivités territoriales, prévient Claude Orphelin. Ce sera une date qui devrait marquer l’histoire du volley-ball féminin à Paris ». Rendez-vous est pris, le 4 avril prochain.