Billetterie

Venelles dans le bon wagon

le 17/02/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Sauf chambardement, Venelles devrait à nouveau goûter aux play-offs cette saison. Comme l’an passé.
 

Dans la continuité d’un exercice 2013-14 achevé à la 7e place de la saison régulière, Venelles n’envisageait pas de manquer le train pour les play-offs en début de saison. Au soir de la 16e journée, l’objectif est pratiquement rempli pour le PAVVB, actuellement 7e, et qui compte dix points d’avance sur Istres, 9e. « On peut espérer que l’objectif soit rempli. On est bien placé pour accéder à ces play-offs à la fin de la saison. Mathématiquement, on n’y est pas mais on peut commencer à dire qu’on s’y approche tout doucement », sourit Félix André, débarqué aux commandes du navire venellois l’été dernier en remplacement de Thierry Hippolyte.
 

Un entraîneur venellois bien décidé à éviter la huitième place, généralement synonyme de double confrontation avec l’ogre cannois. « La huitième place ne fait pas partie des play-offs, en tout cas dans la façon ou on l’a présenté, parce que clairement il faut éviter Cannes », se justifie le technicien venellois, qui se verrait bien investir la cinquième place à l’issue des hostilités. « Le club souhaiterait aller à cette cinquième place sur la phase régulière, parce que c’est une place qu’on n’a jamais atteinte et que c’est aussi une place qualificative pour l’Europe dans certains cas. Ça fait deux ans que le club cherche à se rapprocher des places qualificatives européennes, on reste dans cette démarche-là ».

« On n’a que dix joueuses professionnelles, ce n’est pas tous les jours facile »
 

Un succès face à Mulhouse, samedi, dans le cadre de la 17e journée de Ligue AF, pourrait permettre à Mallory Steux et ses coéquipières de se rapprocher de leur objectif de top 5. Félix André y voit déjà un « match de play-offs ». Lui qui doit composer avec un effectif restreint depuis le début de saison. « On n’a que dix joueuses professionnelles, ce n’est pas tous les jours facile. Les pépins physiques du quotidien sont plus handicapants chez nous. On doit faire des concessions la semaine à l’entraînement pour gérer les états de forme de tout le monde mais on arrive à avoir tout le monde en état de jouer le samedi », admet le coach du PAVVB, qui n’en reste pas moins satisfait de son groupe en place.
 

« On manque un peu de numérique mais pas de talent individuel », confirme Félix André, qui se félicite de l’intégration des nouvelles venues par le club. « Toutes les filles qui ont rejoint Venelles ont tout de suite été acceptées par le club et mises à l’aise pour pouvoir être épanouies dans leurs vies et pour n’avoir plus que le côté sportif à gérer. Ça a renforcé la volonté de se battre pour ce club ». Et l'intéressé d’ajouter: « Venelles est un club qui se veut très familial. Les filles l’ont bien senti et se sont prises à ce mode de fonctionnement. Elles savent pourquoi elles se battent. Il y a le plaisir de gagner, la performance pure, la gagne forcément, car on est tous des compétiteurs, mais en plus, on a envie de gagner pour le club pour les gens qui sont autour. On ne se sent pas seul à Venelles ».