Billetterie

Ragondet : « On n’est pas invincible »

le 28/11/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Joint par téléphone, Emmanuel Ragondet est revenu sur le bon début de saison de l’AS Cannes en Ligue AM. Le réceptionneur-attaquant français a également évoqué son rendement personnel, la défaite en Coupe de France et le déplacement à Tours, vendredi, en ouverture de la 8e journée.
 

Emmanuel, sept matchs, sept victoires, 19 points, une place de leader, l’AS Cannes voit la vie en rose en ce début de saison.
Oui, on réalise un bon début de saison, contrairement à ce qu’on aurait pu penser avec notre équipe renouvelée. On s’était dit que la mayonnaise allait mettre du temps à prendre. Mais le fait qu’on ait un bon groupe, qu’on s’entende super bien en dehors du volley, a aidé à ce que ça prenne un peu plus vite que prévu. On est content d’aller s’entraîner ensemble. On habite tous au même endroit, on est un groupe soudé. Et au niveau du volley, on tient bien en réception. Les autres disent qu’on est une équipe agréable à regarder jouer.
 

La défaite en Coupe de France est venue calmer vos ardeurs ?
Oui, un petit peu. On est un peu déçu. Mais on est tombé sur une très bonne équipe de Paris. C’est une piqûre de rappel. Ça montre qu’on n’est pas invincible. Au tie-break, les Parisiens ont fait la différence au service, Kreek a fait une série qui nous a fait mal.
 

Cannes est attendu à Tours, vendredi. Une équipe du TVB que vous connaissez bien pour y avoir évolué lors de la saison 2012-13.
On sait que c’est toujours très difficile de jouer là-bas, même s’ils font un début de championnat un peu mitigé. On sait qu’à tout moment, ils peuvent tout casser sur un match. On va continuer de jouer avec notre confiance du moment.
 

Êtes-vous surpris par le début de saison poussif du TVB ?
Un petit peu, parce qu’ils ont toujours bien démarré le championnat ces dernières années. Mais ils ont eu des blessures (leur pointu David Konecny notamment, ndlr) et le championnat est de plus en plus serré aussi. Il y avait bien un moment où ils allaient faiblir un peu.
 

Votre intégration s’est bien passée ?
Je me suis intégré assez facilement. Je connaissais déjà tous les joueurs français, Pierre (Pujol, ndlr), Ludovic (Castard), Jérémy (Audric), etc... Ça faisait un petit moment que je voulais jouer dans ce club. Je suis d’autant plus content qu’il y a mon frère (Pascal, ndlr) qui est là.