Billetterie

Paris n’a rien pu faire

le 06/11/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Le Paris Volley n’a pas été en mesure de contester la domination de Belgorod (0-3), le champion d’Europe en titre, ce jeudi, à Charpy, dans le cadre de la 1ère journée de la phase de poules de la Ligue des Champions.
 

Chatouiller l’ogre Belgorod à Charpy, telle était la mission du Paris Volley, ce jeudi. Plus facile à dire qu’à faire. Impuissant, le PV, champion d’Europe, puisque vainqueur de la dernière Coupe CEV, n’a pas été en mesure de contester la suprématie de l’autre champion d’Europe, Belgorod, lauréat de la dernière Ligue des Champions (18-25, 14-25, 22-25). Ce succès sans coup férir permet aux Russes de prendre le commandement des opérations du groupe E, devant le Fenerbahçe Istanbul, tombeur de Macerata (3-2). Les Parisiens, eux, ferment la marche de la poule.
 

Bousculé d’entrée (6-11), le PV est parvenu à refaire son retard, jusqu’à virer en tête au second temps mort technique (16-15). Mais l’omniprésence des Russes au bloc en fin de set leur permettait de s’emparer assez facilement de la première manche (18-25). En pleine confiance, Grozer (15 pts), Muserskiy (13 pts) et consorts confirmaient leurs excellentes dispositions dans le deuxième set devant des Parisiens dépassés dans tous les secteurs de jeu, qui devaient se contenter de 14 petits points (14-25). Et malgré de bien meilleures intentions dans le troisième acte (13-13, 17-17), Nikola Gjorgiev (12 pts) et ses coéquipiers ne parvenaient pas à relancer le match (22-25).
 

« C’est vraiment la meilleure équipe du monde. C’est très difficile de jouer en réception et en attaque, ils bloquent très bien. On n’a pas mal joué mais on peut mieux faire », déplorait à chaud Guillermo Hernan, devant les caméras de Ma Chaîne Sport, avant que Markus Steuerwald, le libéro parisien, ne lui emboîte le pas. « C’est une équipe qui ne fait pas beaucoup de fautes. Si on veut gagner un set ou un match face à une équipe comme celle-là, on doit jouer parfaitement ». A voir si les Parisiens seront en mesure de relever la tête dans deux semaines, sur le terrain de Macerata.