Billetterie

Un tour à Paris

le 08/10/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Le tour de France des clubs de Ligue AM se poursuit avec le Paris Volley, vice-champion de France, finaliste de la Coupe de France et vainqueur de la Coupe CEV la saison passée.
 

La saison passée
Le Paris Volley a fait parler de lui sur le dernier exercice, avec trois finales disputées (victoire en CEV Cup, défaites en Ligue AM et Coupe de France face au TVB). « C’était une saison intense en terme de rythme, parce qu’on a joué 47 matchs durant la saison, donc c’était assez copieux, et intense émotionnellement parce qu’on a joué trois finales, admet Dorian Rougeyron, joint par téléphone. Ce sont des moments plutôt sympas à jouer quand on est joueur ou entraîneur. Avec le recul, on est plutôt content de ce qu’on a pu faire même si, après la finale de championnat, on était frustré de ne pas avoir gagné une des deux finales sur la scène nationale ». Le PV aura l’occasion de prendre une première revanche sur le TVB, le 14 octobre prochain, lors de la Supercoupe.
 

Les objectifs
Le PV devra de nouveau jongler entre trois compétitions cette saison. Outre le championnat et la Coupe de France, les Parisiens, engagés en Coupe CEV la saison passée, seront sur le pont en Ligue des champions. « L’objectif est toujours plus ou moins le même. On part du principe que quand on s’engage dans une compétition, c’est pour essayer de la gagner, admet Dorian Rougeyron. Maintenant, on le fait avec beaucoup d’humilité. Le championnat de France est particulier, très homogène. C’est la guerre chaque week-end. On peut gagner et perdre contre tout le monde, il faut l’aborder avec beaucoup d’humilité. On devra respecter toutes les équipes. La Coupe de France, c’est toujours très aléatoire et en Ligue des Champions, on est dans une poule énorme ».

Le recrutement
Sidibé, Van der Veen, Bersani Da Costa, Tuitoga, Trommel... Ils sont plusieurs à avoir quitté le navire parisien durant l’été. Marko Ivovic aussi, a fait ses valises. « On a perdu Marko, qui était le meilleur joueur du championnat. On a essayé d’organiser l’équipe un peu différemment afin qu’on ne soit pas obligé de se reposer sur un seul joueur, admet Rougeyron. On a équilibré un peu plus l’équipe sur l’ensemble des postes et on a essayé de prendre en compte les qualités de notre passeur pour avoir des joueurs complémentaires. On a pris des joueurs capables de jouer sur balles rapides. On a recruté Jorge Fernandez (Nantes) qui joue avec Guillermo depuis longtemps en sélection et on a trouvé un pointu, Gjorgiev (Ankara), capable de jouer sur des ballons rapides, pour que Guillermo s’exprime le mieux possible ». Frangolacci (Rennes), Bojic (Budvanska Rivijera) et Bahov (Constanta) ont également posé leurs valises à Paris durant l’intersaison. Tout comme Chaudet (Plessis-Robinson) et Lechallier-Correa (Asnières).
 

Le joueur à suivre - Nikola Gjorgiev
S’il « n’aime pas trop ressortir un joueur du collectif », Dorian Rougeyron attend beaucoup de son nouveau pointu, Nikola Gjorgiev, tout droit venu d’Ankara, en Turquie. « Niko est un joueur hyper enthousiaste, qui a de belles qualités de vitesse et d’explosivité. C’est un joueur qui peut plaire au public français », assure l’entraîneur du club de la capitale. « C’est un joueur très abouti techniquement, qui a de bonnes mains. Il est très puissant, notamment au service. En plus, il est super agréable au plan humain et c’est un vrai moteur pour le groupe ».