Billetterie

Un Tour à Montpellier

le 20/08/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Suite de notre Tour de France des clubs de Ligue AM, qui fait escale cette semaine à Montpellier. Le Mavuc, 12e du dernier exercice, aborde la nouvelle saison avec un nouveau coach, Loïc Le Marrec. "C’est mon premier jour, explique l’ancien passeur, joint ce mercredi, jour de reprise dans l’Hérault. Je ne vais pas dire que je rentre dans l’inconnue, parce que je connais quand même ce monde-là, mais je rejoins l’envers du décor."
 

La saison passée

Fort d’un recrutement ambitieux, Montpellier visait haut la saison passée, en tout cas bien plus haut que la 12e place à laquelle le club héraultais a terminé en fin de championnat (11 victoires-15 défaites). "La saison n’a pas du tout été à la hauteur des attentes, ça c’est sûr, reconnaît Loïc Le Marrec, le nouveau coach du Mavuc. Tant sur le plan sportif que structurel, des choses avaient été mises en place pour pouvoir aller haut. Mais rien n’a fonctionné, surtout au niveau sportif. On reste sur un échec. Même si on s’en sort bien, parce qu’on n’était pas très loin de la relégation."
 

Les objectifs

Pour cette nouvelle saison, Le Marrec préfère parler de "renouveau" plutôt que de "revanche".  Et du côté du Mavuc, on préfère éviter d'évoquer les play-offs. "Non, pour le moment, il n’y a pas d’objectif officiel, explique Le Marrec. Le président aime à dire qu’il a des objectifs à la Guy Roux. Mais ça reste dans un coin de notre tête que si on se relâche, le championnat est tellement dense, tellement dur, que tout de suite ça peut être la sanction." "On attend de savoir vraiment sur quel groupe on pourra s’appuyer", a ajouté le nouveau coach, en référence à la blessure de Nikola Mijailovic.
 

Le recrutement

Victime d’une hernie discale, et absent plusieurs mois, Nikola Mijailovic ne sera donc pas héraultais cette saison. Un coup dur pour Loïc Le Marrec. "Il nous manque un réceptionneur-attaquant cadre, on cherche un titulaire. Et le marché n’est pas vraiment propice à cette période de l’année." Sinon, Montpellier a pu conserver "plusieurs joueurs cadres", notamment ses internationaux français (Lyneel, Le Goff, Lafitte, Redwitz), et engagé le réceptionneur-attaquant de Narbonne, l’Espagnol Gustavo Delgado. Et le groupe sera complété par de nombreux jeunes. "On a fait monter des joueurs du centre de formation, notamment Romain Di Giantommaso qui sera notre deuxième passeur, et on a renouvelé notre confiance en Geoffrey Pauly qui était notre troisième ou quatrième réceptionneur-attaquant l’année dernière. On a aussi pris deux jeunes du CNVB, qui sont en équipe de France juniors : le central Daryl Bultor, et le pointu Jean Patry." Pour Le Marrec, cette politique de recrutement se défend : "Je suis issu de la formation fédérale, c’est important de permettre à ces joueurs de continuer leur formation. Après, même si cela reste des bons joueurs, il faut aussi tenir compte de notre budget. On a pris un peu de plomb de l’aile, on ne peut pas s’offrir 12 internationaux non plus…"
 

Le joueur à suivre

Médaillé de bronze cet été au Mondial U21 de beach-volley, Romain Di Giantommaso va retrouver la salle, cette saison, et l’équipe première de Montpellier. "C’est un jeune du club, explique Le Marrec. Il est là depuis plusieurs années. Il y a deux ans, il était avec nous dans l’équipe pro, mais il était peut-être un peu trop jeune. L’année dernière, il s’est consacré complètement à la Nationale 1 avec le centre de formation. Il a franchi un cap, voire deux caps. Là, on estime qu’il est capable d’être la doublure de Rafa Redwitz." Avec le passeur quadruple champion de France, Di Giantommaso aura un bon modèle. "Il va sûrement apprendre auprès de lui", estime Le Marrec, qui ne sera sans doute pas avare en conseils lui aussi. "C’est vrai que c’est un poste que je connais bien aussi, pour lequel j’ai une petite affection."