Billetterie

Dascalu: «Que la saison ne s’arrête pas là…»

le 25/03/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Désormais assuré du maintien, Terville Florange peut encore se qualifier pour les play-offs, en cas de succès face à St-Cloud Paris et de faux-pas d’Istres face à Venelles lors de la dernière journée de Ligue AF. Pour la formation de Pompiliu Dascalu, qui a déjà rempli ses objectifs, ce serait "la cerise sur le gâteau".
 

Pompiliu, est-ce le dernier match de votre saison que vous allez disputer samedi ?

J’espère que non ! Mais je ne suis pas le seul maître de la situation. A part le fait que Terville doit gagner, Istres doit perdre. Je ne maîtrise pas tout. On va tout faire pour que la saison ne s’arrête pas là. Mais on verra.
 

Vous allez devoir battre St-Cloud Paris, une équipe mieux classée que vous…

Cela va être un match très difficile. Paris va essayer de passer devant Mulhouse, pourquoi pas. On a déjà vu plein de surprises cette saison. Si Mulhouse fait un faux-pas à Quimper, Paris peut en profiter. Donc forcément, elles ne vont pas venir ici la fleur au fusil. Ça ne va pas être évident. Mais je compte sur nos valeurs, qui ont fait que cette saison est réussie, cet esprit de combativité que mon équipe a montré assez souvent. Sur un match, surtout si on arrive à jouer libéré, sans l’épée de Damoclès du maintien au-dessus de nos têtes, peut-être qu’on arrivera à faire un match complet, à faire le match qu’il faut pour aller chercher des points…
 

Quoi qu'il arrive, la saison est déjà réussie pour le TFOC…

Tout à fait. Le maintien est assuré, donc c’est facile de le dire, mais cela a été une saison accomplie dans les confrontations directes avec nos adversaires. Contre les trois-quatre équipes avec qui on se battait pour le maintien, on a fait notre travail. Et on a réussi à faire un exploit par ci par là, et gratter des points quand ce n’était pas forcément prévu.
 

La particularité de votre équipe est d’avoir disputé le plus de tie-breaks (8) en Ligue AF cette saison. Cela montre que vos joueuses n’abandonnent jamais les matchs ?

Cela fait partie de nos valeurs. Ne jamais lâcher complètement, même si, c’est un paradoxe, il y a des moments où on menait et où on a lâché, parfois de façon inexplicable. Mais globalement, l’intention de se battre jusqu’au bout était présente tout le temps. Il ne faut pas oublier que l’équipe est jeune. Il y a deux ou trois éléments un petit plus âgés, même si je n’aime pas trop parler de ça, mais en terme d’expérience du haut niveau, l’équipe est très jeune.
 

Qu’est-ce que cela représenterait pour votre équipe de disputer les play-offs, a fortiori face à Cannes ?

La cerise sur le gâteau. C’est une belle image. Sportivement, je ne sais pas si on peut parler d’un exploit ou de quelque chose à attendre. On va jouer Cannes. Donc, soyons réalistes et honnêtes, cela va s’arrêter là, mais ce ne sera pas un problème. Mais ce serait un accomplissement de tout ce qu’on a pu faire cette saison, de bien ou de moins bien. Ce pourrait être l’occasion de faire un match de gala, d’essayer de battre, nous aussi, un certain record d’affluence, comme l’ont fait Lyon ou Toulouse en Ligue AM. Ce serait peut-être le moment de tenter un coup comme ça.
 

Samedi soir, allez-vous vous tenir au courant du résultat d’Istres, qui reçoit Venelles ?

Sincèrement, non. Je ne l’ai pas fait samedi dernier, même si j’ai appris le résultat de Quimper un petit peu par hasard. Ça ne m’intéresse pas. Je vais me focaliser sur mon match et à la fin je verrai comment les choses se présentent. Que je connaisse le résultat d’Istres ne change rien.